//img.uscri.be/pth/75b43994349d92f2442c0bca9a4be7c4c9154b19
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,40 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Roméo et Juliette - W. Shakespeare

De
128 pages

Tous les outils et compléments nécessaires pour aborder l'étude de l'œuvre.

Voir plus Voir moins
SOMMAIRE
1 - SOURCES ET CONTEXTE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9 1 - AUX ORIGINES D’UNE ŒUVRE. . . . . . . . . . . . . . .10 Sources lointaines. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10 Sources proches. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11 Extraits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13 2 - UNE ŒUVRE DANS SON TEMPS. . . . . . . . . . . . . . .17 L’âge d’or. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 Le théâtre élisabéthain. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23 3- L’ŒUVRE ET SON CRÉATEUR. . . . . . . . . . . . . . . . .29 Biographie de Shakespeare. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29 Fiche signalétique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .34
2 - ETUDE STRUCTURELLE DU TEXTE. . . . . . . . . . . . . . . .41 1 - RÉSUMÉ RAPIDE DE L’INTRIGUE. . . . . . . . . . . . . .41 2 - RÉSUMÉ DÉTAILLÉ DE L’INTRIGUE. . . . . . . . . . .43 Acte I. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43 Acte II. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 Acte III. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51 Acte IV. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 Acte V. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 3 - SCHÉMA DRAMATIQUE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .57 Construction dramatique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .57 Quelques remarques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60 4 - CONFIGURATION DES PERSONNAGES. . . . . . . . .61 Roméo. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61 Juliette. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63 L’entourage de Roméo. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64 L’entourage de Juliette. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .66 5 - LA RHÉTORIQUE SHAKESPEARIENNE. . . . . . . . .72 Le style. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72
REPÈRES
5
6 - DRAMATURGIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74 Analyse spatiale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .74 La scène élisabéthaine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75
3 - PERSPECTIVES ET PROBLÉMATIQUES. . . . . . . . . . . . .77 1 - LE MYTHE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78 Le mythe sacré. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78 Le mythe littéraire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79 Mythe et tragédie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .79 2 -TEMPS, LIEU ET ACTION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 Les imprécisions mythiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 Le temps chronologique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81 3 - L’AMOUR. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83 Dans les mythologies. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .84 Le paradoxe amoureux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .85 La fusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89 4 - L’INTERDIT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91 Les interdits familiaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91 Les interdits sociaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93 Les interdits religieux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .96 5 - LA FATALITÉ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98 Les imprévus. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .99 Les augures. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .100 6 - LA MORT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102 Les tristes amours mythiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102 Éros et Thanatos. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .103 Le monstre chtonien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .105 Le ver de la mort. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .106 Être et ne pas être. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .107 7 - LA SUBLIMATION. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .109 La métamorphose individuelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .110 La métamorphose collective. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .113 La métamorphose artistique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115
4 - UNE ŒUVRE POUR NOTRE TEMPS. . . . . . . . . . . . . . .117 1 - FORTUNE LITTÉRAIRE DE L’ŒUVRE. . . . . . . . . .118 Les traductions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .118 Les adaptations littéraires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122
6LESMOTS
2 - DIALOGUE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128 Les adaptations musicales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .128 Les adaptations cinématographiques. . . . . . . . . . . . . . .132
5 - ANNEXES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145 1 - OUTILS PÉDAGOGIQUES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .145 Tableau chronologique des sources. . . . . . . . . . . . . . . .145 Tableau chronologique de quelques adaptations. . . . .146 Compléments critiques surRoméo et Juliette. . . . . . . .147 Quelle place pour les étoiles ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .149 L’amour dans d’autres pièces de Shakespeare. . . . . . . .150 2 - LEXIQUE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .151 3 - BIBLIOGRAPHIE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157 Autres éditions deRoméo et Juliette. . . . . . . . . . . . . . . .157 Ouvrages généraux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .157 Études surRoméo et Juliette. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .158
1
SOURCES ET CONTEXTE
Londres, été 1593. Jeune poète et dramaturge désargenté, William Shakespeare est pressé par son commanditaire, à qui il promet de bientôt livrer la pièce « Roméo et Éthel, la fille du pirate ». À court d’inspiration, l’auteur ne possède alors qu’un titre ; il semble en outre incapable de composer le moindre vers. Certes, Shakespeare a déjà l’étoffe d’un drama-turge de talent, mais il lui manque une égérie de chair capable de donner un nouvel élan à son imagination, Melpomène et Thalie* semblant bien impuissantes. Entre en scène Lady Viola de Lesseps, qui rêve de monter sur les planches des théâtres, ce qui était alors interdit aux femmes en Angleterre. Suite à cette ren-contre, Shakespeare retrouve enfin son inspiration et, en peu de temps, rédigeRoméo et Juliette… C’est du moins la version cinématographique que donne John Madden dansShakespeare in Love, sorti en 1998, pour expliquer la genèse de cette tragédie. La réalité, on s’en doute, est bien moins romanesque, mais tout aussi pas-sionnante.
SOURCES ET CONTEXTE9
1 - AUX ORIGINES D’UNE ŒUVRE
Sources lointaines Le « Cantique des cantiques » Texte biblique appartenant à l’Ancien Testament, e sans doute composé auIVsiècle av. J.-C., le « Cantique des cantiques » (ou « Chanson de Salomon ») est un poème qui narre, grâce à une série de chants alternés, l’amour entre un bien-aimé et une bien-aimée. Il fut longtemps perçu comme simple parabole* de l’amour de Jésus-Christ pour l’Église, mais les nombreuses images érotiques signalent que pareille lecture ne sau-rait rendre compte de la richesse de cette ode amou-reuse qui semble se superposer au mythe d’Éros et de Psyché* (on retrouve en effet deux traits communs : prépondérance de la nuit et importance de ne pas connaître le vrai visage de l’amour). Même si l’exil et la solitude constituent une grande partie de ce texte, les deux amants sont néanmoins vivants lorsqu’ils sont enfin réunis. La tradition courtoise : Tristan et Iseut e AuXIIsiècle, à la chanson de geste* succède l’amour courtois (ou «fin amor»), qui constitue un développement fondamental dans l’imaginaire amou-reux : les troubadours chantent l’amour indéfectible d’un homme pour sa dame, souvent inaccessible.Le Roman de Tristan, tout commeLancelot ou le chevalier de la charrette, appartient à cette littérature. Datant du e XIIsiècle,Le Romanconnut de nombreuses versions (notamment celles de Chrétien de Troyes – aujour-d’hui disparue –, de Béroul et de Thomas d’Angleterre). Appartenant à l’origine à la tradition orale,Le Romanprésente le thème de l’amour impos-sible entre Tristan, valeureux chevalier aux multiples
10ROMÉO ETJULIETTE