Raylan

De
Publié par

L’U.S. Marshal Raylan Givens s’apprête à faire parler la poudre, lorsqu’il se retrouve nu dans une baignoire, en compagnie d’une jolie infirmière, qui s’apprête à prendre livraison de ses reins...
Personnage central du dernier roman d’Elmore Leonard, Raylan Givens était déjà apparu dans “Pronto”,
“Beyrouth Miami” et “Quand les femmes sortent pour danser”. Il est également le héros de la série Justified.


Publié le : mercredi 14 janvier 2015
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782743629564
Nombre de pages : 330
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Dealers à l’intelligence limitée, les frères Crowe décident d’élargir leurs activités au traIc d’organes, mais une éminence grise semble se dissimuler derrière ce projet un peu trop complexe pour eux. Le patriarche du clan Crowe, lui, a maille à partir avec une entre-prise minière qui convoite sa montagne. Il y a aussi une jeune fugueuse as du poker et trois strip-teaseuse qui braquent des banques. Face à tout ce petit monde, le super-marshal Raylan Givens s’apprête à faire parler la poudre. Mais il se retrouve nu dans une baignoire, en compagnie d’une jolie inIrmière prête à prendre livraison de ses reins… Le personnage de Raylan Givens a inspiré la série JustiIed.
Du même auteur chez le même éditeur
ZigZag Movie Maximum Bob Punch Créole Pronto Beyrouth-Miami Les Chasseurs de primes Loin des yeux Le Zoulou de l’Ouest Viva Cuba Libre ! Dieu reconnaîtra les siens La Loi à Rondado L’Évasion de Five Shadows Hombre Be Cool ! Duel à Sonora Valdez arrive ! Quand les femmes sortent pour danser Retour à Saber River Tishomingo Blues La Brava
Killshot M. Paradise La Loi de la cité Bandits Les Fantômes de Detroit Le Kid de l’Oklahoma Médecine apache 3 heures 10 pour Yuma Glitz Hitler’s Day L’Homme au bras de fer Gold Coast Paiement cash Road Dogs La Guerre du whisky Cat Chaser Connivence avec l’ennemi Djibouti Stick Permis de chasse Cinglés !
Elmore Leonard
Raylan
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Pierre Bondil
Collection dirigée parFrançois Guérif
Rivages/noir
Retrouvez l’ensemble des parutions des Éditions Payot & Rivages sur
payot-rivages.fr
Titre original :Raylan
© 2012, Elmore Leonard Inc. Tous droits réservés. © 2014, Éditions Payot & Rivages pour la traduction française © 2015, Éditions Payot & Rivages pour l’édition de poche 106, boulevard Saint-Germain – 75006 Paris ISBN : 978-2-7436-2915-1
À Graham et Tim.
1
Raylan Givens était porteur d’un mandat fédéral contre un trafiquant de marijuana connu sous le nom d’Angel Arenas, quarante-sept ans, né aux États-Unis mais cent pour cent hispanique. « Je l’ai rencontré la fois où j’étais en mission au tribunal, il passait en jugement pour vente de khat. Cette plante arabe, t’en mâches et tu planes. – Pas bien haut », dit Rachel Brooks, assise sur le siège du passager dans le 4×4 conduit par Raylan alors que le soleil du petit matin pointait derrière eux. « Le khat commence à se répandre, on le cultive en Californie. Il est très prisé à San Diego, parmi les vrais Africains. – Quand t’en achètes, faut demander s’il a été cueilli du matin. Tu planes toute la journée et voilà. – J’ai des amis qui aiment en mâcher de temps en temps. Ils ne font jamais d’idioties à cause de ça, ils passent un bon moment. On dirait que ça les détend, c’est tout. – Ils partent dans leurs rêves, dit Raylan. – Combien il a pris, Angel ? – Il a purgé trois ans, quatre de moins que la peine initiale, et il s’est remis à vendre de l’herbe. Il a pas respecté les termes de sa conditionnelle. On le
9
soupçonnedêtrepasséparceRastaquétaitàlatêtede la congrégation, tu sais de quoi je parle? – Le Temple de Jésus-Christ en sa Beauté et sa Béatitude, compléta Rachel. Israel Fendi, le type aux dreadlocks, l’Éthiopien qui est passé par la Jamaïque. Angel a trempé là-dedans ? – Ni de près, ni de loin. Quelqu’un lui a collé ça sur le dos, un camé qui voulait négocier avec la justice. Il jure qu’Angel est allé prendre livraison la nuit dernière. Je doute qu’en arrivant chez lui on le trouve assis sur la marchandise. » Ils entendirent Tim Gutterson, sur le siège arrière, qui disait : « Cette fois, c’est vingt ans qu’il risque. » Il feuilletait un dossier de photos représentant Angel Arenas et s’arrêta sur un cliché anthropométrique. « Regardez ce sourire. Il n’a rien d’un type armé et dangereux. – Il a jamais de pistolet sur lui, dit Raylan, pas à ma connaissance en tout cas. Pas non plus de gorilles armés à proximité. » Le 4 × 4 traversait des terres alluviales de l’est du Kentucky, roulait lentement derrière les voitures radio des gardes nationaux, longeait un lac qui ressemblait plus à une rivière décrivant des méandres avant de franchir la frontière avec le Tennessee. Quelques minutes avant 6 heures du matin, ils se garèrent devant le Cumberland Inn. Les policiers de l’État, au nombre de quatre, regar-dèrent Raylan et son équipe enfiler un gilet pare-balles sous leur uniforme de marshal et vérifier l’arme qu’ils portaient sur la hanche. Raylan dit aux policiers qu’il ne s’attendait pas à rencontrer de résistance de la part d’Angel, mais qu’on ne pouvait jamais
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Voyage d'Octavio

de editions-rivages

45 tours

de editions-rivages

Mary

de editions-rivages

suivant