Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,10 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant
Extrait


Ils sortent du placard secret, après s’être dépêchés de revêtir leur uniforme d’alter, et viennent rejoindre Arielle au milieu de la chambre. La jeune fille n’a aucun regard pour eux. Elle demeure figée devant l’oncle Yvan (ou Noah, elle ne sait plus trop…). Elle n’en croit toujours pas ses yeux.

— Oui, je suis bel et bien revenu de la mort, déclare l’homme.

Arielle ne comprend pas. Il y a quelques jours à peine, Noah mourait dans ses bras : « S’il y a un moyen de revenir de là-bas, lui avait-il dit, je te promets de tout faire pour le trouver. » Elle se souvient que sa grand-mère, Abigaël Queen, s’est ensuite adressée à elle en songe : « En ce monde, le corps n’est que l’ancre de l’âme… Une fois l’ancre levée, l’âme peut déployer ses voiles et parcourir tous les royaumes. »

L’adolescente avait senti à ce moment qu’elle devait transmettre ce message à Noah, et c’était ce qu’elle avait fait. « Je m’en souviendrai », avait-il répondu. Puis elle avait posé un doigt sur la cicatrice du jeune homme et l’avait caressée doucement.

— Un jour ou l’autre, j’aurais fini par tomber amoureuse de toi, Noah Davidoff, est-ce que tu le sais ?

— Oui, Vénus, je le sais.

Il avait souri, puis tout avait été terminé.

— Tu es revenu de la mort ? demande Arielle au « vieux » Noah qui est devant elle.

Pour Arielle, cet homme est bien un vieux Noah. Vieux dans le sens de « plus âgé », et non de « vieillard ». Il ressemble à Noah Davidoff, mais avec vingt-cinq ans de plus. Un Noah Davidoff dans la quarantaine, se dit-elle.

— Oui, fait l’homme, et tu m’as aidé.

Les animalters ne peuvent détacher leur regard de Noah.

— Voilà que les humains se mettent à ressusciter ! dit Brutal. Je pensais qu’il y avait juste les chats qui avaient neuf vies !

— Noah, c’est… c’est bien toi ? bredouille Geri, incapable de contenir sa joie.

L’oncle Yvan confirme d’un signe de tête.

— Mais qu’est-ce qui t’est arrivé ? lance Freki.

— Après ma mort, j’ai été envoyé dans l’Helheim, répond le vieux Noah.

Il s’est éveillé dans un cachot, explique-t-il. Il ignorait alors qu’il se trouvait dans le Galarif, la prison de l’Helheim. L’Helheim est la citadelle du mal, le domaine de Hel, la géante, et de Loki, son père. Ses hauts remparts sont érigés au centre du royaume des morts, au plus bas de l’univers connu. Le palais de Hel, l’Elvidnir, et sa prison de glace, le Galarif, sont situés au centre de la citadelle.

— C’est là-bas qu’ils m’ont gardé, jusqu’à ce qu’Arielle vienne me délivrer.

Arielle ne peut cacher son étonnement :

— Tu dis que je suis venue te délivrer ? Comment j’ai fait ça ? Je ne m’en souviens pas.

Le vieux Noah hésite avant de poursuivre :

— Tu étais là quand je me suis réveillé dans ce cachot.

Il précise que ces événements se sont déroulés dans son passé à lui, mais que, pour Arielle, ils ne se sont pas encore produits. Tout cela arrivera dans le futur de la jeune fille.