Sédition

De
Publié par

An 2059. Une nouvelle source d'énergie est découverte au coeur de Madagascar. Aussitôt une coalition de trois pays riches se forme afin de s'en emparer avec l'assentiment du président despotique et corrompu de l'île. Pour résister à ces envahisseurs, quatre cents rebelles prennent d'assaut l'île mais la lutte semble vouée à l'échec. En plus des trahisons, des dissensions intestines et du manque de munition, ces révolutionnaires doivent faire face à un tueur insaisissable. Infiltré parmi eux, l'assassin s'emploie à décimer les leaders de l'armée rebelle. Dans les forêts hostiles de Madagascar, la paranoïa s'installe. Aurélien Talbot signe un roman d’anticipation haletant, porté par une atmosphère à couteaux tirés. Il a déjà publié le polar Jusqu’au bout du monde aux éditions Le
Publié le : lundi 20 juin 2011
Lecture(s) : 242
EAN13 : 9782304029369
Nombre de pages : 249
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Sédition
3
Titre Aurélien Talbot
Sédition
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2009 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02936-9 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304029369 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02937-6 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304029376 (livre numérique)
6
.
8
Sédition
La chaleur s’intensifiait pendant que les sol-dats remontaient un sentier qui s’enfonçait dans la jungle. Après trois heures de marche, les pieds dans des rangers éculées, chaque pas re-présentait un effort colossal. Les rayons du so-leil qui traversaient la frondaison sonnaient comme des coups de massue sur leur tête. A la sortie d’un chemin broussailleux, une petite col-line jonchée de tentes fit son entrée dans l’horizon. Les cris de soulagement et de joie ré-sonnèrent dans la forêt. Ce petit campement dressé par la troisième division de rebelles qui avançait un peu plus au sud de l’île, offrait des conditions de vie spartiates, mais les combat-tants savaient qu’ils allaient enfin se reposer. Après un périple harassant à travers les bois étouffants et hostiles de Madagascar, les guer-riers faméliques du huitième bataillon allaient pouvoir poser les armes et se régénérer à l’ombre des tentes de toile pendant quelques heures. Le commandant Stoichkov tança un des soldats qui semblait vacillant : – Tiens-toi droit fainéant ! Avance ! Tu ne vas quand même pas t’écrouler à quelques mè-
9
Sédition
tres du camp, avance ou je te fais avancer à coups de pied au cul ! Le commandant Stoichkov avait la direction de la huitième division de l’armée rebelle. Hon-grois d’origine, il menait ses hommes à la ba-guette, imposant des règles de vie drastiques et une discipline de fer. Il n’était guère écouté po-litiquement, mais respecté au niveau militaire grâce à son vécu dans la légion étrangère et son courage au combat. Seul le lieutenant Rodrigo réussissait à freiner les élans despotiques de son supérieur. Charis-matique, cultivé, intelligent, Rodrigo était res-pecté et écouté par les soldats, même par Stoichkov. Une fois sur la colline ombragée par de hauts arbres feuillus, les rebelles observèrent le bi-vouac qui se présentait à eux. Certaines tentes étaient déchirées, le sol était couvert de détritus. Les gourdes et les gamelles en aluminium cli-quetèrent lorsque les soldats se délestèrent de leur sac en les laissant tomber au sol. Certains, épuisés, s’écroulèrent, d’autres se dirigèrent vers les tentes pour s’y reposer. Sans tarder, Stoich-kov les invectiva : – Vous faites quoi là ? Tas de fainéants ! Vous allez vous relever et nettoyer ce gourbi, vous allez me remettre ces tentes d’aplomb et sécuriser l’endroit.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.