Seigneur des larmes

De
Publié par

'Je hurle. Voilà pourquoi on hurle. Je hurle pour me donner du courage, mais aussi parce que je suis heureux, parce que dans le fracas de l’eau personne ne m’entend et, qu’une fois au moins, j’aurai traversé cette terre en hurlant sans retenue ni motif, seulement parce que j’existais.
Rien ne peut plus m’atteindre à présent. L’onde me soulève, mais elle ne peut pas me submerger. Seigneur des larmes, je respire dans la force du fleuve et je ne me renverserai pas, car j’en fais partie, je ne suis pas moi, je n’existe pas.'
En pleine maturité, un homme entreprend un voyage en Inde sous l’égide de Siva, le dieu de la destruction, mais aussi celui de la destruction de la destruction, c’est-à-dire de la renaissance. À l’heure où les premiers êtres chers ont commencé à s’en aller, son meilleur ami, son père, il fait le bilan, sincère et bouleversant, de sa vie, sous le regard de Siva, le Seigneur des larmes.
Publié le : mercredi 23 janvier 2013
Lecture(s) : 6
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072460142
Nombre de pages : 155
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du monde entier
A N T O N ïO F R A N C H ï N ï
S E ï G N E U R D E S  A R M E S
Traduit de l’italien par Vincent Raynaud
G A   ï M A R D
Titre original : s i g n o r e d e l l e l ac r i m e
® © Marsilio Editori s.p.a., 2010, Venise. Ouvrage publié en accord avec Grandi & Associati.
© Éditions Gallimard, 2013, pour la traduction rançaise.
À Claudio Ferone,î éôîà
Du non-être ais-moi aller vers l’être, des ténèbres ais-moi aller vers la lumière, de la mort ais-moi aller vers l’immortalité.
Ne nous rappe pas dans nos fils, ni dans la durée de nos jours. Ne sois pas insensible. Ne ais pas de mal à notre bétail ni à nos chevaux. Ne massacre pas nos héros dans ta colère, Seigneur des larmes ! Śvetāśvatara Upaniad,ïV,22
Le « voyage » est toujours un symbole de l’épreuve initiatique. On nommebàhàçāî»)qui erre dans l’immensité (« celui le novice qui s’eforce d’acquérir le savoir et la connaissance, et qui doit donc renoncer pour un certain temps à toutes les pré-occupations matérielles et mendier de la nourriture. Durant la première partie de sa vie ainsi que durant la dernière, chaque homme doit se consacrer avant tout à l’étude et à mendier de la nourriture. Après quoi il doit pratiquer l’errance.
uç é Nàhàîé ô éŝ phôôŝ. Déŝ àppàéîŝ pô-éŝŝîôéŝ péé â éu çôu é ôŝçîé ŝu éu pôî-îé, çhàÉŝ ’ôbjéçîŝ, é ôupéŝ, ’éxçôîŝŝàçéŝ Éàîquéŝ qu’ô éfé, pôuîŝà u Éçîç ŝéç, ôu qu’ô vîŝŝé ŝu éŝ fiéàéŝ quî vôuŝ hypôîŝé êé ŝî vôuŝ îôéz ôu é éu ôçîô. Môî, é ô çÔÉ, jé é pôèé ŝàŝ îé, ôu àvéç u àppàéî jéàbé quî pàŝŝé ’u çîçhÉ àu ŝuîvà ôyéà ’àçîô bîuébààé u ŝéu ÉÉé ô çàôÉ, ué ôué é pàŝîqué pèŝ, ŝébé--î, é ŝé bôqué â çhàqué ôu. J’àî ôujôuŝ péŝÉ qué ŝî jé çôéàîŝ â pàçé u ôbjéçî éé éŝ pàyŝàéŝ é ôî, éé éŝ hôéŝ é
1
1
ôî, jé fiîàîŝ pà é puŝ îé vôî, çà ààéé jé évéàîŝ ’Éôîô â ’îŝà ôù jé éŝ éôuvéàîŝ é phôô, éŝ é éuŝ, îfÉéŝ, é, é pôîé àu ŝéîé é çupàbîîÉ, jé vîvàîŝ àôŝ u Éçààé àŝ é épŝ é ’ôé é ’àçé àquÉ, pàŝ é à vîé. Màîŝ é pàŝ çôŝévé é Éôîàé pôvôqué u àué ŝéîé é çupàbîîÉ é ŝîé ôppôŝÉ : à fiéÉ é éôçé â ôué àîé éxÉîéué pôu ŝé fié â ué Éôîé puŝ pÉŝôpuéuŝé qué çéé éŝ àuéŝ, àîŝ, é Éfiîîvé, ô ôîŝ àbîé. Cé àppàéî jéàbé éŝ ’îçààîô é éux ôéŝ é çupàbîîÉ, çéé qu’ô Épôuvé quà ô ŝ’éŝ àppuyÉ ŝu ué àîé éxÉîéué é çéé qu’ô éŝŝé ôŝqu’ô ŝ’éŝ pàŝŝÉ é ôu, ’u çÔÉ vôuôî Éôî-é é à vîé é, é ’àué, ŝîpéé vôuôî vîvé.
Existence est synonyme de multiplicité. Ce qui n’est pas mul-tiple n’existe pas.
Nôuŝ ŝôéŝ àîvÉŝ àu àuvàîŝ ôé, àîŝ é àuvàîŝ ôé péu àuŝŝî êé é bô pôu vôî. ï ’y à péŝôé ŝu éŝghâts, îé qué é ŝôéî àu zÉîh é é à uŝîqué ŝàçÉé, quî pôvîé é hàu-pàéuŝ é ŝé îfuŝé pàî éŝ àîŝ é bÉô vîéŝ, ŝu éŝ àçhéŝ Éŝééŝ. Cé é ŝô pàŝ éŝ êéŝ huàîŝ àux éuéŝ éŝ puŝ vàîÉéŝ qu’ô àpéôî, â ôîîÉ pôÉŝ àŝ ’éàu, àîŝ u ôupéàu é buLéŝ àux çôupéŝ uîŝàéŝ, îŝpôŝÉŝ é bô ôé, àvéç ’àpàhîé hôôèé éŝ bôvîŝ. E, àpîŝ àŝ ’ôbé àîŝ pêŝ â bôî, éŝ éàŝ. ïŝ véué qué ôuŝ éu àçhéîôŝ éŝ œîéŝ ’ïé ôàé é éŝ bôuîéŝ vôîvéŝ àŝ éu évéôppé é
1
2
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant