//img.uscri.be/pth/7306d580a7f8e5f437282a4cb8f5a224e0349c6f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Renifle, c'est de la vraie

De
192 pages

Bonne nouvelle : la chasse aux perdreaux vient d'ouvrir !
Oui, mais sale nouvelle pour les perdreaux !
Les flics se ramassent à la pelle dans les rues de Paname !
Il faut absolument qu'on fasse quelque chose, non ? Alors on fait.
Béru, par exemple, se déguise en gardien de la paix. Comme il prend du service dans le quartier des putes, c'est pas triste, malgré l'hécatombe !
Franchement, si t'es contre la chicorne, la baise et la franche rigolade, vaut mieux que tu relises l'annuaire des Chemins de Fer.





Voir plus Voir moins
couverture
SAN-ANTONIO

RENIFLE, C’EST DE LA VRAIE

Roman presque littéraire,
 mais pas chiant du tout

images

A Jacques ATTALI,
bienveillante flamme,
ces nouvelles élucubrations,
avec ma tendresse spontanée.
San-A.

Il n’est pas absolument nécessaire d’être con pour vivre parmi des cons. J’ai essayé : on peut !

San-Antonio

PREMIÈRE PARTIE

ENFANTILLAGES

LE JUGEMENT

L’agent était gros, débraillé et sanguin. Il avait du mal à boutonner sa veste d’uniforme et son képi était trop petit d’au moins deux pointures. Détail insolite : il portait des chaussures beiges. Son poids faisait gémir les degrés de l’escalier de bois verni du petit immeuble de la rue Saint-Denis. En gravissant les marches, il regardait onduler devant lui le cul rebondi de la grosse Cléopâtre, nu sous un tutu de gaze rose, que la perspective ascendante rendait inefficace au plan de la pudeur.

Le fessier de la dame pute se zébrait de profondes vergetures qui faisaient songer à une vue aérienne d’oueds à sec méandrant dans un sol saharien.

L’agent eut envie d’avancer le tranchant de sa dextre entre les énormes miches qui flottaient à sa portée. Il pressentait le gouffre d’une babasse défoncée de longue date et la souhaitait humide à point. Mais comme il se trouvait en service, il eut suffisamment de force de caractère pour juguler ses bas instincts.

Ils atteignirent le second étage. La grosse Cléopâtre enquilla sa clé dans la serrure et délourda à la volée.

— Donnez-vous la peine d’entrer, m’sieur l’agent ! invita la prostituée.

Le représentant de la loi pénétra dans un studio de travail sobre mais fonctionnel, meublé d’un lit bas, d’une petite table en bois cérusé, d’une chaise et d’un fauteuil. Aux murs, il y avait un très grand miroir (près du lit), quelques portemanteaux sur chacun desquels pendait un fouet, plus un poster encadré représentant Tino Rossi dans Méditerranée.

Un homme dépantalonné se prélassait sur le lit : un rouquin à tronche d’Irlandais, moins que pas beau, avec des yeux pareils à deux crachats de sanatorium. Il tenait à deux mains une bouteille de gin, à demi pleine, ou à moitié vide, selon qu’on fût optimiste ou pessimiste. Il considéra l’intrusion de l’agent sans émotion apparente et n’eut même pas la réaction de voiler le paf de moyenne dimension qui pendait entre ses cuisses rosâtres.

— Voulez-vous-t-il me ritérer vos indoléances devant môssieur, mon chou ? fit le gardien of the peace à la prostipute.

Docile, la grosse Cléopâtre déclara :

— C’t’enviandé d’merde m’a s’coué le talbin de deux cents pions qu’il m’avait affuré avant la passe. L’est été le reprendre dans mon sac et comme je me terposais, y m’a filé une mandale en pleine poire. Visez, m’sieur l’agent, j’ai encore la marque sous la paupière. Voiliant cela, j’ai couru chercher de l’aide en prenant la précaution d’enfermer à clé ce vouistiti.

L’agent se tourna vers le client.

— Vous r’connaissez les faites ? demanda-t-il avec une sévérité briquée à mort.

Le rouquemoute hocha la tête.

— Naturellement, je les reconnais. Ce qu’elle oublie de vous préciser, c’est qu’elle ne m’a pas fait jouir. Une supposition, monsieur l’agent, que vous fassiez venir le plombier chez vous. Il ne touche pas à votre fuite, mais vous présente sa note, vous seriez d’accord pour payer, vous ?

Embarrassé, le gardien de la paix coula un regard indécis vers la plaignante.

— Il n’a pas pris son pied ? s’enquit-il.

Furieuse, la grosse Cléopâtre explosa :

— C’est de ma faute, moi, m’sieur l’agent, si ce gougnafier est nase de la membrane ? Ecoutez, je vous fais juge : pour commencer, j’l’ai laissé m’ôter l’slip comme il le voulait. N’ensuite, il m’a procédé lui-même à mes ablutions intimes sur le bidet. Déjà, ça dénote, non ? Mais passons. J’ai voulu le démarrer à la manivelle, mais j’ai pris une crampe au poignet sans qu’ sa chique bronche d’un n’iota. Je m’ai dit que j’aurais plus de chance en l’entreprenant à la pipe. Voilà un dividu que j’ai pompé pendant un quart d’heure, montre en main, m’sieur l’agent, et qui m’est resté avec la zézette comme un bout de caoutchouc fusé. Et vous pouvez enquêter, s’il y a une chose que la grosse Cléo se défend, c’est au turlu ! Quand je m’expliquais dans le clandé de Mme Denise, boulevard de Courcelles, j’ai gagné un championnat du quartier. Vous viendriez chez moi, je vous montrerais ma coupe que c’est marqué dessus !

« Cette bourrique de Rouillé, j’y ai consacré trois quarts d’heure, montre en main, m’sieur l’agent. J’ai tout tenté parce que moi, la conscience professionnelle, c’est sacré. Je me suis même bricolé un solo de banjo pour tenter l’impossible, lui amadouer la biroute. Rien ! Et ce saligaud qui repique son flouze au bout de tous ces efforts ! Non, mais quel siècle qu’on vit, m’sieur l’agent ! Déjà qu’on assassine les vieilles dames ! Tenez, pour vous montrer le jusqu’où j’suis été : “Crapule” », hurla-t-elle.

Un caniche nain sortit en rampant de sous le lit bas.

— Crapule me vient à la raie-secousse des fois, expliqua la fille. Je mets de la confiture de groseilles sous les roustons du clille et mon cador se délecte. Généralement, pas un gus résiste à sa petite langue râpeuse. Allez regarder les bourses de cet enfoiré de merde, m’sieur l’agent. Vous découvriez encore des traces de confiture. Et c’t’ignobe vient me secouer mon flouze si durement gagné ! Vous y trouvez juste, vous ? Mais moi, un coup pareil, je vote Le Pen, la prochaine fois, m’sieur l’agent ; je préfère vous le dire sans jambages ! Si doit y avoir que Le Pen pour nous tirer de la gadoue, ben y aura Le Pen, à quoive bon démordre ?

— Mais bordel ! j’ vous dis qu’elle m’a pas fait jouir, m’sieur l’agent ! glapit le client.

La pétasse allait repartir dans les égosillances, mais l’agent stoppa ses cris.

— Laissez, on va lui prouver que s’il gode pas, vous n’y êtes pour rien, déclara-t-il.

Il s’assit dans le fauteuil, allongea ses jambes en fourche et dégoupilla sa braguette.

— Taillez-moi un p’tit calumet, qu’on voye, maâme Cléopâtre, demanda-t-il. Si c’t’individu constate que j’y vais d’mon voiliage, il s’ra bien forcé d’admett’, non ?

Et il dégaina, non sans peine, de ses braies, un paf d’une telle ampleur que la pute et son client, un bref instant réconciliés par la stupeur, poussèrent le même cri incrédule.

Vaincue par la justesse du raisonnement, la grosse Cléopâtre s’agenouilla entre les jambes de l’agent, la gueule béante comme celle d’une gargouille gothique et entreprit de l’éponger.

Elle n’eut pas à s’employer beaucoup. Au bout de quelques instants, l’agent déclara d’une voix maîtrisée :

— Gare aux taches ! La cervelle de l’homme part à dame !

En grande professionnelle, Cléopâtre tint compte de l’avertissement charitable et termina manuellement ce qu’elle avait entrepris par manigances buccales. Il s’ensuivit très rapidement un lâcher franc d’une rare abondance et d’une surprenante intensité. Le client récalcitrant et la pute considérèrent ce presque génocide d’un regard incrédule.

Le gardien de la paix poussa un profond soupir et entreprit de désarmer son énorme sexe, un peu comme un adepte du ballon dirigeable dégonfle et roule l’enveloppe de son engin avant de la charger dans la remorque de sa voiture. Il remit son service trois pièces en place et, apostrophant le client indélicat :

— La cause est écoutée, j’croive bien, lui dit-il. Cette dame pute est parfaitement compétente et opérationnelle. V’s’avez-il constaté l’en combien d’temps ell’ m’a fait éternuer l’chauve à col roulé, l’ami ? Hmmm ? Bon !

On devinait, chez ce gardien de la paix d’élite, le courroux feutré des magnanimes révoltés par l’injustice. Il réfléchissait, le regard distraitement posé sur son émission séminale qui évoquait une vue aérienne du lac de Gérardmer.

Il murmura :

— Mâme Cléopâtre, puis-je-t-il vous d’mander d’quoi z-écrire, je vous prille ?

Peu outillée pour la correspondance, la grosse péripatéticienne entreprit l’exploration de son énorme sac à main. Elle en retira successivement : un portefeuille en croco imitation, un vibromasseur à piles, une boîte de préservatifs, un sachet de cacahuètes salées, un slip sale, un martinet, une pointe Bic.

L’agent se jeta sur ce dernier objet. Pratique, il s’en fut découper un morceau du papier à fleurettes garnissant le dessus de la table de chevet, car il avait remarqué que l’envers était blanc. Il se mit en position de rapport et déclara :

— On va faire la facture à môssieur. Vous direz avoir commencé la séance par un déshabillé. Vous prenez combien est-ce pour vous laisser enlever la culotte, mâme Cléo ?

— Ça vaut bien une thune, non ?

Le policier haussa les épaules :

— Annoncez, annoncez, c’est pas moi qui fais les prix, ma chérie. Donc, j’inscris cinq francs. N’ensute, il vous a blablutionnée ?

— Et comment !

— La grande savonneuse complète avec l’indesque dans les orifesses, j’parille ?

— Textuel.

— Vous estimez c’te pratique à combien est-ce ?

— Si ça vaut pas vingt balles, je préfère pomper des crouilles !

— Rebuffez pas : j’inscris vingt francs, mâme Cléo ! N’ensute vous avez tenté de le démarrer à la manivelle ?

— Plus d’un quart d’heure, m’sieur l’agent. J’en avais la crampe de l’écrivain.

— Ce qui fait ?

— Moi, je dis que cinquante points, c’est donné !

— Ça, on peut pas vous reprocher d’avoir la folie des grandeurs ! J’inscris cinquante. De là, si mes souvenirs s’raient exaguetes, vous êtes passée à la pipe ?

— Je peux pas la laisser à moins de quarante francs, m’sieur l’agent.

— Mais j’ai pas joui ! protesta le client.

— Et alors, mon pote ? objecta sévèrement le représentant de l’ordre. Moi, si j’commande une boutanche de beaujolpif au restau et que j’l’éclusasse pas, j’la dois quand même ! Donc, on ajoute quarante points. Le coup du caniche, vous prenez combien ? C’est assez rare comm’ manœuv’, admit-il, laissant ainsi des perspectives de haut tarif à la pute.

— Je compte cinquante balles ! risqua-t-elle.

Le gros poulet nota la somme. Sa colonne de chiffres s’allongeait.

— C’est donné, assura-t-il, j’s’rais caniche, vous pourriez toujours courir pour qu’j’lèche les roustons de ce mec contre cinquante francs ! Et la confiture, mâme Cléo ? Hein, la confiture, je suis sûr qu’vous l’avez pas inclusonnée dans l’devis ? C’est l’pot que je voye là-bas, su’ l’entablage d’la f’nêt’ ? Mazette ! D’la Mère Grand à la gelée de groseilles purs fruits pur sucre ! Vous lu r’fusez rien pour son confort, ce con ! J’sus certain que v’s’en avez pour dix balles !

— Je ne pense pas, fit l’honnête femme.

— Moi si : c’est c’que mon épouse achète à la maison. Je note dix balles et je fais le total.

Il se concentra. Compta de haut en bas, puis de bas en haut.

— J’arrive à un total de cent soixante-quinze balles, ma poule.

Puis il tressaillit.

— Mais j’sus bon, moi ! J’oubliais la pipe d’démontrance qu’v’s’avez dû m’tailler pour convaincre cette tête de veau ! Quarante francs de mieux, souate en fin de compte la somme de deux cent quinze francs ! Vous seriez-t-il d’accord pour arrondir à deux cents, mâme Cléo, qu’on lu fasse un p’tit bouquet ?

— C’est faisable, consentit la dame. D’ailleurs c’était mon prix initial.

L’agent s’approcha du gazier toujours allongé sur le lit de travail dans une posture récamière.

— Y t’reste plus qu’à envoyer l’carbi, mec. Qu’après quoi j’te laisserai trois minutes pour renfiler tes brailles et disparaîte, sinon j’t’emballe pour outrage aux mœurs.

— Non mais je…, commença l’injouisseur.

— Vite ! aboya le flic.

Sa trogne vineuse avoisinait l’apoplexie. Il avait le regard plus rouge que les joues et sa « facture » avait disparu à l’intérieur d’un énorme poing, tellement serré qu’il semblait être en fonte.

Le client mal bandant remit les deux cents francs exigés, pénétra dans son pantalon, se chaussa sans prendre le temps de lacer ses souliers et détala en maugréant.

La grosse Cléopâtre avait les larmes aux yeux.

— On dit, ces charognes de flics, murmura-t-elle, mais y a pas que du méchant monde parmi vous !

Puis, dans un élan, en brandissant les deux cents francs qu’elle venait de palper :

— Vous ne voudriez pas qu’on partage, m’sieur l’agent ?

L’interpellé devint marmoréen.

Il laissa tomber, d’une voix plus métallique que celle d’un portail rouillé :

— Z’avez d’la chance que j’soye dur de la feuille, mâme Cléo. Si j’aurais entendu c’que vous v’nez de me proposer, j’vous encristais sec pour corruption de factionnaire.

Et comme la vieille radasse tremblait de frousse, il ajouta :

— Mais pisque vous t’nez à vous r’connaître envers moi, j’sus pas contre une carambole en camarades : vot’ estudio me porte su’ les sens.

LA MISSION

Je vois Béru ressortir enfin de l’immeuble, la mine superbement réjouie. Il achève de boutonner ce qui peut l’être de son uniforme trop juste pour son obésité. Il a le kébour à l’aplomb et fait songer à un personnage de Dubout. Le voilà qui marche dans ma direction, sans se presser. J’abaisse la vitre de ma Maserati. Il se pointe. Je brandis un plan de Paris hors de la portière.

— Je peux vous demander un renseignement, monsieur l’agent ?

L’interpellé semble me découvrir, sans marquer davantage d’intérêt que si j’étais un étron déposé au bord du trottoir à des fins esthétiques.

— C’t’ au sujet d’quoi t’est-ce ?

Il se penche.

— D’où sors-tu, gros tas ? Je commençais à m’inquiéter.

— Une pute est venue me chercher pour régler ses patins av’c un clille.

— Le vilain rouquin qui est sorti il y a vingt minutes ?

— Textuel.

— Et qu’est-ce que tu as foutu depuis, avec la grosse vachasse ?

— Devine ?

Il rit, plantureux.

— Un de ces quatre, tu vas nous ramener le sida du siècle, Gros !

Béru rerit avec insouciance.

— Fais-toi pas d’souci, j’jouis d’l’immunité parl’mentaire, mec. J’continue à servir d’appât ?

— Bien sûr ! Les autres sont en place. Jérémie Blanc dans cette rue, à chiquer les marlous d’outre-mer, Pinuche à mendier dans la voie transversale. C’est le seul rôle qu’il pouvait tenir. Tu le reconnaîtras : il a des lunettes noires et une canne blanche.

— Il doit être payant, ricane m’sieur l’agent (qui ne fait pas le bonheur). Tu veux parier qu’avec ce qu’il va affurer d’aumônes, y s’payerera des muscadet ?

Je le regarde, si truculent et hilare. La boucle est bouclée. Il a débuté agent, il finit agent ! Il est très fier de son uniforme, le Mahousse. Il roule. Le plus marle c’est qu’il a débuté dans ce quartier, précisément. Il grimpait les commerçantes du secteur : les petites veuves, teinturières ou mercières. Je sais tout de sa vie sexuelle. Aujourd’hui, le voici à nouveau fier de déambuler au Saint-Denis dans ces fringues de gros drap qui sentent un peu l’humidité. Fier, parce que cet uniforme est un déguisement, ce qui revient à dire qu’il a rétrogradé délibérément, pour essayer de tendre un piège à un criminel. Jeu dangereux car il risque sa grosse peau de pachyderme, mon pote. Il l’a voulu. Question courage, c’est comme question cul : toujours fer de lance, le Mastar !

Trois gardiens de la paix qui se sont fait repasser dans le quartier en quinze jours ! Un fou les trucide, pour le sport. Un agenticide. Le premier flic s’est morflé un poinçon dans le cœur, de nuit, impasse Godfroy-Homiches où il était allé pisser un petit coup dans les pénombres. Le meurtre a été revendiqué avant même d’être découvert. L’Organisation Mort aux Vaches. On a d’abord cru à un canular. Et puis quand on a trouvé le corps du flic, on a pigé que c’était sérieux…

Quatre jours plus tard, un deuxième gardien a été zingué sous une porte cochère de la rue Saint-Denis. Trois balles tirées à bout portant par un pistolet muni d’un silencieux. Des bastos plus grosses que mon pouce qui ont creusé dans le poitrail du malheureux une excavation grande comme la grotte de Lourdes. Alors un sérieux dispositif a été mis en place : des inspecteurs ont planqué dans tout le secteur ; ce qui n’a pas empêché un perdreau de se laisser repasser dès le surlendemain, au nez et à la barbe des flics.

On l’a buté de très étrange façon, ce troisième gus : à l’aide d’une sarbacane lançant une fléchette au curare. Personne ne s’est rendu compte de quelque chose, pas même la victime. Cette fois, c’a été le grand bigntz chez les médias : la une des baveux, le titre majeur des journaux télé. Et toujours l’Organisation Mort aux Vaches qui revendiquait. Sans préciser l’objet de ces actions. C’était juste pour dire de scrafer des agents, sans qu’on aperçoive la finalité de l’entreprise. Elle butait des gardiens de la paix dans le quartier Saint-Denis, point à la ligne ! Ce cri parmi les populations ! Le Français, il est bizarre : il déteste ses perdreaux, mais faut pas qu’on les lui démolisse. Les poulagas et lui, c’est une affaire privée : une tendre haine dûment réchauffée au feu des sottes rancœurs. Il veut bien foutre des pavetons dans la gueule des bourres, mais il refuse que d’autres s’en chargent !

 

C’est au troisième mort qu’on a eu droit à la visite du Vieux ! Il s’est pointé, un matin, à notre fausse agence. Béru saucissonnait, Pinuche déclinait des vins blancs de Loire, moi je bouquinais la presse d’information. Y avait du vent, je me souviens, qui chahutait les pigeons au-dessus des toits. T’aurais maté Chilou ! La statue du Commandeur de la Légion d’honneur ! Grave, serré, glacial, l’œil polaire. On lui devinait des couilles fripées. Son estomac gargouillait parce qu’il n’avait pas pris le temps de petit déjeuner.

Il déteste gargouiller de l’intérieur, le vieux crabus et, hypocrite comme pas deux, il fait semblant de croire que c’est ton bide à toi qu’émet. Il te regarde avec réprobation et impatience, l’air de te dire : « C’est bientôt fini, ces affreux borborygmes ? On va pouvoir causer, oui ? » Et c’est plus fort que toi : tu te sens gêné par cette prise à partie, le vieux sagouin de ses fesses !

Alors, pour te reprendre, il est entré comme M. le comte Couillansky au temps de Catherine la Grande qu’allait relever le compteur chez ses moujiks (il possédait des contrées de cent mille âmes, tu parles d’une vie de château !).

Il n’a pas semblé entendre les saluts de mes deux sbires. L’est venu droit vers ma pomme. Il avait son cher Figaro à la main. L’a déployé devant soi, théâtral. Cézigue, même quand il va aux gogues, il reste dans le style Comédie-Française. Il doit déféquer racinien, je devine.

La manchette du Figaro, c’était « Et de trois ! ». Quand tu consacres la largeur d’un baveux à neuf lettres, elles sont écrites gros, espère ! Je dis neuf lettres, mais y avait aussi le point d’exclamation qui comptait pour une.

— Vous pensez qu’on peut tolérer cela dans une société organisée, San-Antonio ? m’a-t-il apostrophé, comme si j’avais été l’auteur de ces assassinats.

Seigneur, je Vous conjure : ne nous laissez pas succomber à l’ostentation !

Il avait l’air franchement ganache, le Dabe, dans son rôle de protecteur de la société. Voire souverainement con. C’est si vite fait d’avoir l’air con, j’ai remarqué. Il suffit d’un peu trop d’emphase, d’un trémolo mal placé, d’une attitude mélo… Plus les impondérables, naturellement : les excès de sentiments, les gaucheries de l’âme. Moi, le plus duraille de ma vie, ç’aura été de garder l’équilibre. De laisser croire que j’avais du chou à ne plus savoir où le foutre, mais que c’était un secret entre moi et moi.

Et puis voilà le vieux birbe et son Figaro déplié comme un bouclier de C.R.S. ! Merde ! Il me faisait songer à ces braves gens de l’Ile-de-France qui, les jours de pluie, vous demandent : « C’est d’vot’ faute, c’temps-là ? »

Eh bien non, ce n’était pas ma faute ! On tuait de l’agent de police dans le quartier Saint-Denis, mais je n’y pouvais lurette ! Après tout, les gardiens de la paix sont dehors pour éviter ce genre de safari, non ? Néanmoins, j’ai rétorqué, manière de faire une fleur à Pépère :

— Non, monsieur le directeur, on ne peut pas tolérer ça !

Il a paru quelque peu rasséréné ; comme quoi il lui en fallait pas des tonnes pour changer de tempérament.

— Bien entendu, vous avez suivi cette affaire, tel que je vous connais, Antoine ?

— Evidemment, patron.

— Votre avis ?

— Je pense qu’il s’agit effectivement d’une organisation.

— Vous ne croyez pas à un maniaque ?

— Un maniaque aurait trucidé nos chers confrères de la même manière, vous le savez bien. Mais là : le poinçon, le pistolet, la sarbacane constituent trois façons très différentes d’assassiner les gens.

— Exactement ce que je me dis, affirma le Vénérable, dont l’impudence flanquerait des complexes à un politicien.

Béru et Pinaud avaient délaissé leurs occupations gustatives pour s’approcher de nous. Les mâchoires du Gros couraient encore sur leur erre et il mâchouillait ces particules dures qui font le charme du sauciflard lorsqu’il est vraiment natif de la région Rhône-Alpes.

Il enfonça son auriculaire, non dans ses cages à miel, mais très loin dans sa clape et en extrait1 un morceau de porc qu’il montra triomphalement à l’assistance, comme s’il se fût agi d’une pépite d’or trouvée dans la batée d’un orpailleur. Nous considérâmes la chose avec tout l’intérêt qu’elle méritait, après quoi Bérurier la consomma de nouveau, mais avec une application accrue, de façon à ce qu’elle échappe aux pièges de ses caries.

Nous avions compris qu’il allait parler et avions envie de l’écouter, mus que nous étions par ces pressentiments en forme de flash qui, parfois, nous annoncent l’imminence de la vérité.

Soucieux de nous faire languir, il prologua par un rot langoureux comme la barcarolle des Contes d’Hoffmann.

En homme bien élevé, il en dissipa les miasmes d’un geste flou et nonchalant, plein de grâce.

— Si vous voudriez mon avis, m’sieur l’directeur, ces gaziers, faut leur tend’ un piège.

— Nous ne faisons que cela, riposta aigrement Achille.

Le Gros, mécontent, tonna de l’hémisphère Sud pour rabaisser le caquet du Suprême (de volaille).

— Si pour vous, tendre un piège, ça consiste à planquer quéques gus dans des tires banalisées, je m’ fends le pébroque, m’sieur le directeur, ni plus ni moins ! Les mecs d’une organisance terrorisse, ils les retapissent, vos zozos, comme moi j’trouve des escarguinches dans mon village les jours de lance ! Ce qu’y faut, j’vais vous dire : c’est ne laisser plus qu’un perdreau dans le quartier Saint-Denis et que c’perdreau ça soye moi, m’sieur le directeur.

— Vous ! exclama Achille.

— Moive ! renchérit Béru, ce qui me laissa perplexe car je voyais mal en quoi l’adjonction de ce « ve » à moi pouvait renforcer l’efficacité du premier pronom personnel de tous les temps et dont l’usage ne s’achèvera qu’avec l’humanité.

— Faut que je vais vous apprend’ un’ chose, patron : j’ sus démarré dans la Poule à la circulation et j’étais jusment proposé au quartier Saint-D’nis. N’à part des commerces qu’ont changé, j’le connais comme ma poche. Donc, j’reviens à mes premiers amours : je me saboule en gardien d’la paix et m’v’là à arpenter le bitume. Les tueurs vont vouloir m’aligner, n’ayant plus qu’ ma pomme pour cible, logique ? S’l’ment, ils vont tomber sur un bec.