Tijuana mon amour

De
Publié par

Après Crimes en série et Destination morgue, ce troisième recueil clôt la publication des textes courts de James Ellroy. On connaît l'intérêt de l'auteur pour les faits divers criminels. Cette obsession constitue le thème central des articles et fictions réunis dans Tijuana mon amour. Qu'il retrace l'enquête sur la mort de la fille d'un présentateur de radio ou mette en scène l'un de ses héros préférés, l'intarissable rédacteur en chef de la gazette à scandales l'Indiscret, Ellroy n'aime rien tant qu'explorer « la jungle du glamour ». On y croisera le célèbre gangster Mickey Cohen, Lana Turner et son amant Johnny Stompanato et quelques figures d'acteurs ou autres « people » de seconde zone. On retrouve avec jubilation la patte caractéristique de l'auteur du Dahlia noir dans ces portraits au vitriol des flics, des acteurs, de la pègre et des médias. À travers ces trois articles et six nouvelles, c'est la face noire d'une Californie schizophrène qui est radiographiée avec une acuité rageuse, provocatrice, brillantissime.
Publié le : vendredi 3 avril 2015
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782743632298
Nombre de pages : 427
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
On connaît l’intérêt de James Ellroy pour les faits divers criminels et en particulier les affaires qui défraient la chronique. Cette obsession constitue le thème central des articles et Ictions réunis dansTijuana mon amour.retrace l’enquête sur la Qu’il mort de la Ille d’un présentateur de radio ou mette en scène Danny Getchell, l’intarissable rédacteur en chef de la gazette à sensation L’ïndiscret, Ellroy n’aime rien tant qu’explorer la “jungle du glamour”, le coeur noir et scabreux de Los Angeles. ïl en rapporte des trouvailles saisissantes, à l’odeur souvent nauséabonde. De Mickey Cohen à Lana Turner en passant par Frank Sinatra et quelques “people” de seconde zone, l’afIche est ébouriffante et la mise en scène spectaculaire, provocatrice, totalement brillante. “C’est du Ellroy pur jus. Survolté, excessif, délirant et jubilatoire.” (Bruno Corty,Le Figaro) “Ce qui uniIe tout, c’est cette écriture électrique, physique, sexuelle, qui ne fait jamais relâche.” (Serge Kaganski,Les Inrockuptibles)
Du même auteur chez le même éditeur
Lune sanglante À cause de la nuit La Colline aux suicidés Brown’s Requiem Clandestin Le Dahlia noir Un tueur sur la route Le Grand Nulle Part L. A. Confidential White Jazz Dick Contino’s Blues American Tabloid Ma part d’ombre Crimes en série American Death Trip Moisson noire 2003(anthologie sous la direction de James Ellroy) Destination morgue La Trilogie Lloyd Hopkins RevuePOLARspécial James Ellroy Underworld USA La Malédiction Hilliker
James Ellroy
Tijuana mon amour
Traduit de l’anglais (ÉtatsUnis) par JeanPaul Gratias
Collection dirigée par François Guérif
Rivages/noir
Retrouvez l’ensemble des parutions des Éditions Payot & Rivages sur
www.payotrivages.fr
© 2007, James Ellroy © 2007, Éditions Payot & Rivages pour la traduction française © 2009, Éditions Payot & Rivages pour l’édition de poche 106, boulevard SaintGermain – 75006 Paris
ISBN : 978-2-7436-3230-4
P R E M I È R E P A R T I E
LES ARTICLES
LET S TWIST AGAIN
Les états de grâce, ça va, ça vient. On ne les per çoit pas comme tels sur le moment. On les examine a posteriori, individuellement ou en groupe, et on leur superpose un schéma narratif. En définitive, cela se résume à ce qu’on a eu et qu’on a perdu. Ces schémas s’appliquent à des nations, à des villes, à des gens. Des photos en Kodachrome les complètent. Des couleurs délavées les rehaussent de leur halo. Une musique sirupeuse remplit le reste de l’image et vous suggère ce qu’il faut en penser. C’était mieux avant. Nous étions meilleurs à cette époque. J’étais plus jeune alors. Ce ne sont qu’apparences trompeuses de bout en bout. C’est une reconstitution à l’eau de rose rendue possible parce qu’elle est vraisemblable. Elle obs curcit les faits plus qu’elle ne les éclaire. Elle contient juste assez de vérité incontestable pour res ter viable. Une saison définit tout un état d’esprit. Un nom emblématique la représente. Des chevaliers et des demoiselles en une époque sans pitié. Un mélo qui fait pleurer à chaudes larmes – sur scène, à l’écran et sur CD. Une comédie musicale sentimentale et un concept artistique usé jusqu’à la corde. Avec la croisée de
9
trois chemins dont l’image m’est chère et reste bien nette dans ma tête.
1 J’avais mon propre Camelot . Il coexistait avec les pièces de théâtre retransmises à la télé depuis Broadway et la présidence de John Kennedy. Je vivais dans un appartement minable avec mon père coureur de jupons et notre chien qui chiait partout sur le lino. J’avais un esprit corrompu par une ima gination fertile et je ne savais pas très bien me comporter en société. J’avais un vélo Schwinn Cor vette à guidon surélevé, gardeboue chromés, bavettes incrustées de diamants fantaisie, sacoches à franges, et un compteur de vitesse qui montait jus qu’à 240 km/h. J’avais une ville géniale à explorer et, en tant que gamin, tout un apprentissage à assimiler. Notre appartement jouxtait Hancock Park et le bas de Hollywood. Vers le sud et le sudouest : des manoirs style Tudor, des châteaux à la française, des haciendas espagnoles. Vers le nord : de petites mai sons et des arrièrecours de studios de cinéma. Vers l’est : des entrepôts en bois et des immeubles vétustes qui se succédaient sur un terrain vallonné en ligne droite vers le centreville. Le territoire que je parcourais englobait Holly wood, jusqu’à Blackville. La frontière sud était une ligne de démarcation raciale que les gamins blancs ne franchissaient jamais. C’était le Los Angeles d’avant les émeutes. La ville n’avait pas encore connu l’hystérie. Les parents disaient aux mômes de ne pas s’aventurer au sud de Pico et laissaient leurs morveux vadrouiller.
1. Comédie musicale de Lerner et Loewe, qui présente un uni vers de bonheur idyllique, un monde idéal dans le décor de la légende Arthurienne. Par analogie, ce terme a été utilisé pour désigner l’administration Kennedy après l’assassinat du président.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Voyage d'Octavio

de editions-rivages

45 tours

de editions-rivages

Mary

de editions-rivages

suivant