Une pinte de Bruen 1

De
Publié par

Fayard poursuit l’édition des œuvres de jeunesse de Ken Bruen avec deux volumes d’un recueil de nouvelles et de courts romans que l’auteur avait coutume de vendre dans les pubs de sa ville natale. Devenu incontournable dans le noir d’aujourd’hui, véritable star aux Etats-Unis, ces premiers écrits étaient devenus introuvables, les voici réunis. Ken Bruen est une voix originale, très littéraire et cinématographique, puisque Hollymood s’en empare aujourd’hui en adaptant notamment London Boulevard, pastiche du formidable Sunset Boulevard de Billy Wilder. « Imaginez un bar dans l’Ouest de l’Irlande. Le soir. Une épaisse fumée dans l’air. Des rires qui se font écho de table en table. On est au Galway Arms Bar. Le jeune Ken Bruen sourit et plaisante en tendant un exemplaire de son dernier ouvrage à un tout nouveau lecteur. Un lecteur de la catégorie des chanceux. Le Funérailleur (Morbidités irlandaises), qui ouvre ce volume, son premier roman, raconte l’histoire d’un jeune Irlandais fasciné par les funérailles. A tel point qu’il passe sa vie à suivre un enterrement après l’autre. Chose surprenante, et c’est d’ailleurs le cas pour la plupart des premiers écrits de Bruen, ce n’est pas un polar. Oh, il y a des crimes, mais l’intrigue a un rythme propre et une ambiance très noire qui regorge d’humour à la mode de Galway. On y voit apparaître, servis tout cuits selon la recette de Bruen, des sujets qui vont hanter bon nombre de ses romans : l’Amérique, les livres, l’Irlande, l’alcoolisme, les prêtres, la poésie, les citations... Et, bien sûr : des listes. » C’est bien du Ken Bruen. (Extrait de la préface « Origines d’un original » par Allan Guthrie.)
Publié le : mercredi 31 mars 2010
Lecture(s) : 22
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213675442
Nombre de pages : 380
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Fayard poursuit l’édition des œuvres de jeunesse de Ken Bruen avec deux volumes d’un recueil de nouvelles et de courts romans que l’auteur avait coutume de vendre dans les pubs de sa ville natale. Devenu incontournable dans le noir d’aujourd’hui, véritable star aux Etats-Unis, ces premiers écrits étaient devenus introuvables, les voici réunis. Ken Bruen est une voix originale, très littéraire et cinématographique, puisque Hollymood s’en empare aujourd’hui en adaptant notamment London Boulevard, pastiche du formidable Sunset Boulevard de Billy Wilder. « Imaginez un bar dans l’Ouest de l’Irlande. Le soir. Une épaisse fumée dans l’air. Des rires qui se font écho de table en table. On est au Galway Arms Bar. Le jeune Ken Bruen sourit et plaisante en tendant un exemplaire de son dernier ouvrage à un tout nouveau lecteur. Un lecteur de la catégorie des chanceux. Le Funérailleur (Morbidités irlandaises), qui ouvre ce volume, son premier roman, raconte l’histoire d’un jeune Irlandais fasciné par les funérailles. A tel point qu’il passe sa vie à suivre un enterrement après l’autre. Chose surprenante, et c’est d’ailleurs le cas pour la plupart des premiers écrits de Bruen, ce n’est pas un polar. Oh, il y a des crimes, mais l’intrigue a un rythme propre et une ambiance très noire qui regorge d’humour à la mode de Galway. On y voit apparaître, servis tout cuits selon la recette de Bruen, des sujets qui vont hanter bon nombre de ses romans : l’Amérique, les livres, l’Irlande, l’alcoolisme, les prêtres, la poésie, les citations... Et, bien sûr : des listes. » C’est bien du Ken Bruen. (Extrait de la préface « Origines d’un original » par Allan Guthrie.)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.