Un été en famille

De
Publié par

C’est l’été. La sœur de Philippe, le narrateur, meurt subitement. On l’enterre. Il y a la mère, et Marie, la petite sœur collégienne. Et l’oncle Paul, ami de Duval, le médecin qui leur prête sa belle propriété au bord du lac. La vie reprend ses droits. Philippe noue une relation avec une jeune collègue de travail, il passe du bon temps avec son meilleur ami, Basile. Tout semble paisible. Mais en fait, non. On ressent dès les premières pages un malaise. Quelle relation Philippe entretenait-il avec sa sœur ? De quelle maladie celle-ci était-elle atteinte ? Pourquoi le narrateur s’adresse-t-il à Marie dans ce qui ressemble à une longue confession, une dernière tentative pour renouer les fils du destin ? L’étrangeté des situations grandit au fil d’un récit entrecoupé de magnifiques descriptions des paysages français, dans une traversée du territoire vers le Sud et l’Espagne, en camionnette, comme une fuite sans espoir.
Publié le : jeudi 21 août 2014
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021155280
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
U N É T É E N F A M I L L E
F i c t i o n i e& C
A r n a u d D e l r u e U N É T É E N F A M I L L E
roman
Seuil e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
c o l l e c t i o n « F i c t i o n & C i e » f o n d é e p a r D e n i s R o c h e d i r i g é e p a r B e r n a r d C o m m e n t
ISBN9782021155266
© Éditions du Seuil, août 2014
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.fictionetcie.com www.seuil.com
Au Groggy.
Étouffons, étouffons une ardeur détestable ; Ou bien mourons, avant que d’être plus coupable. Mais que mon frère, au moins, en me fermant les yeux, Joigne un dernier baiser à ses adieux. Ovide,Les Métamorphoses
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi