Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Seventeen

De
317 pages
Trois monologues au chevet d'un adolescent sur son lit d'hôpital. Son père qu'il n'a pas vu depuis 15 ans mais qui est accouru et lui raconte sa vie, sa mère ensuite donne sa propre version, sa petite amie aussi a sa version.Un roman sensible sur la parentalité.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Göran n’a pas vu Jonatan depuis onze ans, alors pourquoi son numéro de téléphone se trouvaitil dans la poche de son fils, lors de son accident ? Au chevet du jeune homme dans le coma vont ainsi se succéder son père, Göran, qui va raconter son histoire, sa jeunesse lorsqu’il avait lui aussi dixsept ans, comment il a rencontré la jeune fille rebelle avec qui il a eu Jonatan et aussi pourquoi il est parti sans plus donner de nouvelles. Puis Josefin la petite amie de Jonatan, qui arrive et livre l’histoire de son amoureux. Enfin Karin, la mère, dont la version de leur histoire diverge sensiblement de celle de Göran.
Ces trois monologues évoquent la paternité, la maternité, comment l’on s’aime à dixsept ans et pourquoi les choix de vie vous séparent. Mais Jonatan dans son lourd sommeil entendil enfin ce que ses parents n’ont pas su lui dire ?
Collection animée par Soazig Le Bail, assistée de Claire Beltier.
R O M A N
Seventeen Per Nilsson Traduit du suédois par Agneta Ségol et Marianne SégolSamoy
Cet ouvrage a été traduit avec le concours du Swedish Arts Council.
Per Nilssonest né à Malmö en 1954. Il a été professeur de musique et de mathématiques avant de se consacrer à l’écriture. Il a reçu de nombreux prix littéraires en Suède, ainsi que le Deutsche Jugendliteraturpreis en 1997 en Allemagne et le Silver Kiss en Hollande en 1999.
I built my prison stone by stone, How many useless knots I tied. Robin Williamson
Seagull come fly me your song Your high song. Mike Heron
Le père
1.
I ci. C’est donc ici que les chemins nous ont conduits. Ces longs chemins sinueux. Pendant un temps, un temps relativement court, nous avons marché ensemble et à présent nous sommes ici. C’est ici que nous sommes arrivés. Toi et moi. Tu es allongé par terre devant moi, je te regarde. Tes yeux sont clos, mais tu respires.
8
2.
J e t’ai vu avant tout le monde. Personne ne t’a vu avant moi. Si, en fait, j’étais le deuxième. C’était dans ce même hôpital mais dans une autre chambre. Il y a dixsept ans. Tu es arrivé au monde il y a dixsept ans. J’étais là et je t’ai vu. Je suis la deuxième personne à t’avoir vu. La troisième c’est ta mère. Ta mère qui t’a porté dans son corps pendant neuf mois, qui a porté l’enfant qui serait toi. J’étais assis à côté d’elle quand tu t’es décidé à entrer dans le monde et nous avons respiré ensemble pendant les contrac tions. On s’était entraînés. Respiration profonde et lente, respirationsupercielleetrapide.Différentestechniques.C’était comme ça à l’époque. Ensemble nous avons mis un enfant au monde. La maman et le papa ensemble. On s’était entraînés. L’enfant c’était toi. Toi tu dirais peutêtre que c’est à ce momentlà que tout a commencé. Il est possible qu’une vie humaine commence à ce momentlà. Tu étais si vulnérable et presque chauve. On t’a posé sur les seins de ta mère et tu as bu le premier lait jaune sucré. J’étais assis sur le bord du lit et je te regardais. Soudain l’amour m’a submergé. Un amour incomparable que je n’avais jamais ressenti auparavant.
9
S E V E N T E E N
Tu étais si vulnérable. Aussi désespérément fragile que tous les petits humains qui viennent de naître. Aussi dépen dant. Un rien. Une petite boule vivante qui ne sait rien, qui ne sait rien faire d’autre que téter, faire caca, pipi et crier. Une petite boule confiante, certaine de trouver de la chaleur,de la nourriture et de l’amour dans ce monde. Étrange. Il est étrange cet ordre des choses. J’ai tenu ta tête dans ma main. Ta lourde tête. J’ai cherché à capter ton regard. Papa. J’étais ton papa, tu étais mon fils. Ton papa. Ton père. Le père. C’était moi. Tu es toujours mon fils. Tu es presque chauve maintenant aussi. Et tu sembles encore si vulnérable là où tu es, allongé devant moi sur le matelas dans la lumière blanche. Tes yeux sont clos.
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin