Turlute gratos les jours fériés

De
Publié par

Que tu sois religieux ou non, l'idée te viendrait jamais d'aller zinguer quelqu'un dans un confessionnal, je parie ?
Eh bien tout le monde n'est pas comme toi, mon joli ! A preuve, cette dame défuntée de mort violente dans la guitoune aux péchés.
Mais le plus farce, si j'ose dire, c'est qu'elle-même s'apprêtait à flinguer son confesseur ! Tu parles d'une chasse à courre, mon neveu !
Cela dit, ce que je te raconte n'est que le début du book.
Son gracieux point de départ.
Je te cause pas de l'arrivée !
Alors là, espère : ceux qu'auront pas numéroté leurs abattis auront intérêt à retourner chez leur mère pour lui demander qu'elle les refasse !
Après tout, pourquoi elles auraient pas droit à un brouillon, les mamans ?
Je constate de plus en plus qu'en neuf mois t'as pas le temps de faire quelque chose de bien !





Publié le : jeudi 28 octobre 2010
Lecture(s) : 39
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782265092433
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
SAN-ANTONIO

TURLUTE GRATOS
 LES JOURS FÉRIÉS

FLEUVE NOIR

Les histoires d’amitié sont comme les histoires d’amour : les héros meurent à la fin.

C’est leur façon de bien finir.

SAN-ANTONIO

Si tu avances, tu meurs.

Si tu recules, tu meurs.

Alors à quoi bon reculer ?

Proverbe zoulou

On n’a rien à gagner à emmerder des gens qui n’ont rien à perdre.

Albert B.

Il ne faut jamais se torcher le cul avec un ticket de métro, surtout s’il a été poinçonné.

Albert B.

Combien de fois la carrière d’un vieux cycliste aura-t-elle été interrompue par le col du fémur ?

Albert B.

Je n’ai jamais rencontré de « porc d’agrément » et je le regrette. Quelle compagnie ce serait pour l’homme !

SAN-ANTONIO

À Pierre SCICLOUNOFF,
comme toujours et pour toujours.
SAN-A.

PREMIÈRE PARTIE

LE PÉBROQUE

1

IL NE FAUT PAS CONFONDRE
 CHAUDE-PISSE ET PREMIÈRE COMMUNION

Le chanoine Dubraque essayait d’apercevoir sa pénitente à travers la grille de bois du confessionnal. La pénombre du lieu rendait son examen difficile. Pourtant il captait plus ou moins une chevelure blonde, tombant jusqu’à l’épaule, un visage doux dont les yeux de contrition se dérobaient.

Il murmura d’une voix mansuète :

— Disez-moi tout, mon enfant ; disez-moi bien tout si vous voudrez obtiendre une bonne absolution qui lave plus blanc que blanc.

Mais la personne éprouvait de la difficulté à avouer ses fautes. Sa respiration saccadée révélait sa réticence.

Le digne ecclésiastique se fit plus pressant :

— V’savez, ma poule, v’s’êtes là pour essorer vot’ conscience. Il n’éguesiste pas d’fautes que vous ne pussassiez me dire. J’en ai entendu des raides d’puis qu’ j’fais prêtre. J’croive qu’ rien n’m’aura été épargné : tous les péchés capitals y sont passés, de pomper des chibres jusque z’à buter sa vieille môman !

Il eut un rire guilleret qui se voulait encourageant. Cependant, la femme continuait de stagner dans les mutismes les plus hermétiques.

— J’voye, soupira le chanoine, vous faites un coinçage ; faut qu’ j’vais vous aider. On commence par la broutille : j’vous prends la gourmandise. Vous raffolez la bonne bouffe ?

— Brrr…, répondit la contrite.

Le digne homme en fut offusqué.

— Non ! s’indigna-t-il. Pourtant, merde ! c’est pas dégueu, la tortore, p’tite maâme. Dites-moi pas qu’un bon coq au vin grémenté d’petits lardons, ou une belle potée auverpiote ça vous fait pas mouiller de la clape !

— Brrr… ! réitéra l’agenouillée de frais.

— J’voye, maugréa le chanoine, c’est l’ramadan biscotte vot’ ligne. Si vous croiliez qu’ les mecs en pincent pou’ les planches à repasser, vous vous filez l’finger dans l’lampion, comme disent les Britiches. Bon, alors passons directo au dargiflard ; j’croive comprend’ qu’ vot’ longueur d’onde à vous, c’est la baise, hein ? Vous grimpez au chibre, ma p’tite loute ? Vot’ coquetterie, c’est d’sauter au paf ? Écosseuse de braguettes, je pressens.

« Un beau matou croise vot’ route et hop ! vous y engouffrez l’Nestor pour débuter, bien y entreprend’ le bilboquet à moustaches gauloises, vous l’califourchez à cru, en écartant la p’tite culotte, pas y blesser l’manche à gigot. Et pis, quand c’est qu’ son chibraque a franchi l’point d’non-retour, par ici la bonne soupe ! Ces messieurs-dames à l’horizontal’ pour l’stipule chaise d’gala ! Naturel’ment c’est pas av’c vot’ julot qu’ vous accomplissez ces performances, hein ? Vot’ gagneur, c’est juste l’sifflet dans la tirelire, l’samedi soir, pour y décrasser les glandes. Mais la chouette embellie, v’la réservevez à des milords d’après-midi, qu’ont tout l’temps d’se dégorger l’espiègle.

« Slave dit, j’vous comprends : la bonne tringle, faut z’êt’ parfaitement rilaxe pour pas r’chigner du coup de reins. Un’ belle embrocade n’souff’ pas la précipitance.

« Moi, si j’vous dirais, l’idéal, c’t’un p’tit roupillon après l’premier lâcher d’ballons. Le quart d’heure du roi, manière d’s’refaire des burettes. N’alors, vous v’là neuf, paré pour la sute qu’est bien meilleure qu’ l’début, biscotte on s’est défargué d’l’impatience. Au départ, le désir vous mène ; vous v’lez t’êt’ au four et au moulin n’en même temps et, d’c’fait, vous bâclez vos bouffages et coups d’rapière.

« À la seconde tournanche, on pondère bien. Tout dans la languisserie, ma poule. Y v’s’arrive volontiers d’limer de profil si vous verriez c’que je veuille en viendre ? La frangine n’a qu’à r’plier une de ses cannes, faciliter l’entrée du gladiateur. Pour mett’ la potée rose, rien n’vous empêche d’pratiquer à la dadame un léger toucher su’ l’avant-scène en cours d’embroque. Ça lu stimule le sensoriel. C’est là qu’ vous branchez la radio pou’ couvrir ses pâmades. Pas d’emballement, surtout ! Même qu’elle vous supplillerait d’placer vot’ sprinte : calmos ! C’est pour son bien. Après son panard, ell’ vous en saura gré. Quand v’s’en êtes là, rien n’vous empêche d’larguer les amarres la tête haute.

« Pourtant, j’précone au gonzier d’s’réserver, pour l’oraison bien simp’ qu’en amour, la gerce récupère beaucoup plus vite qu’ l’matou. Y arrive qu’é se met à vous rebricoler l’chinetoque tandis qu’vous s’êtes su’ l’flanc à chercher vot’ souffle comme un thon frais pêché su’ le pont du barlu. La prévoiliance veuille qu’vous sortassiez les aérofreins n’au moment d’vot’ envol de pigeons ; vous lui jouez une p’tite bramade au chiqué, qu’é croye que vous prenez vot’ fade aussi, manière d’unissonner. N’en réalité vous restez opérationnel pour l’troisesième service.

« Là, d’deux choses l’autre : n’ou bien elle r’met l’couvert biscotte c’t’une insatiable ; ou bien elle crille grâce, vu qu’elle est essorée complet, n’au quel cas, si ell’ a du savoir-viv’, elle r’fusera pas d’vous turluter l’Nestor en r’mercillement d’vos bons et aloyaux services. Vous vous rabattez alors sur un solide calçage à la papa pour solde de tout compte. Et même, dans c’cas estrême, j’en aye connues qu’ça rallumait et qui f’saient la route av’c vous, ce qu’est un épi inde aussi inattendu qu’ d’tout’ beauté. »

Le confesseur se tut, à court de salive et d’arguments.

Dans la partie de la cage à péchés réservée aux pénitents, la confessée ne mouftait pas. Elle avait appuyé son front sur la grille de bois, comme pour se rapprocher au maximum du chanoine, et restait immobile.

— M’n’enfant, murmura le saint homme, avez-vous-t-il bien compris ce dont je vous ai dit ? Mes esplicances vous paraissent probab’ment manquer d’nuances, mais j’suis toujours été pou’ le parler franc. Dites, ma poule, v’sentez vachement bon. C’est quoice, vot’ parfum ?

Silence.

L’homme d’Église toussota, ce qui lui amena une expectoration qu’on aurait classée triple zéro chez un écailler. Il s’en défit à l’amiable et reprit :

— Si qu’vous s’riez émue, disez-le-moi franchement : un prêtre ça peut tout entendre. P’t’êt’ sont-ce mes allusions à l’amour qui vous troublent ? Y a des natures très portées qui grimpent en mayonnaise sitôt qu’on leur cause radaduche. Si tel s’rait l’cas, j’l’comprendrerais, v’savez, mon trognon.

Comme la personne continuait de mutismer farouchement, le confesseur craignit qu’étant peut-être d’une nature hypersensible, elle ne se fût évanouie à son discours.

Il sortit de sa guitoune pour aller porter un éventuel secours à la pénitente. Lorsqu’il eut tiré le rideau isolant cette dernière, il constata qu’elle n’en avait pas besoin.

La femme blonde se trouvait toujours en posture de contrition. Sa joue gauche était appuyée contre la paroi à claire-voie. Son bras droit pendait le long de la cloison. Son regard (dont on ne distinguait qu’un œil) était d’une éloquente fixité. Malgré la pénombre ambiante, le chanoine réalisa que la peau de son visage tournait au bleu-vert.

— Nom de Dieu de merde ! soupira l’ecclésiastique d’une voix qui manquait un tantisoit peu de dévotion.

2

PLEURE ! Ô MON PAYS BIEN-AIMÉ

Alexandre-Benoît libère un de ces pets de stentor qui comptent dans la vie d’un slip Éminence. Son étole violette accroît la vive coloration de ses joues marbrées par l’abus des boissons fermentées. Il a l’œil hébété de la poule venant de trouver un couteau Opinel parmi les œufs qu’elle est en train de couver.

Comme il est en veine de flatulence, il bombarde derechef. Une vieille bigote de garde, aux prises avec des perles également, mais en ce qui la concerne ce sont celles de son chapelet, se retourne, interloquée.

— Qui sème le vent récolte la tempête, dit le gros chanoine d’un ton désabusé.

La prieuse se fait une oraison et l’oublie. Lors, le faux prêtre introduit son pouce et son médius en pince de homard dans sa bouche et lance un coup de sifflet qui n’est pas sans rappeler celui qu’émet un arbitre de foot pour marquer la fin d’un match.

La dame sursaute et interpelle d’un regard éberlué ce singulier prêtre qui produit des bruits si peu en rapport avec le saint lieu.

Je me tenais dans le fond de l’église, entre le bénitier et ce renforcement où sont en vente des publications approuvées par le clergé. J’étais en train de prier le Seigneur à propos de mon tiers provisionnel qui va me choir sur la coloquinte au moment où je viens d’acheter une Ferrari 456 G T gris anthracite, intérieur havane. Je me doute parfaitement que Dieu doit rester circonspect vis-à-vis de ce genre de requêtes mais enfin Il est là pour tout le monde, et le cyclomoteur d’un manar émigré n’a pas priorité sur un véhicule de prestige déjà gravement pénalisé par le montant de sa vignette, des impôts inhérents ainsi que de son entretien.

À l’instant où ma supplique se pare d’un vocabulaire de haute tenue, une modulation stridente, amplifiée par les voûtes de l’édifice, fissure mes tympans.

Bérurier a du nouveau !

Illico, je me signe d’une croix et me dirige vers le confessionnal du chanoine Dubraque. Ce faisant, je constate que, simultanément, mon sombre collaborateur Jérémie Blanc se rabat vers l’entrée principale, tandis que César Pinaud, tout enchifregné dans le col d’astrakan de sa pelisse pour milliardaire des années 20, gagne la petite porte latérale de l’église, laquelle donne sur la rue Bugnazet de Mayfaisse, l’inventeur du choucroutier à modulation de fréquence.

Béru en chanoine est une vision à ne rater sous aucun prétexte, même valable.

Le Mastard est debout, dos au confessionnal dont la lourde centrale est restée ouverte. Il a l’air bizarre d’un médium qu’un hypnotiseur en manque de fluide a endormi d’un coup de maillet sur l’occiput.

— Quoi ? lui demandé-je abruptement.

— La couille ! m’informe le prêtre de circonstance en me montrant le logement de gauche.

Je fais coulisser complètement le rideau d’étoffe rêche, plus poussiéreux que le prépuce de Madonna. Ce simple geste me met en présence d’une dame qui quinquagénait sur les bords avant de restituer son âme à Dieu. La personne est blonde décolorée, vêtue d’une robe noire, d’un ciré bleu, chaussée de bottines en cuir souple. Sa tête est appuyée sur la grille de bois ; ses doigts tiennent un mouchoir en boule. Un parapluie rétractable est sagement déposé sur le plancher.

— J’la confessais, m’explique le Mammouth, et a n’mouftait rien. Juste au début, l’a produise quéqu’gargouillis en réponse à des questions intimes dont j’lu posais. J’croaliais qu’a m’disait « non ». N’à la fin, j’ai voulu en avoir l’cœur net, alors j’ai sorti pour m’renseigner ; et v’là.

Il ajoute :

— Rien vu, rien entendu ! Tu croives qu’elle a eu une crise cradingue ?

Au lieu de répondre, j’actionne ma lampe-stylo et promène l’étroit faisceau sur le visage de la morte. Il ne me faut pas longtemps pour découvrir une minuscule perle de sang en cours de coagulation sur sa joue droite, près de la tempe. Le raisiné a séché, est devenu carmin, avec des reflets de verre.

— Ne touchez à rien, mon père ! fais-je en m’esbignant.

D’entreprendre alors une visite de l’église. Outre la bigote en âge d’oraison, il y a là l’abbé Prunier occupé à catéchiser quatre petites filles près de l’autel consacré à la bienheureuse Vierge Marie, deux religieuses qui décorent le chœur de branchettes de houx en prévision de je ne sais quelle fête, et un bedeau-remplaceur-de-cierges-trop-bas-consumés, juché sur une échelle à double révolution. Rien de plus innocent, ni de plus paisible, que ces êtres rassemblés par l’amour du Seigneur. Je regarde dans l’autre confessionnal, puis derrière les trois autels, et enfin dans la sacristie où je constate que la porte de cette dernière est fermée au verrou depuis l’intérieur. Par acquit de ce que tu sais, je demande aux aimables nonnes si elles auraient vu quelqu’un pénétrer dans ces coulisses de l’église ; mais elles me répondent que niet. Rapide visite à mes coadjuteurs pour leur poser la même question. Pinuche et Blanc m’affirment que personne n’a quitté la maison de Dieu depuis vingt minutes.

J’ai toujours raffolé du mystère de la chambre close parce qu’il donne à rêver. Comme le prodige est banni de notre univers rationaliste, on en vient automatiquement, et à son vif regret, à remplacer le merveilleux par une bonne vieille évidence bien de chez nous. Mon intelligence, du moins ce qui m’en tient lieu, me dit que si un meurtre a été commis dans la maison du Seigneur et que personne n’en est sorti, c’est que le coupable s’y trouve toujours. Pas besoin d’être diplômé de Polytechnique pour admettre la chose. Ce qui reviendrait à dire qu’il est l’une des personnes présentement rassemblées sous les voûtes faussement gothiques de l’église. Je veux bien, mais sur laquelle faire porter mes soupçons ? Est-ce le catéchiste ? Une des pucelles provisoires auxquelles il enseigne la vérité du Seigneur ? Est-ce l’une des deux religieuses affairées dans le chœur ? Ou bien le bedeau qui cherche du suif à ses chandeliers ? Voire la bigote en prière ? Elle est peut-être fausse, après tout ? Et s’il s’agissait d’un gonzier affublé ? Mes deux auxiliaires, Pinuche et Blanc, assurent n’avoir rien remarqué de suce-pet.

Je cherche la pénitente des yeux : elle n’est plus sur son prie-Dieu ! Par contre, son sac à main hors d’âge s’y trouve encore. Avec impudence, je l’ouvre. Il contient un livre de messe, des kleenex neufs ou usagés, un chapelet à gros grains, un porte-cartes en plastique recelant une carte d’identité nationale délivrée au nom de Marie Couchetoilat, la photographie d’un officier de j’ignore quelle arme, au visage ganacheur, et un godemiché de concierge, en caoutchouc fusé qui doit remonter à Mlle de La Vallière (que son pied bot n’empêcha jamais de pomper le chibre de Louis XIV). Le tout me semble assez innocent.

Comme je remets le réticule ridicule sur la paille de la chaise basse, je perçois une agitation feutrée en provenance du confessionnal.

M’en approche. Constate que la cahute à péchés est animée d’un léger roulis kif si elle dérivait sur un fleuve impassible. La porte réservée au confesseur est infermée. Je jette un œil et découvre le faux chanoine Dubraque en train d’exorciser la culotte chafouine de la pénitente. Elle est assise sur les genoux du Valeureux, lequel la cramponne à deux mains par le michier pour aider cette méritante vieillarde à se soulever et à s’abaisser selon une judicieuse cadence.

La pauvre égarée balbutie :

— C’est mal, ce que nous faisons là, mon père !

— Occupez-vous pas d’ça, m’n’enfant, riposte le maître d’œuvre. Disez-vous plutôt qu’si le gentil Seigneur nous a donné un sesque, c’est pas pour qu’y servasse de châssis aux toiles d’araignée. Moi, d’vous voir l’dargif dressé pendant qu’vous prillellez, j’ai pas pu réfréner. Après not’bouillave on récitera un navet et un pâté par acquit d’conscience ; dans not’ région catholique, on peut toujours s’arranger à l’amiab’, c’est c’qu’en fait la beauté. Mais assez papoté, pense à c’qu’tu fais, la mère ! Bouge-le, ton vieux pot ! T’en as chopé souvent, des braques d’ce calib’, dis, Carabosse ? Allez, force ! Profite, c’est gratuit ! Un’occase pareille, t’es pas prête à la r’trouver.

Ainsi s’exprime Alexandre-Benoît, profanateur insconcient.

Et Bibi, abasourdi, se demande avec l’anxiété du désespoir où est passé « l’assassin du confessionnal » ?

La situasse, tu veux que je te la résume ?

Nous étions prévenus qu’un meurtre allait être commis dans cette église. Nous avions pris nos précautions en l’investissant à quatre. Nous avions dévolu au Gravos le rôle du confesseur car il a l’embonpoint du chanoine Dubraque. Une issue condamnée, les autres étroitement surveillées, j’étais convaincu que rien ne pouvait se produire de grave. Et puis tu vois ?

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.