//img.uscri.be/pth/0ed94c5ea0f08e76b387b4687e0d8177e1ed6efa
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

A la fin les morts parlent

De
164 pages
De quelle transgression les ancêtres mythiques se vengent-ils ? La folie collective qui suit la mort de Yumiko va dégénérer. La fin, terrible de Chris-Peter, celle, effrayante, de Harry et d'autres événements dramatiques, accompagnent un procès en sorcellerie dans lequel sombre la petite communauté insulaire.
Voir plus Voir moins
GéRàRD Sarda
À là fin les moRts pàRlent Roman
A LA FIN LES MORTS PARLENT
Gérard SARDA À LA FIN LES MORTS PARLENT Roman
Du même auteur Le Procès Konhu en Nouvelle-Calédonie : une nouvelle affaire Outreau ?,L’harmattan, 2010 © L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01255-1 EAN : 9782343012551
Camille et Jean-Claude entretenaient la sépulture à leur manière en y mettant des fleurs, selon qu’ils l’avaient entendu dire, et dessinant sur le sol de naïves figures (…) Jean Mariotti, « A bord de l’Incertaine » Les éditions du Pacifique, 1943
Chapitre 1L'île aux petits arbres
L'île aux petits arbres est habitée depuis plus de deux mille ans. Dans cette île de l'hémisphère sud, les vents dominants soufflent la plupart du temps du sud-est, et les précipitations sont rafraîchissantes, en particulier sur la partie est de l'île. Les cyclones peuvent sans doute l'atteindre de temps à autre mais à la latitude de l'île aux petits arbres, ces phénomènes météorologiques ne sont pas fréquents. Les tsunamis représentent un risque plus sérieux, encore que sur l'île aux petits arbres, on a de tout temps su s'en prémunir. Les anciens ont toujours interprété le comportement changeant des animaux à la veille d'un phénomène qu'ils nommaient « la vague monstre », et appelé chacun à monter sur le plateau lorsque la menace approchait. Qu'un tsunami survienne, et les cases devront être reconstruites. De toute façon, elles sont érigées à intervalles réguliers, tous les dix ou douze ans. Mais la conduite à tenir par les navigateurs est plus radicale encore, car le tsunami est provoqué par le mouvement vertical d'une masse d'eau colossale. On peut imaginer que d'un coup d'épaule, le géant du fond de la mer a littéralement soulevé celle-ci; apparaissent ainsi en surface des vagues répétées d'une longueur invisible à l'œil nu, mais dont l'amplitude ressentie reste, elle, tout à fait ordinaire. En pleine mer, le phénomène n'est guère perceptible depuis le pont d'un navire. Mais à une certaine distance des côtes, et pire, à proximité, il n'y a en général rien d'autre à tenter que de mettre cap au large à toute vapeur. Autour de l'île aux petits arbres, les courants de marée sont puissants, ceux du jusant en particulier et il est prudent de ne
9