Se reconnaître, s'entendre, s'organiser / [signé : Albert Maurin]

De
Publié par

impr. de Brunard (Troyes). 1871. 8 p. ; in-8.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : dimanche 1 janvier 1871
Lecture(s) : 9
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Se reconnaître.
s'entendre, s'organiser.
(Extraits du Progrès national.)
I.
Un homme d'État disait de la France, sous un des
gouvernements précédents, qu'elle était centre-gauche,
On peut dire de la France, aujourd'hui, qu'elle est
« conservatrice-libérale ».
Les partis extrêmes revendiquent en vain ses sym-
pathies. L'opinion publique, dont les hommes de
passion ont pu surprendre un instant la raison, le bon
sens, au milieu des cruelles épreuves que le pays
vient de traverser ; l'opinion publique se retrouve
telle qu'elle était avant la catastrophe : elle veut le
— 2 —
progrès sans le séparer de l'ordre ; elle veut la liberté,
en lui donnant les garanties d'un pouvoir fort et
stable ; elle est prête à accepter toutes les réformes
propres à améliorer les conditions morales et maté-
rielles de la classe la plus nombreuse, à la condition
expresse que ces réformes ne toucheront pas aux
principes qui sont la base de la société chrétienne, la
famille, la propriété, la religion ; elle n'a de répu-
gnance pour aucune forme de gouvernement, mais
elle entend que le gouvernement qui aspirera à l'hon-
neur de diriger les destinées de la France soit le gou-
vernement de son époque, non un retour vers le passé
ou un élan furieux vers de coupables et périlleuses
expériences.
C'est avec ce programme d'ordre et de liberté, de
progrès et de conservation que la pacification doit se
faire dans les esprits troublés par nos récents mal-
heurs , et que doit s'accomplir l'union de tous les
hommes modérés à quelque parti qu'ils aient appar-
tenu ; et l'oeuvre de pacification sera d'autant plus
facilitée, que nous lui ferons plus vite et plus complè-
tement le sacrifice de nos anciennes préférences per-
sonnelles, des attaches accidentelles que nous avions
contractées chacun dans notre camp.. Nous étions di-
visés sur des questions secondaires qui ont sombré
depuis, dans le naufrage de la patrie ; seules les
grandes questions d'ordre public et de civilisation ont
surnagé. Recueillons ces précieuses épaves et grou-
pons-nous autour d'elles pour résister à l'ennemi
commun.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.