Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Une fin en soi

de editions-du-noroit

Sur le rêve noir

de editions-du-noroit

L’autrement pareille

de editions-prise-de-parole

Vous aimerez aussi

Rêve totalitaire de dieu l'amibe

de editions-prise-de-parole

Corbeaux en exil

de editions-prise-de-parole

Strip

de editions-prise-de-parole

suivant
Ancrées dans le Nouvel-Ontario, les Éditions Prise de parole appuient les auteurs et les créateurs d’expression et de culture françaises au Canada, en privilégiant des œuvres de facture contemporaine.
Éditions Prise de parole C.P. 550, Sudbury (Ontario) Canada P3E 4R2
www.prisedeparole.ca La maison d’édition remercie le Conseil des Arts de l’Ontario, le Conseil des Arts du Canada, le Patrimoine canadien (programmes Développement des communautés de langue officielle et Fonds du livre du Canada) et la Ville du Grand Sudbury de leur appui financier.
DUMÊMEAUTEUR
ESSAIS Le recueil de Dorais, vol. 1, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2011. L’écho de nos voix, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2003. Prendre la parole. Le journal de bord du grand CANO, Ottawa, Le Nordir, 1996.
NOUVELLES « L’hurluberlu d’Earlton », dansLe salut de l’arrière-pays, conte urbain, Sudbury, Éditions Prise de Parole, 2010.
POÉSIE Sur le lac Clair, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2001. L’autobus de la pluie, rétrospective de poésie publiée, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2001. La veuve rouge, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1986. Souvenances, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1979. En attendant, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1976. « Apprentissage » dansLignes-Signes, collectif de poésie, Sudbury, Éditions Prise de parole, 1973.
ROMANS Le grand livre, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2012. Le Nickel Strange, Montréal, Trait d’union, 2000. Le langage des chiens, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2002.
GASTONTREMBLAY
SOUVENIRSDEDANIEL
Roman
Éditeur : Robert Yergeau Réviseur : Jacques Côté Photographe : Daniel Julien Graphiste : Tim Inkster Conseiller : Pierre Girouard Boute-en-train : Rachelle Renaud Réalisation : Gaston Tremblay Réalisation du fichier ePub :Prise de parole Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays. Cet ouvrage a été publié originalement aux Éditions du Nordir. Copyright © Ottawa, 1995 pour la version papier Copyright © Ottawa, 2012 pour la version électronique Diffusion au Canada : Dimédia Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Tremblay, Gaston, 1949– Souvenir de Daniel ISBN 2-921365-43-X 1. Titre. PS8589.R4-18S69 1995 C843’.54  C95-900736-9 PQ3919.2.T74-S69 1995 ISBN 2-921365-43-X (Papier) ISBN 978-2-89423-726-7 (PDF) ISBN 978-2-89423-844-8 (ePub)
DÉDICACE
À la mémoire de Fabien, d’Yves, d’Yvon et de Daniel.
ÉVEIl
C’est ton œi qui cie ceci est mon âme qui votige. C’est e temps qui autour de moi se fige. Ceci est ma chair et ce qui reste de ton corps. Ceci est ’ange de notre se qui sur son soce s’éveie.
LÉTÉINDIEN
J’écris pour te dire ; j’écris pour nous redire ; j’écris pour abolir le silence. Pour dire l’amour qui m’habite, l’amour qui endure les tempêtes d’hiver, les pluies du printemps, les chaleurs de l’été et, à ma grande surprise, comme le roc du Bouclier canadien, l’usure du temps. J’écris ce poème qui s’affine comme les pierres qui s’adoucissent sur la plage. L’amour plus beau que l’été des Indiens et Dieu sait comme ces quelques journées d’automne ont su enjôler plus de poètes que toutes les femmes de la terre. Il y a quelques années, un de mes amis me demandait d’écrire un poème qui commencerait avec le vers « La terre est belle comme… ». Je n’ai pu rien dire, n’ayant rien vu ou vécu de plus beau que notre mère, cette si belle terre. Je n’ai pu rien écrire, je ne t’avais pas encore rencontré, Daniel. Eh oui! La terre est belle comme toi, Daniel. Ronde comme la bouche de ton baiser, ample comme ta poitrine qui se gonfle et qui reflue comme les flots de la mer. Tes bras se balancent dans mon ciel comme les branches du plus grand et du plus beau des chênes ; tes doigts sont des baguettes de magicien, qui évoquent le peuplier de mes rêves. Le plus beau des saules pleureurs, même quand il danse et se balance dans le vent, n’est pas aussi gracieux que tes membres qui te rapprochent de moi.