Sanglants Trophées

De
Publié par

Il fait un temps superbe en cette fin d'été à Saddlespring, Wyoming, lorsque, au retour d'une partie de pêche, le garde-chasse Joe Pickett tombe sur le cadavre d'un élan mutilé. Horrifié, il décide d'enquêter et peu après apprend que c'est maintenant du bétail qui, lui aussi, est mutilé. Tout le monde aimerait que le coupable soit un grizzly - certes ennuyeuse, l'affaire resterait explicable -, mais les coupures sont trop nettes pour qu'il s'agisse de morsures. Le pire est atteint lorsque deux hommes étant retrouvés morts, on s'aperçoit que leurs blessures ont tout des mutilations qui inquiètent les éleveurs du voisinage. Soudain il ne s'agit plus d'enquêter sur des événements macabres, mais d'empêcher quelqu'un ou quelque chose de continuer à semer la terreur.
Publié le : lundi 18 mars 2013
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021116533
Nombre de pages : 413
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
S A N G L A N T S T R O P H É E S
Originaire du Wyoming, C.J. Box a travaillé comme manœuvre dans un ranch, guide de pêche, reporter et rédac-teur en chef d’un journal local. Aujourd’hui PDG de la Rocky Mountain International Corporation qui coordonne le mar-keting du tourisme de cinq états des Rocheuses, il vit à Cheyenne, Wyoming, avec sa femme, Laurie, et ses trois filles. Il est l’auteur de quatre romans, dontDétonations rapprochées (Seuil, 2002), couronné par les Anthony et Macavity Awards, etWinterkill(Seuil, 2005).
Extrait de la publication
D U M Ê M E A U T E U R
Détonations rapprochées prix Calibre 38 Premier roman, 2004 Seuil Policiers, 2002 et « Points Policier », n° P1272
La Mort au fond du canyon Seuil Policiers, 2004 et « Points Policier », n° P1394
Winterkill Seuil Policiers, 2005 et « Points Policier », n° P1561
C . J . B o x
S A N G L A N T S T R O P H É E S
R O M A N Tr a d u i t d e l ’ a n g l a i s ( É t a t s - U n i s ) p a r Wi l l i a m O l i v i e r D e s m o n d
Éditions du Seuil
Extrait de la publication
T E X T E I N T É G R A L
T I T R E O R I G I N A L Trophy Hunt É D I T E U R O R I G I N A L G.P. Putnam’s Sons, NY © 2004 by C. J. Box
ISBNoriginal : 0-399-15200-8
ISBN978-2-021-11652-6 (ISBN2-02-078942-6, 1republication)
© Éditions du Seuil, octobre 2006, pour la traduction française
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
À Kelly, Sherri et Kurt… Et Laurie, toujours
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Première partie
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Dans son rêve, Sheridan se trouvait aux limites d’une clairière dans les Bighorn Mountains, seule. Derrière elle, la forêt était douloureusement silencieuse. Devant elle, un vent léger faisait onduler les longues herbes de prairie humide qui tapissaient la clairière. Arrivaient les nuages, sombres et imposants, compacts comme un mur, roulant du sommet des montagnes. Le ciel ne tardait pas à en être entièrement envahi, tel un couvercle qui vient de retomber. Le centre de la masse nuageuse donnait l’impression d’être éclairé de l’inté-rieur et grossissait, comme s’il se rapprochait du sol. Des torsades noires de fumée se détachaient alors des nuages et lançaient leurs vrilles entre les arbres. En quelques instants, la fumée se transformait en une brume tapissante qui dévalait les pentes entre les arbres, sem-blable à un torrent silencieux. Puis elle semblait aspirée par la terre, comme pour s’y reposer ou se cacher. Alors le ciel s’éclaircissait aussi rapidement qu’il s’était couvert. Dans son rêve, Sheridan savait que la brume était restée pour une bonne raison. Mais celle-ci dépassait son entendement. Quand allait-elle émerger de nou-veau, et pourquoi ? C’était là des questions auxquelles elle ne pouvait répondre.
1
1
Sheridan s’éveilla en sursaut ; ce ne fut qu’au bout de quelques terrifiantes secondes qu’elle comprit que l’obscurité qui l’entourait était celle de sa chambre et que le souffle qu’elle entendait n’était pas le vent mais celui de la respiration de sa petite sœur Lucy, qui dor-mait sur la couchette en dessous de la sienne. Elle prit ses lunettes là où elle les avait posées, sur la tête de lit, se dégagea des couvertures et sauta sur le plancher froid, sa chemise de nuit gonflant autour d’elle. Puis elle écarta les rideaux et regarda le ciel nocturne. Des étoiles à la dure lumière bleutée et pas plus grosses que des têtes d’épingle lui rendirent son regard. Il n’y avait aucun nuage, noir ou brillant.
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

SAS 6 Dossier Kennedy

de gerard-de-villiers-sas

Nova

de Milady

Avant le gel

de le-seuil