Un rêve ou un rêve

De
Publié par

'Un rêve. Il est impossible de faire parler la langue. Il est impossible de tenter de faire parler la langue. Cette tentative ne peut même pas s'assumer soi-même, a fortiori s'avouer. C'est donc en rêve que s'anime l'inertie essentielle et fondamentale de cette impossibilité. Un cénotaphe se définit soi-même : un tombeau qui s'érige dans l'attente de son corps. Une page est le lieu où le vertical et l'horizontal se rencontrent sur le même plan, celui du trou. Et encore : Ce qu'on ne peut déjà comprendre, il est possible de le décrire. Ce qu'on ne peut encore réfléchir il est nécessaire de le montrer. Mais ce qui ne sera jamais pensé il est donné d'y veiller toujours en dire.'
Publié le : jeudi 16 février 2012
Lecture(s) : 52
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818010402
Nombre de pages : 77
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
U n rêve ou un rêve
D U M ÊM E AUT EUR
Chez le même éditeur HIST OIRE D EVIVAN TLAN ON LAPOÉSIE LA VIE QA FAN T ASIAUASI UN QUELQUES PET PORT RAIT S IT S C E D E MON D E
Aux éditions Christian Bourgois LEROI D ESFÉES
Aux éditions Flammarion PARC S LEPRIN C E CEN T À LC HAN T S D E SES FRÈRESAD RESSE LESÉT AT S D U D ÉSERTédicis, 1976)(Prix M
Aux éditions Hachette TOMBEAU D EHÖLD ERLIN(épuisé) LESPLEURS(épuisé) 2 OD ES(épuisé) MORD EC HAISC HAMZ(épuisé) LATEN T AT ION D UTRAJETRIMBAUD(épuisé) MEURT RE(épuisé)
Aux éditions Salvy BELAJAI
Aux éditions Julliard MÉT AMORPHOSES
Aux éditions Sables M ’ÉLOIG N AN T,MAN TEN REVEN
M arc C holodenko
U n rêve ou un rêve
P.O.L e 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6
© P.O .L éditeur, 1999 ISBN : 2-86744-693-7
U n rêve
D ans l’oreiller est le dedans de l’oreiller est la pointe langue de feu soutenant une in d u ration d an s la p lu m e le m on ticu le qu i qu an d il n ’est pas là est là d an s la b r u m e. L e p oin t p lu s gr is loin d an s le gris lointain est ni gris ni loin le som m et em por té d an s l’épan chem en t an cien d u feu d or m an t m ain ten an t. D an s l’in ter-valle ça passe ça roule. D ans l’inter valle il n ’y a p a s d ’in t er va lle q u ’o n p u isse trou ver. Il fau t traverser en essayan t d e n e r ien ren ver ser in u t ile d e casser s’il s’agit de supprim er si le désir le dit aérer. Il n’y a aucune nécessité où rien confor-m er rien à trouver à contourner que ce q u e d it le d ésir aérer. P ren d s-m oi m a m ain. Trouve dans le lieu une place une m anière d’air d’aérer. Il y a m oins de dif-féren ce d e la m ain à la m ain qu e d an s toute autre partie. D ans m a m ain se tient la p lace où se t ien t la m ain . Su ivre la m ain en m anière de trouver la place de dire est le plus proche chem in de partie à
9
p ar t ie d an s le p aysage o ù ch er ch er le plus proche le plus vaste hum ain pour en p la c e r e n s e m b le t o u t e s le s p a r t ie s. G uide-m oi m a m ain la m ain pour placer d e p ar tie en p ar tie la p ar tie en sem b le. F aire l’en taille où tou t ver se à ta taille dans le lieu le paysage. Le feuillage il y a. O h com m e il est. En glèbe en poussière la ter re. L a ter re. E t le roc h au tain . A l’oreiller est le roc chu et relevé en taille hum aine sus et sous la taie en pierre en p lu m e fe u b r u m e so n n a n t e t m u e t à l’oreille. La thèse la statue à poser adm i-rer. Rien n’est dur au tem ps qui n’a chu de soi pris terre. Il y a sous le feuillage à d em i cach é le b u st e à t êt e r u in ée. L a prendre en m ain en caresser les traits en relève des figures de terre suivant l’ondu-lat ion aveu gle d u ver l’on d oiem en t d u feu illage aspergean t la terre d e lu m ière. C ela s’adm ire de soi continuant de soi le procès secret ne laisse aux m ains que le tactile tou ché au voir au pen ser qu e le
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant