Rose givr�e

De
Publié par

Rose... Un assassin par minou?...qui laisse derri�re elle les empreintes d'une chatte? Rose... La laideur cach�e dans la beaut�?... Ou la vertu dans le p�ch�? Certains fuient leur pass�, est-elle traqu�e par le sien?

Publié le : mercredi 27 novembre 2013
Lecture(s) : 54
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342015980
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342015980
Nombre de pages : 350
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Kathiane Laurent
ROSE GIVRÉE
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0119094.000.R.P.2013.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2013
À toi
Ces trains qui filent à vive allure, sentrecroisent, se collisionnent et déraillent, ils sont nos vies qui vont toutes vers une seule et même destination : la mort. Dring ! Dring ! Descendez du train car vous êtes arrivés à destina-tion. La mort, Rose la rencontrée bien avant lheure de la sienne. Sa vie a déraillé, Rose est une sérial killeuse. Voici son histoire.
7
Prologue Nous sommes au 666, impasse des Brumes. Sur la planète Rain-bow. Cest lautomne. Les arbres semblent vieillir puis séteindre. Dès larrivée du printemps, ils ressusciteront  pas nous, quand on vieillit, on meurt un point cest tout. La sirène dune ambulance retentit comme un hymne à la vie ou à la mort. Elle vient chercher Maurice. Mais ce nest pas pour son cancer du pancréas. Maurice est monté sur une échelle pour faire sait-on quoi sur le toit de sa maison. Avant que ses pieds nen atteignent le dernier barreau, Rose a fait basculer léchelle en arrière. Il sest écrasé sur le bitume devant lentrée du garage et na plus bougé. Rose est restée quelques minutes campée à quelques mètres de ce corps inerte en enroulant lascivement une de ses boucles blondes autour de son index. Elle a regardé cette tête baigner dans une tache de sang et de bière en fredonnant dune voix minuscule. «♫♪Il était un pti homme, pirouette, cacahouète,♫♪il était un pti homme qui avait une drôle de maison, sa maison est en carton, pirouette,♫♪cacahouète, ses escaliers sont en papier, le premier qui y montra, pirouette, cacahouète, se cassera le bout du nez♫♪». Cest un hymne à la mort que chante ce jour-là lambulance. À la mémoire de Maurice Babyboumeur qui vient dêtre assassiné par une petite fille au 666, impasse des Brumes. Sa vie nétant quune impasse, cétait une bonne adresse pour mourir.Tout le monde croira à un accident. Une cuite de trop. Ce vide-bouteille aura perdu léquilibre et se sera écrasé sur un sol fatal, lais-sant derrière lui veuve et orphelins affligés  et encore que le seront-ils ? Bye-bye Maurice. Pourtant, cette journée sétait annoncée des plus ordinaires. À 6 h 30, le petit quartier de Rumeur de Bonne Humeur sétait éveillé. Les maisons du lotissement, accolées les unes aux autres, sétaient
9
ROSE GIVRÉE
éclairées une à une. Elles sy ressemblent toutes briques pour briques. Tristes et à la mine aussi terne que le ciel de ce jour. Détail qui les différencie : leur numéro. Celui qui permet de les situer sur limpasse. Au 666, après avoir avalé dun trait son café, ses idées noires et deux pilules de rien à foutre, Histérianne babyboumeur était sortie de chez elle. Elle était restée un instant immobile sur le perron. Comme cha-que jour. Elle avait regardé vers le ciel en grimaçant. Sans une once de doute, des litres de flotte allaient encore se déverser sur la ville de Greycity. Depuis la maison den face, au 667, monsieur Potin avait pointé le bout de son nez. Il avait écarté dun doigt le rideau de son salon et lavait observée avec sa paire de jumelles. Cest ce quil fait tous les matins. Il avait remarqué, quune fois de plus, elle portait ses larges lunettes noires qui couvraient en grande partie son visage et que sa lèvre inférieure était fendue. Après quelques minutes, Histe-rianne avait remonté la fermeture éclair de son imperméable en plastique jaune. Puis, après avoir fermé le portillon de son jardin orné de fleurs artificielles, elle avait traversé dun pas fatigué la ruelle en-core sombre et déserte. Ses bottes en caoutchouc avaient flip-flopé dans des flaques où se reflétait un monde humide et terne qui ondu-lait sous le souffle dun vent glaçant.Alors quelle sétait effacée de son champ de vision, monsieur Potin avait tiré son rideau.Deux rues plus loin, à larrêt de bus, une navette sétait stoppé. Elle avait avalé Histerianne, vroum-vroum, et sétait éloignée pour finalement dispa-raître. Au 666, à létage, la chambre de Maurice sétait alors assombrie pour ne laisser quune lueur mouvante. Celle émise par le téléviseur. Maurice avait inséré un DVDx dans son lecteur. Il avait demandé à Rose de regarder lécran plat suspendu au mur en face de son lit. Il avait baissé son pyjama. Fait sortir son serpent qui ne mord pas. Puis, il avait demandé à la petite de le toucher. Au bout dun moment, la bestiole avait craché son venin. Cest parce quelle était contente quil lui avait dit. À 10 heures, un camion sétait arrêté devant le 666. Des rires denfants séchappaient de la maison. Le chauffeur était descendu du véhicule de livraison avec des fleurs  des roses  que Rose reçu ce matin-là pour son anniversaire  celui de ses huit ans. Cétait un beau cadeau. Les fleurs étant rares sur la planète Rainbow. (Rainbow est
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Un amour impossible

de cdiflora_tristan

La rose d'Islande

de le-nouvel-observateur

suivant