Une soirée

De
Publié par

Quand ils étaient tous les trois étudiants en médecine, à cette époque de libération des moeurs et des esprits où l'on pouvait vivre ses utopies, Denis et Romain ont aimé Florence sans jalousie entre eux, et Florence les a aimés l'un et l'autre. Romain a quitté la France. Denis et Florence se sont mariés. Les années ont passé, douces et harmonieuses. Lors d'une soirée chez des amis, Romain reparaît. Il revient d'Afrique, mais c'est du passé qu'il semble surgir. Il aime toujours Florence. Que va-t-elle faire ? Rien de ce qu'on croit. Car elle prend conscience, en une soirée, que jusqu'alors elle n'a rien décidé dans son existence. Elle a consenti, elle n'a pas choisi. Cela lui semble tout à coup insupportable. Anny Duperey raconte avec autant d'acuité le parcours de Florence que ce qu'il advient de Denis et de Romain. Chaque lecteur, qu'il soit femme ou homme, trouvera des échos de lui-même dans ce roman émouvant, inattendu comme est la vie, souvent drôle, toujours généreux.
Publié le : mardi 1 septembre 2009
Lecture(s) : 49
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021006391
Nombre de pages : 268
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
E
5
tions destinées à une partielle faite par quelque cause, est illicite et constitue e de la propriété intellectuelle.
Extrait de la publication
d’un cœur fidèle
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
ence au moment à la main. La lle allait en pas-ière consulta-happé, mais elle s pour décro-s l’entrée. Elle elle répondait,
ue chose pour
ois passer à la ing en début entre en salle
Estelle capable de ses soirées. n mari mieux
paratrice, en
Extrait de la publication
n hôpital public, ns cette clinique ique, dont Pierre, stelle connais-alités dans les tiques. Le couple rence se deman-ouver le temps s, avec autant de e psychothéra-lle, avait un que celui de son a clinique. Entre aniser ses soirées
bourgeois à per-ilieu d’un jardin que l’endroit était stelle connaissait
e des invités et e de se laisser . Sa journée de nsultations mati-l’hôpital où elle r à son cabinet aison de perdre i seraient pré-, elle ne connais-
ois… tante pour toi ! ant sur le tapis, dos, son cartable
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

MADAME SEYERLING

de ActuaLitteChapitre

L'air du temps

de les-editions-de-courberon