Avalon - Le royaume des fées

De
Publié par

Pendant que Laydie se promenait, elle vit une forte lumière qui illuminait toute la forêt. Tout à coup, une mystérieuse femme apparut et lui demanda:

— Que fais-tu là, jeune enfant ?

Laydie lui répondit :

— Rien, madame, j’ai simplement vu de la lumière et je me suis arrêtée.

Alors, la femme invita Laydie à visiter son royaume.

Laydie ne savait pas encore que, dans cette forêt, son destin allait changer.


Petite, j’étais passionnée par les contes de fées et, en grandissant, à mon tour, j’ai eu l’idée d’écrire des romans passionnants, pleins de suspens, avec une pointe de romantisme. J’ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce roman et j’espère que cette jolie fresque épique plaira aux lecteurs qui pourront vivre les aventures des personnages à travers ce roman.

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 20
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9789999989581
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Laydie vivait avec ses parents et son petit frère à la cam-pagne. Elle nǯavait que dix ans. Un jour, sa maman lui demanda dǯaller acheter des gourmandises pour elle et son petit frère. Pendant que Laydie se promenait, elle vit une forte lumière qui illuminait toute la forêt. Tout à coup, une mystérieuse femme apparut et lui demanda : — Que fais-tu là, jeune enfant ? Laydie lui répondit : — Rien, madame, jǯai simplement vu de la lumière et je me suis arrêtée. Alors, la femme invita Laydie à visiter son royaume. Laydie ne savait pas encore que dans cette forêt, vivaient des fées. Vénusienne, la fée quǯelle avait rencontrée, entendit que les parents se demandaient o‘ était passée leur petite fille. Pendant ce temps-là, Laydie visitait la forêt sans se soucier de ses pa-rents. Vénusienne eut lǯidée de se transformer en petite fille, prit lǯapparence de Laydie et partit voir ses parents. Dés lǯarrivée de Vénusienne, la mère de Laydie la prit dans ses bras. La mère lui demanda : — mais o‘ étais-tu passée, ma chérie ? — Rien, maman, je me suis seulement promenée. — Ton père et moi, nous étions morts dǯinquiétude. À ce moment précis, Laydie ne savait pas encore que son destin était dǯêtre une petite fée, comme tous les habitants dǯAvalon.
ͷ
Pendant ce temps, elle était émerveillée par toutes ces choses quǯelle voyait. Soudain, la mémoire lui revint et elle dit à Mercurienne : — Il faut que je rentre chez moi. Mes parents doivent être très inquiets. Alors, Mercurienne lui répondit : — Ne tǯen fais pas, Laydie, tes parents ne sont pas inquiets parce que Vénusienne est allée les voir à ta place. Laydie répondit à Mercurienne : — Comment ça, ils ne sont pas inquiets ? — Viens tǯasseoir, je vais tout tǯexpliquer. Nous sommes toutes des gentilles fées. Voilà toute la vérité, Laydie, et quand tu es passée près de cette forêt, cǯest nous qui avons attiré ton attention. — Mais pourquoi ? demanda Laydie. Je ne comprends pas ce qui mǯarrive. — Tout simplement, ton destin est être une fée comme nous le sommes toutes. — Et puis, tu mǯas dit que Vénusienne a rendu visite à mes parents. Alors, elle leur a dit que jǯétais là avec vous toutes ? — Non, Laydie. Vénusienne a pris ton apparence. — Je ne peux pas croire ce que tu me dis. — Viens avec moi, je vais te le montrer. Alors, Mercurienne lui montra à travers un cristal que Vénu-sienne était vraiment chez ses parents. La petite fille fondit en larmes quand elle vit que ses parents étaient tranquilles. Laydie ne se rendit pas compte que ses parents avaient vu que ce nǯétait pas leur petite fille qui se trouvait à leurs côtés, que cǯétait Vénusienne qui avait pris lǯapparence de leur petite fille. Pendant ce temps-là, Vénusienne vivait sa vie de petite fille. Mais un jour, elle monta dans sa chambre pour pouvoir entrer en contact avec Mercurienne. Alors, elle prit son cristal et vit le visage de Mercurienne. Pendant quǯelles parlaient, Allan, le petit
͸
frère de Laydie, espionnait Vénusienne et la vit en train de parler avec une autre femme, à travers un cristal. Durant toute la conversation, Vénusienne ne sǯaperçut pas quǯAllan était là et écoutait tout ce quǯelle disait à, Mercurienne. Mais bien quǯil ait entendu le prénom de sa sœur, il nǯarrivait pas à comprendre pour quelle raison Vénusienne ne parlait pas à travers un téléphone. Les jours passèrent et Vénusienne commençait à sǯennuyer dǯAvalon. Un soir, tard dans la nuit, elle se transféra à Avalon. Elle vit Laydie qui avait grandi trop vite. Laydie avait mainte-nant dix-sept ans. Tout en la regardant, Vénusienne se demanda si elle était devenue une fée, mais pendant quǯelle réfléchissait, elle vit que Laydie était devenue une fée très intelligente. Alors, quand Laydie, aperçut Vénusienne, elle alla la rejoindre pour lui demander des nouvelles de ses parents ainsi que de son petit frère. Vénusienne dit à Laydie que sa famille allait bien. Pendant leur conversation, le jour se leva et, cette fois-ci, Laydie entendit que ses parents la cherchaient de nouveau. Elle appela Mercurienne pour lui demander si elle pouvait rejoindre sa famille quǯelle nǯavait pas vue depuis sept ans. Mercurienne dit à Vénusienne quǯelle pouvait rejoindre les siens car, pendant tout ce temps, Laydie était devenue une ado-rable fée. Elle était une des leurs. Vénusienne dit à Laydie : — Tu peux, ma Laydie, rentrer chez toi, mais tu dois revenir ici parce que ta maison est maintenant là, dans ce royaume. Laydie répondit à Vénusienne : — Alors, je nǯai plus le droit de vivre avec mes parents ? — Non, ce nǯest pas ça, Laydie. Tu peux rester avec ta famille, mais rappelle-toi bien que tu es une fée.
͹
— Oui, je le sais et je suis très contente dǯen être une. Et puis, durant mon séjour ici, je suis tombée amoureuse de Johnny, nous sommes tombés amoureux lǯun de lǯautre en même temps. — Mais quand, Laydie, tu iras rejoindre ta famille, ne leur dis pas ce que tu es réellement. — Je mǯen souviendrai, Vénusienne, ne tǯinquiète pas. Je ne leur dirai rien. — Fais attention quand en tu entreras en contact avec moi et nǯoublie pas ton cristal. *** Avant son départ, Laydie alla rejoindre son amoureux dans sa chambre. Elle était prête à passer une nuit dǯamour avec, Johnny. Pendant quǯelle entrait dans la chambre, Johnny lǯatten-dait, couché dans son lit, avec impatience. Dès quǯil vit Laydie, qui nǯavait sur elle quǯune chemise de nuit très coquine, Johnny ressentit tellement le désir de lǯem-brasser et de la câliner, que son sang se mit à cogner dans ses veines. Il ressentit en lui une très forte envie de passer cette nuit dǯamour dans les bras de sa Laydie. Après avoir passé cette fameuse nuit ensemble, Laydie dit à Johnny. — Je dois te laisser, mon chéri, parce quǯil faut que jǯaille voir mes parents. Et Johnny répondit à son amour : — Tu as pensé un peu à moi, à ce que je vais devenir sans toi ? — Je sais que pour moi, ton amour et très important, mon chéri. Tu sais que je tǯaime de tout mon cœur. Alors, Johnny répondit à Laydie : — Oui, je le sais, mais je ne comprends pas pourquoi tu veux retourner chez ta famille.
ͺ
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.