Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 3,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB - MOBI

sans DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

À GAUCHE APRÈS L’ASILE
— Saison 1, ép.1 —
« Les Blaireaux se cachent pour mourir »
une série pulp de Jessie
Walrus 2016 - tous droits réservés
SOMMAIRE
Présentation
Lire le texte
Remerciements
En savoir plus
Crédits
Présentation
Comment décrire l’indescripible ?Il se passe beaucoup de choses à Arkham, ce qui n’est pas pour déplaire à Casey Bolton, détecive privée de l’occulte à la tête d’une agence qui se voit confier d’étranges enquêtes. Entourée de curieux spécimens plus ou moins aptes à mener à bien les noirs desseins des Grands Anciens, la jeune femme doit démêler d’extravagantes affaires… sans jamais perdre son style(tout le reste pourra être négocié).
À ceux qui ont toujours su qu’HPL n’était pas devenu fou pour rien, ce livre va vous donner raison : aucune chance que vous soriez indemne de la lecture des aventures de Casey Bolton. Les éditeurs et surveillants duWalrus Insitutedéclinent quant à eux toute responsabilité concernant la perte de vos points de santé mentale, mais s’engagent à prodiguer les meilleurs soins à Jessie, l’auteure de cette truculente fresque haute en couleur.
Lundi 3 mai 1926, 10 h, Bibliothèque Orne, Université Miskatonic. La vie m’avait appris trois choses essentielles. Garder mes distances avec les animaux, fuir les jeux de hasard et ne jamais remettre à plus tard ce que je pouvais refiler à quelqu’un d’autre le jour même. Ne jamais défier Xavier à la courte paille dans l’espoir de me délester des recherches que je n’avais cessé de repousser serait ma plus grande leçon. J’avais du mérite à philosopher sur mes devoirs et errements, plantée devant le rayonnage des sciences occultes, la jambe droite ro gnée de l’ourlet au mollet par le cerbère du coin. Si je gardais contenance, c’était moins du (legme q u’une tenta)ive désespérée de retenir mes larmes. J’adorais ce pantalon.
Placard vide, lavabo qui fuyait pour la énième fois , brosse du mascara coincée au fond du tube, j’avais senti venir la journée de merde dès le réveil. De pe)its groupes d’étudiants me passaient à côté en riant tels des phoques attardés, rejoints au loin par les gloussements de pintades e n jupette, quand ce n’était pas par leurs exclama)ions amusées et attendries devant le caractère facé)ieux du mas)if. Résignée à mon décès ves)imentaire et procédant aux derniers sacrements de ma tenue dans l’indiférence générale, j’en profitais pour prier intérieurement la venue d’un héros sur son blanc destrier, un blondinet d’au minimum 1 ,80 m, entre 18 et 25 ans de préférence et fils unique d’un père banquier. Une voix légère et printanière aux accents britanniques vint à ma rescousse. Une voix féminine. Journée de merde, je vous disais. — Tout va bien, Napoléon. Lâche la demoiselle. Le molosse s’exécuta dans l’instant, non sans me baver sur la chaussette une dernière fois, renâclant avec dédain. — Je suis désolée, ce n’est pas dans ses habitudes d’attaquer sans raison. Il s’entend plutôt bien avec les jeunes filles, d’ordinaire. Je voulais bien le croire maintenant que l’animal r eportait son atten)ion sur un agglomérat d’étudiantes agitant ostentatoirement des poignées de friandises. — Bon nombre de ces ouvrages n’ont pas de prix et n otre ami quadrupède est doté d’une grande force de persuasion quand il s’agit de modérer l’appât du gain des malandrins. Les habitués des lieux tiennent beaucoup à lui. Lui, visiblement, tenait beaucoup à me surveiller du coin de l’œil malgré la tenta)ion que représentaient quelques grattouilles derrière les oreilles. — Combien vous dois-je pour le préjudice subi ?
Devant l’incongruité de la ques)ion, je posai enfin le regard sur celle qui n’était jusqu’alors qu’une simple voix, tout occupée que j’ étais à guetter d’éventuelles représailles canines. Mon palpitant donna un grand coup de pied dans la paroi de ma cage thoracique, ce qui n’arrivait qu’en période de soldes. Était-ce le teint de rose ? Les traits si fins et réguliers qu’on la croirait tout droit sor)ie d’un tableau de maître ? Les yeux d’un vert abyssal ? Les cheveux dorés et ondulants comme un champ de blé un après-midi d’été ? D’où venait le courant d’air, d’ailleurs ? Je l’ai tout de suite détestée, cette sublime connasse. — Ce n’est pas vous qui m’avez mordue. — Il a la fâcheuse tendance à oublier son portefeuille dans son pelage d’hiver, alors laissez-moi régler ça, voulez-vous ? Je ne voudrais pas nous mettre un détec)ive à dos, nous avons peut-être tous deux d’horribles secrets que nous désirons garder cachés. Elle sourit à mon air ahuri tout en déposant un billet de dix dollars au creux de ma main, ce qui équivalait au quintuple de ce que m’avait coûté ledit pantalon et acheva de me plonger dans des abîmes de perplexité, état qui se traduisit par des interjec)ions interrogatives saccadées.
— Au-delà du fait que j’ai entraperçu une arme sous votre imperméable, vous ne portez pas la tenue réglementaire de la caste estudian)ine. Et ce n’est pas demain qu’une femme rejoindra les rangs de la police à un autre poste que celui de secrétaire. Comme si je n’avais pas déjà sufisamment soufert e n parcourant son visage, j’examinai le reste de sa silhouette. Pourquoi tout dans cet uniforme hurlait la monotonie et la sévérité en même temps que la volupté la plus honteuse ? Pourquoi ces collants sombres sous une jupe tombant en dessous du genou rehaussaient-ils le galbe de ja mbes interminables ? Pourquoi ce pe)it pull en laine, le blason de l’école sur le cœur, suggérait une poitrine qui se moquait allègrement des codes actuels au point de redéfinir par sa seule existence le sens du mot « perfection » ?! — La jupe est aussi peu pra)ique que vous l’imaginez. Déjà que courir avec des talons nécessite toute ma concentration, monter les escaliers est un exploit. Son pe)it rire clair tel le clapo)is d’une source de montagne serpentant paisiblement entre les rochers émoussés me ramena à la réalité d es faits. Je fixais ses jambes depuis plusieurs minutes et mon ap)itude à la poésie se ra pprochait dangereusement de celle d’un adolescent prépubère bercé trop près du mur durant sa prime jeunesse. Elle avait heureusement interprété ma perte de neurones pour de la curiosité et j’eus une demi-seconde de compassion pour le pauvre hère derrière elle qui soufrait du même trouble, associé à un handicap préhensile qui lui fit glisser son livre des mains. Une demi-seconde pas plus, parce que la moi)ié suiv ante je l’u)ilisais à ramasser l’ouvrage et le traiter de sale porc. Pas seulement dans le but de mettre en avant mes ré(lexes aiguisés et de révéler au jeune homme ses origines porcines, mais aussi afin d’éviter un cataclysme. La blonde se serait penchée pour récupérer le bouquin et nous retrouver fesses à face m’aurait très certainement tuée.
— J’aurais bien des tas de ques)ions à vous poser si je m’écoutais, mais je vous ai déjà sufisamment retardée dans votre enquête. Ne vous in quiétez pas de Napoléon, même s’il vous jette un regard noir, il a compris qu’il ne devait plus rien tenter. Crédibilité de l’animal grandement entamée alors que renversé sur le dos à la merci d’un troupeau de caresses sauvages. — Mon enquête ? Vous remarquerez l’extrême per)inence de ma répar)i e, à la fois sobre, précise et invitant à la confidence.
— Le décès de Frank Calzone, c’est bien la raison de votre présence ici ? — Expliquez-moi ça et on dira que oui. J’appris donc que le mec en ques)ion, joueur star d e l’équipe de foot locale avait été retrouvé hier ma)in très tôt au pied de la statue du fondateur à boufer les marguerites par la racine dans la glorieuse posture de l’autruc he. Ou comment inspirer toute une généra)ion. Quoique pour avoir choisi le blaireau comme mascotte de l’établissement, je reconnaissais qu’il y avait là du génie. Détail technique insignifiant révélé par...
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin