À Magniongui, un enfant est né

De
Publié par

L'histoire commence dans un village africain, au cœur de la maison de Kiminou, enceinte de neuf mois. Ce texte nous plonge dans la vie d'un petit village africain, avec son chef, ses coutumes, son grand marché du samedi. Il décrit notamment le rôle des femmes et leurs filles très actives dans le foyer et le village. Il déplore les conditions de soins difficiles et la corruption dans les grandes villes qui détériorent les relations sociales.
Publié le : lundi 2 mai 2016
Lecture(s) : 10
Tags :
EAN13 : 9782140008016
Nombre de pages : 156
Prix de location à la page : 0,0090€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Lucien BALOSSA
À MAGNIONGUI, UN ENFANT EST NÉ Roman
Ecrire l’Afrique Ecrire l’Afrique
À Magniongui, un enfant est né
Écrire l’Afrique Collection dirigée par Denis Pryen Romans, récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette collection reflète les multiples aspects du quotidien des Africains.Dernières parutions Michèle MALDONADO,La bonne parole, Une coopérante en Afrique anglophone,2016. Abderahim AHMAT,Un parcours difficile,2016. Joachim OLINGA,Les métis de ma mondialisation,2016. Henri MOUTOUBE,Les Scieurs de Branches, Un manager dans l’engrenage infernal du monde professionnel,2016. Emmanuel GOUJON, Clotilde RAVEL, Héloïse VOISIN (dir.), Eclats d’Afriques, Nouvelles,2016. Lulla Alain ILUNGA,Quand le maïs devient chaud,2016. Maximin Beugré GNADJRO,La Dérive du Nénuphar,2016. Gilbert GBESSAYA,A deux dans la cabane, 2016. Philippe MPAYIMANA,Rwanda, regard d’Afrique. Only forward looking, 2015. Adélaïde MUKANTABANA, L’innommable Agahomamun-wa, 2015 Nicole FAUCON-PELLET,Je viens du jardin des cafés, Une vie éthiopienne, 2015 El Hadji DIAGOLA,Merci, les femmes !, 2015 Paterne BOGHASIN,La ruine et la malédiction, 2015 Jean-Baptiste BOKOTO APANDA,Une histoire de violences, Je suis Charlie au Congo, 2015 Jean DUBUS,Là-bas, entre terre et ciel, 2015. Fred JULIANI,Contes et mécomptes d’Afrique et d’ailleurs, 2015. Jean-François Sylvestre SOUKA,Madame Gentil, 2015. Thierry VUNOKA,Héros anonymes, 2015. Jérémie MULIKARE,La vie des pygmées Batwa au Rwanda, 2015. Irène ASSIBA d’ALMEIDA et Sonia LEE,Essais et documentaires des Africaines francophones. Un autre regard sur l’Afrique, 2015.
Lucien BALOSSA À Magniongui, un enfant est né
Roman
© L’Harmattan, 20165-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08935-5 EAN : 9782343089355
Un sage prit la parole et dit : « … La plupart des malheurs de l’humanité viennent du fait que bien des hommes, surtout ceux qui exercent le pouvoir et possèdent la richesse, ne se sont jamais interrogés sur la signification de leur existence. Ils vivent suivant la pente de leurs pulsions et leurs besoins matériels... » Et un autre dit : « La difficulté vient du fait que nous confondons bien souvent cette faim et cette soif de notre âme avec celles de nos désirs sensibles... » L’Âme du monde par Frédérique LENOIR
Chapitre I
Un samedi matin, le jour du grand marché, à la lueur de l’aube, ma’a Kiminou se réveilla brusquement. Elle avait des maux de dents, de tête et des courbatures dans tout le corps. Elle était fatiguée par une grossesse déjà avancée ; elle en était presque à son neuvième mois. Toute la jour-née elle avait ressenti une légère fièvre, comme un début de paludisme dont elle tentait de se débarrasser en buvant à petites gorgées une infusion à base de quinquéliba. Elle avait aussi cette rage de dents qu’elle essayait de calmer en se rinçant la bouche à l’eau chaude bien salée, selon une méthode utilisée dans le village. Elle ne s’était conten-tée que de cela, sachant que dans son état actuel, il ne fallait pas abuser de médicaments. Ma’a Kiminou n’avait donc pas pu faire correctement la sieste dans la journée. Et cette nuit-là, dès qu’elle eut sommeil, elle s’endormit profondément mais pas long-temps. Très vite, à peine quatre heures plus tard, ce fut le réveil avec cette douleur qui la tint ensuite éveillée. Il lui fallait vraiment faire quelque chose. Elle se leva lentement et enjamba son mari qui dormait profondément, en évitant de le bousculer. Leur lit, un peu coincé vers le mur, faisait face à la grande fenêtre par laquelle on pouvait apercevoir
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.