ABC...L'alphabet de nos découvertes

Publié par

L'animation bimensuelle autour de l'écriture "Ecriture et découverte", proposée par Vivre et l'Ecrire Formation Animation, existe depuis plus de cinq ans. Au fil des années, le groupe s'est agrandi et cette ouverture se situe bien dans la notion de "découverte" qui anime participantes et animatrices. Ces animations puisent leur source dans le quotidien pour nous apprendre à regarder d'un oeil neuf ce que l'on ne voit plus. La curiosité des participantes ne s'use pas et leur plume court sur le papier avec joie ! Voici donc "quelques fleurs" à partager et à transmettre.
Publié le : vendredi 1 octobre 2010
Lecture(s) : 61
EAN13 : 9782296266728
Nombre de pages : 190
Prix de location à la page : 0,0101€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

ABC… L’Alphabet de nos découvertes

Collection « Vivre et l’écrire » dirigée par Pierre de Givenchy (voir en fin d’ouvrage la liste des titres de la collection)

© L'Harmattan, 2010 ISBN 978-2-296-13047-0 EAN 9782296130470

Collectif VEFA

ABC… L’Alphabet de nos découvertes

L’Harmattan

Arriver à l’heure dite Et se retrouver ensemble Dans cette vieille maison, Devant une page blanche Qui ne le reste pas longtemps ! Car nos plumes ont tant à dire De notre richesse, De nos blessures, De nos envies Et de nos fantaisies. Ici la vie s’écoule tel un fleuve Paisible et tumultueux tour à tour. Nos crayons glissent sur les feuillets Rapides ou lents Au gré des mains qui les emmènent. Et tout arrive, Et tout se dit Dans la rivière des mots qui sourdent lentement ou jaillissent ! Au fil des plumes La vie se déroule… Continuité du quotidien Ou brusque coupure Du cours d’une vie : Les mots sont tracés Pour tout raconter… D’un jeudi à l’autre, Juin arrive déjà ! On avait tant à écrire ! Heureusement septembre revient… L’atelier grandit, Les idées fusent Les rires aussi ! Et de tout cela nous tressons Des guirlandes de mots… D’une lettre à l’autre, D’un mot à l’autre, Chacune tisse l’abécédaire De son livre, De notre livre.
7

Une maman Une Personne Une Qui n’aime pas la

A ttentive et angoissée N aturelle D ocile épouse R outine É tourdie E ntreprenante K aki H abile couturière E nfants R egard émerveillé A mour pour les enfants et petits-enfants

Un Une Une mère de huit Un De l’

P ersonne sensible à la misère A ccro du ménage S pécialiste en pâtisserie C itoyenne qui déteste l’injustice A depte des séries policières télévisées L ectrice assidue de romans policiers E xperte en mots croisés J Je ne suis plus une Jeune, mais je suis encore Jolie E Je suis Emerveillée par les beaux vêtements que je vois A imable N aturelle N onchalante E conome
en vitrine des magasins

Il n’y a J amais de méchanceté en moi Une A ttente d’être aimée plutôt Un besoin de N ourrir mon cerveau L’ I ndifférence ? je ne connais pas N eutre n’est pas un état pour moi E xplosant plutôt parfois mal à propos au risque de me faire mal juger

8

Il y a une une un un u une

H E L E N E

ypothèque sur la vie nvie furieuse utin farceur nfant qui ne veut pas grandir e incroyable chanceuse merveillée perpétuelle

R ieuse É légante G énéreuse I ngénue N aïve E lancée C harmante H armonieuse A imante N aturelle T endre A micale L umineuse C harmante H umaine R éfléchie I nspirée S ympathique T enace I mpatiente A musante N égligente E ndurante

9

E xercice L ittéraire I llustratif et Z élée A ssemblage B on enfant E lucubrante T rituration H iéroglyphique

Parmi les différentes activités proposées par VEFA - Vivre et l’Écrire Formation Animations, « Écriture et Découverte » est une animation autour de l’écriture qui rassemble, tous les quinze jours, six à huit personnes, pour vivre en groupe le plaisir d’écrire et découvrir ensemble des supports culturels. Les animations allient écriture et apport culturel, par des visites, ou au siège de l’association VEFA, par des découvertes de textes, tableaux, photos… L’écriture ainsi conçue permet de s’ouvrir aux autres, de se découvrir soimême et de développer émotions et/ou connaissances sur le plan culturel, d’améliorer ses techniques d’écriture. Pour certaines participantes ayant besoin d'une aide à l'écriture, ce partage est aussi un outil majeur de réinsertion. Comme son nom l’indique, cette animation autour de l’écriture emmène sur des chemins de découverte, chemins qui croisent les événements de nos vies ou de celle du monde, telle l’actualité en Birmanie qui a donné l’occasion d’écrire sur l’Asie, ou les fêtes de Loire qui ont engagé les participantes au fil de l’eau du fleuve. Les « Mots Migrateurs » les ont conduites à découvrir que notre langue s’enrichit des autres. Le binôme d’animatrices, Marie-Laure et Michèle, complices et complémentaires, apporte un « supplément de vie » au groupe ; elles contribuent à sa stabilité et à son enracinement. Claude Échard, présidente de VEFA Marie-Laure Lalo et Michèle Maupeu, animatrices d’écriture

Automne rouillé
Un jour, je marchais dans un village et passai devant une vieille grille rouillée qui grinça quand je l’ouvris et alors je vis la grand-mère. C’était son vieux portail tout rafistolé. Pour l’ouvrir, il fallait le secouer. Il couinait à cinq cents kilomètres à la ronde ! Elle me dit : « Comme cela, on ne viendra pas me cambrioler ou me faire du mal. Je n’ai rien de valeur mais je tiens à tous mes souvenirs. »
Chantal

Un jour, je marchais dans un village et passai devant une vieille grille rouillée qui grinça quand je l’ouvris et alors je vis là, sur le chemin qui menait à une grande bâtisse, une hache, qui bizarrement n’était pas rouillée ; elle étincelait, elle semblait m’appeler. Je ramassai la hache et aussitôt les arbres à l’entour se mirent à courir. Des arbres qui courent ?? Je sens bien que vous n’y croyez pas et pourtant je vous assure que, dans mon rêve, les arbres couraient. Forcément qu’ils couraient, j’avais dans mes mains une arme terrible, même si je ne ressemblais pas à un bûcheron. La méprise de ces arbres me fit rire et je me pris au jeu en leur courant après. Au bout de quelques mètres, je m’arrêtai et lâchai la hache, ce qui arrêta net les arbres. Je continuai le chemin vers la grande bâtisse ; mes pas faisaient crisser les feuilles et plus j’avançais, plus la maison reculait. Je marchais encore et encore quand le réveil sonna. J’ouvris les yeux, soulagée. Mais sur la table de chevet, il y avait une hache.
Hélène

Hier, j’avais la voix rouillée, pour la dérouiller j’ai pris du miel.
Khera

Quand le froid arrive, il ne faut pas rester immobile. Il faut bien se couvrir et marcher. Faire du sport, du vélo si on peut. Je marche en ville. Le soir, je me prépare une bonne soupe et avant de me coucher je prends une tisane.
Jeanne

13

Animaux
J’aimerais être réincarnée en oiseau car comme ces animaux, j’aime les voyages et les voyages représentent la liberté. Être libre d’aller où l’on veut, quand on veut, libre de ses mouvements. C’est un animal libre, sans aucune contrainte, libre comme l’air, léger comme une plume. Vivre tout simplement. La liberté sous toutes ses formes, la liberté à tout prix, voler, un rêve qui date de la nuit des temps. Quel joli mot, voler ! Joli mot de cinq lettres ! Survoler ces paysages magnifiques, voir du pays ! Voyager ! Sans aucun horaire à respecter ! Je suis un faucon, un faucon pèlerin.
Pascale

Si on me donnait le choix au moment de la réincarnation, j’aimerais revenir sur terre sous la forme d’un chat. C’est un animal libre, il se donne à un maître, à une maison mais on ne peut le forcer à rester où il ne veut pas être. Son doux pelage soyeux attire les caresses, les flatteries. De plus, il est très décoratif roulé en boule sur un canapé ou tout affalé sur le dessus d’un fauteuil : y a-t-il de plus beaux coussins ? S’il vous aime, il sait le faire savoir. Il se frôle à vos jambes en ronronnant ou si vous êtes au repos dans un fauteuil, il grimpe sur vos genoux puis jusqu’à votre cou et là, bien au chaud, il soupire d’aise. Il ne peut alors récolter que des cajoleries. On ne lui présente pour ses repas que des petits plats conçus pour lui. On arrive à bien connaître ses goûts car s’il n’aime pas, il se détourne dédaigneusement en attendant, le dos à sa soucoupe, que son maître veuille bien changer le menu. Quel membre de la famille est si gâté ? On ne lui demande aucun travail pour toutes ces prévenances, même pas d’attraper des souris car maintenant on n’en voit guère dans les maisons. Il s’autorise parfois un jeu de chasse dans les jardins pour attraper un campagnol ou une musaraigne mais c’est vraiment pour nous faire plaisir car il nous apporte son trophée fièrement sans le manger, comme un cadeau. Le reste du temps il dort… Quelle vie merveilleuse ! Oui c’est en chat que j’aimerais me réincarner et comme disent mes enfants « chat chez Moulin ». C’est drôlement bien !
Janine

Bateaux
Si tous les bateaux du monde hissaient la voile pour un voyage autour du monde… plus personne à terre… l’arche de Noé en quelque sorte. Et les océans seraient-ils assez grands pour tous les contenir ?
Pascale H

Si tous les bateaux du monde se mettaient à danser au milieu de la mer, ça donnerait une drôle d’image…
Khera

Si tous les bateaux du monde faisaient une ronde autour de la terre, quel cortège ! On verrait les grands paquebots transatlantiques soutenir comme des grands frères attentifs les petites embarcations chinoises, les thoniers de Concarneau soutenir avec leurs grandes lignes les barques de pêche portugaises, l’alignement des périscopes des sous-marins des grandes nations tracer le chemin au-dessus des vagues crêtées d’écume, les kayaks des esquimaux faire équipe avec les embarcations africaines qui, pour le coup, ne transporteraient plus de futurs naufragés mais des marins pleins de courage qui chanteraient leur bonheur d’être libres.
Janine

Si tous les bateaux du monde pouvaient se donner la main !! Ça se saurait !!! Pour votre information, les bateaux n’ont pas de mains ! Je vous assure que c’est la vérité, même si c’est un peu dur à avaler. De même qu’ils n’ont pas de jambes, c’est dur mais c’est comme ça ! Contrairement à ce que cette chanteuse révolutionnaire a voulu mettre dans la tête des enfants depuis des générations ! Pensons à tous ces enfants qui, à leur premier voyage à la mer, veulent voir des bateaux pour voir leurs jambes et là, la déception !! Ils voient les bateaux sans jambes !! Et leur monde s’écroule, comment un grand a pu leur dire des mensonges… Plus aucun crédit à la parole de l’adulte, crise d’autorité parentale, crise de société… Pardon j’exagère peut-être un peu !!!
Hélène 17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.