Adieu à l'innocence

De
Publié par

Bay, qui a tout ce dont peuvent rêver les jeunes filles de son âge en ce temps-là, décide un jour de tout quitter : sa famille, ses études et son premier amour, pour aller rejoindre les révolutionnaires dans le maquis. Arrivée à un âge avancé, les expériences tirées de ses péripéties lui donnent le sentiment d'avoir vécu plusieurs vies, avec tous les ingrédients nécessaires pour apprécier la vie à sa juste valeur. Ce roman est né des souvenirs d'une jeune adolescente vietnamienne en quête de liberté et d'aventure.
Publié le : mardi 5 avril 2016
Lecture(s) : 1
EAN13 : 9782140007095
Nombre de pages : 322
Prix de location à la page : 0,0142€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Patricia PHAN
Adieu à l’innocence
Vietnam
Roman
ADIEU à L’INNOCENCE
Lettres asiatiques Collection fondée par Maguy Albet Dernières parutions VO THI TRANG,Le prince du Mékong, 2014. BACH MAI,Rivages du Mékong, 2012.VO THI TRANG,Les maîtres de la cité pourpre, 2012. MA MA Lay, Adaptation Jean-Claude Augé,Thway, Le Sang, 2011. GUAN Jian,La clé de mes songes, 2011. VO THI TRANG,Entre les neuf bouches du dragon, 2010. TU TRI Jean,L'ombre du passé, 2010. BALAIZE Claude,Saigon ! Regard d’éternité…, 2010. PREMCHAMD,La Marche vers la liberté, trad. du hindi par Fernand OUELLET, 2008. LIYANARATNE Jinadasa,Les esclaves et autres nouvelles, 2007. TRAN Thi Hao,La jeune fille et la guerre, 2007. PREMCHAND,Godan. Le don d’une vache, 2006. HOURCADE Etsuko,Adieu Capitaine Kamimura, 2001. KIM Sok Bom,La mort du corbeau,2000. LARROCHE Christine de,Rencontres en Corée, 1999. POOPUT Wanee, D'HONT Annick,Le Bodhisattva Mahosot l'Intelligent, 1999. PREMCHAND,Délivrance, 1999. RIGAUDIS Marc,Japon, mépris... passion...,1998. SINGHASENI Anchalee,Bangkok - Rennes.Le chemin d’une vie, 1997. VOISSET Georges,Histoire du genre pantoun, 1997. PREMCHAND, Lettres asiatiques, trad. du hindi par Fernand Ouellet, 1996.
PHAN PATRICIA
ADIEU à L’INNOCENCE
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07635-5 EAN : 9782343076355
À ma famille, Avec tout mon amour.
6
Chapitre 1 adieu à l’innoCenCe
a sonnerîe du ycée Marîe Curîe à Sagon retentît joyeuse ment dans ’aîr tîède de cette In d’aprèsmîdî du moîs de juîn annonçant a In de ’année scoaîre. Tout un essaîm de jeunes Ies aux robes mutîcoores se pressa vers es sortîes dans un vacarme d’enants en îberté. Ees étaîent d’une centaîne à s’écapper avec eur véo. eur jupe courte Lottaît au vent en coroe autour de eurs jambes nues îbres et Ières comme une preuve de eur émancîpatîon. D’autres groupes, non moîns nombreux, gagnèrent a sortîe à pîed. es petîtes bouscuant es grandes se précîpîtèrent vers eurs parents quî es attendaîent deors, e cœur papîtant d’émotîon. D’un coup, en ’espace d’un moment d’aégresse de In d’année scoaîre, parents et enants se conondaîent întérîeurement dans une même jeunesse. Une Ie, pas encore tout à aît une jeune Ie, maîs déjà pus une enant marcaît à pas ents au mîîeu du tumute. Ee avaît ’aîr absorbé, îndîférente au toubou quî ’entou raît. Ee s’arrêta un înstant pour jeter un dernîer coup d’œî à ces bâtîments en enIade quî bordaîent e grand espace où peouses, parterres Leurîs, aîres de jeux avaîent constîtué ’an née durant, en deors de pérîodes érîées et des weekends, e cadre quotîdîen de sa vîe. Ee caressa au passage un de ces arbres, amîs parmî es amîes, quî, împerturbabes étendaîent
7
eurs bras sécuaîres pour couvrîr, en toutes saîsons, es têtes coyées de a casse prîvîégîée vîetnamîenne. ïcî, on aicaît « ycée rançaîs ». On recevaît e même enseîgnement, a même înstructîon que dans a métropoe. On avaît es mêmes programmes d’étude et es mêmes examens pour arrîver aux mêmes sacrés baccaauréats. On s’abîaît obîgatoîrement à ’européenne avec queques varîantes cepen dant îcî, on ne suîvaît pas a mode ! Rîen qu’en s’abîant à ’européenne, on se voyaît déjà en avance sur a coutume et e costume. ’enseîgnement étaît donné par des proesseurs rançaîs. Tous rançaîs. Même ceux de dessîn et de gymnas tîque. Sau un cependant : une jeune emme vîetnamîenne avaît a carge d’enseîgner a deuxîème angue étrangère vîvante quî étaît e vîetnamîen (es premîères angues étran gères vîvantes étant ’angaîs, ’aemand et ’espagno). C’est dîre que dans cette enceînte, on avaît comme ’împressîon d’être sur un bout de terre de France quî venaît se Icer à, en peîne terre vîetnamîenne ! En prîncîpe, a angue rançaîse étaît de rîgueur à ’întérîeur de cette enceînte ; maîs a France étant audeà des mers, e rançaîs avaît perdu beaucoup de sa rîgueur en arrîvant jusqu’îcî. es proesseurs, quand îs enten daîent eurs éèves parer entre ees dans une angue qu’îs entendaîent bîen, maîs à aquee îs ne comprenaîent goutte, se contentaîent de es observer avec une muette résîgnatîon. ïs en avaîent assez d’être tout e temps derrîère eur dos ! Avec es camarades rançaîses : pas de probème ; on se débrouîaît avec ees comme on pouvaît, dans n’împorte quee angue. Ees comprenaîent tout puîsqu’ees partageaîent avec vous es mêmes bancs et es mêmes dîicutés de a grammaîre… N’entraît pas au ycée Marîe Curîe quî vouaît ! C’étaît une écoe très séecte. Ee étaît réputée non seuement par es quaîtés des proesseurs et es nîveaux éevés des études qu’on y trouvaît, maîs aussî, surtout par ’esprît moderne et
8
afrancî des Ies quî a réquentaîent. C’étaît presque un tître envîabe que d’avoîr aît ses études dans ce ycée. Ses éèves étaîent coîsîes dans a casse socîae aîsée et ettrée. De aît, beaucoup de ces jeunes Ies poursuîvraîent pus tard eurs cursus en France. Beaucoup de rêves d’avenîr y avaîent puîsé eur source et beaucoup de îbres pensées y avaîent prîs eurs racînes… Bay portaît ce jourà une robe bance à broderîe angaîse, agrémentée d’une jupe à arges voants quî descendaît régu îèrement pour s’arrêter juste audessous des genoux. Une ceînture en soîe pîssée de coueur jaune cîtron, se termînant dans e dos par un nœud soupe, venaît souîgner sa taîe Ine d’adoescente. Ses caussures bances à petîts taons, aérées par des petîts trous réguîèrement percés dans e cuîr se ermant en arrîère sîmpement par une brîde aîsaîent ressortîr a beauté de ses jambes tout en Inesse. Ee avaît une démarce égère et soupe, ses pîeds sembaîent toucer à peîne e so. À son aure, à sa açon de s’abîer, à son port de tête on a devînaît coquette, Ière et sûre d’eemême. Avant de rancîr a porte du ycée, ee s’est retournée une dernîère oîs pour dîre adîeu à ’écoe. ï uî semba que dès cette porte rancîe, ee ne seraît pus a même ! Tout étaît derrîère ee maîntenant, a vîe studîeuse, es rîres acîes, es peurs pour rîen… tout ce quî a rattacaît à ’enance. Non, ee ne retourneraît pas à ’écoe ’an procaîn. Ee avaît prîs cette décîsîon toute seue, comme ça, un jour de caard ! Ce caardà, ee n’arrîvaît pas à ’enever de a tête ! Ee, quî aîmaît beaucoup es études avant, es trou vaît à présent pesantes, monotones, sans întérêt. ï uî arrî vaît même d’envîer ces jeunes Ies et ces jeunes garçons quî marcaîent nupîed, queque part deors, sous a puîe ou au soeî, dormant à a bee étoîe, à ’îmage de ces sodats de ’ombre, ces éros înconnus porteurs de ’espoîr de tout
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.