//img.uscri.be/pth/ff8284fd88bb9c8fd97703e4b9bd3e04755c25c9
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Apesanteur et pluie d'étoiles

De
218 pages
Un moment de flottement, un instant d’apesanteur et le premier café du matin qui se transforme en mini-ouragan… Si cet étrange événement n’avait touché qu’un jeune journaliste nantais amoureux des étoiles, les choses en seraient sans doute restées là et n’auraient pas mis en émoi la communauté scientifique. Mais alors que le phénomène se reproduit, le mystère de son origine reste entier. Et si l’univers se préparait à un grand chambardement? Science-fiction ou anticipation? À chacun de trancher selon qu’il conçoit ou non la fin du monde tel qu’on le connaît… Mais à tous de lire, pour se faire une idée, ce livre plein de mystère et de poésie, au suspense digne d’un roman policier, où le surnaturel est un ingrédient de choix, mais pas le seul, Daniel Auduc naviguant avec la même aisance sur la terre ferme qu’au pays des étoiles. Embarquement immédiat pour le grand voyage… en apesanteur.
Voir plus Voir moins
Apesanteur et pluie détoiles
Du même auteur
Les Anges dAlkhémia, roman, Cid édition, 1982 Le Deuxième Monde, roman, éditions du Petit Véhicule, 1997 (rééd. 2001) Les Lumières de Diwar, récit, éditions du Petit Véhicule, 2002 Trentemoult et les Îles, histoire, éditions du Petit Véhicule, 2003
e
t
Daniel Auduc Apesanteur pluie détoile
P
u
b
l
i
b
o
o
k
s
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IDDN.FR.010.0116818.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2011
Un soleil bleu a cédé sous la poussée du monde. Il se brise comme une maquette denfant. Il éjecte ses feux dhydrogène, des vapeurs rondes et sourdes chargées dune énergie folle créant un passage à travers les étoiles. Ils filent à la vitesse dune gifle dun astre à lautre. Les bonds dun fauve en flamme. Jesquive dun geste bref du bras. Instinct. Jai même baissé la tête. Jai vraiment cru que jallais brûler, là, au milieu de nulle part. Un peu plus loin, à des années lumières doù je suis, des contre-jours fous et flamboyants crachent des lam-beaux de matière. Leur beauté marrache les yeux. Lespace est devenu fébrile. Devant moi, à portée de regard, un nuage de poussière expulse des colonnes dénergie. Jen ressens le souffle monstrueux ; des poussées de matière contre les flancs du monde. En me retournant, je découvre que des étoiles naissantes franchissent à coup dépaule des coulées lu-mière. Là, juste au-dessus de ma tête, lombre dun vaste nuage de gaz incandescent crée un horizon dorage, et au-delà, loin, si loin, brûle une géante rouge. Je devine pres-que ses ondes, ses vibrations, les crissements rauques de sa force. Une vie folle palpite. Cest effrayant. Je me sais pourtant protégé par ma sphère, une bulle de vie chahutée par le râle dun géant. Mais là, cen était trop. Jignorais que lespace pouvait contenir tant de cou-leurs et de mouvements. Chez moi, vu du sol, vu de ma ville, il nest quombre grêlée de trous blanchâtres. Une vision pauvre. Notre monde se révèle au bord de presque rien, non loin du vide, comme un village accroché sur une falaise, avec pour unique vue, une mer flamboyante mais vide.
9
Personne nest préparé à vivre les spasmes de lunivers. Nous ne sommes ni éduqués, ni adaptés à parcourir lintimité des champs détoiles et leurs étreintes de lu-mière. Je subis autant que jadmire les ravages de lespace, les abstractions colorées dun peintre à la dimension dun dieu, un dieu pris dans un délire créatif, comme un enfant qui en voudrait encore et encore. Comme si des milliards détoiles et de nuages stellaires, et les distances folles nétaient pas assez. Une faim dogre laurait poussé à créer, toujours créer. Une pensée sans fond, sans limite. Dautres étoiles, par brassées, ont germé sans autres rai-sons que dêtre là, au cur de nulle part ou au bout dailleurs, sans lisière, sans rien. Lacte dun dément. Et je suis au milieu de ces coulées de lave, ébloui donc sonné. Mais je ne suis pas seul à patauger dans les brumes solaires, à voir seffilocher la toile du Peintre  inspiration perdue à trop créer, à puiser sans compter dans les forces de son souffle. Ici, à lombre de la terre, nous sommes une centaine à filer ainsi de vague en vague, surfant sur des horizons que nos instruments les plus puissants auront été incapables de deviner. Ailleurs, plus loin, beaucoup plus loin, une autre cen-taine dêtres pour chacun des autres mondes accueillant la vie, la conscience, lintelligence, que sais-je encore ? Mais nous ne nous sommes jamais rencontrés  une exigence de ces inconnus qui nous ont remis ces sphères fabuleuses. Nous sommes tous dispersés dans les feux de lespace, mais chacun, probablement, se protège au plus près dune source de clarté plus douce, léclat dun soleil, les brumes de gaz incandescents, à la recherche dun peu de réconfort. Un an ! Un an seulement que je suis le témoin effrayé dun univers pris de nausée.
10