Ave Ignis

De
Publié par

Le feu peut parfois faire faire des choses horribles…

Publié le : vendredi 25 mars 2016
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791093004600
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait

Il se souvenait du jour où il l’avait entendue pour la première fois, des années plus tôt. Et de ce qu’il avait pensé alors, du mot précis de son verdict : c’est indécent. Trop délicat, trop recherché, trop féminin. Et pour un chant de deuil, indécent, oui. Mais c’était bien là exactement ce qu’on pouvait attendre d’eux et de cette ville.

À présent – à présent, il se disait : c’est ainsi que devrait être la musique. Toujours. À plus forte raison un chant de deuil. Et il arrêtait très vite le cours de ses pensées, avant le sacrilège.

Aujourd’hui, les choses avaient changé, bien sûr. Le défunt était autre. Et le rite était autre : le neuvième et dernier jour des Grandes Funérailles. De tous leurs rites, le seul qu’il avait échoué à comprendre. Le plus absurde, le plus dérisoire. La fumée du bûcher s’était dissipée depuis trois jours, et les cendres du mort reposaient dans leur urne sous le krak depuis la veille. Mais le neuvième jour était celui de la Mémoire.

Plus que dérisoire : imbécile. Et périlleux. Comme si ces gens voulaient empêcher leurs morts d’accomplir le Grand Voyage, comme s’ils voulaient leur interdire de prétendre à leur nouveau statut. Comme s’ils voulaient les attacher – eux qui se prétendaient les champions des libertés, eux qui avaient voulu abolir tout esclavage. Ils s’appelaient les briseurs de chaînes – et ils se refusaient à trancher la seule qui importât.

L’homme remua les épaules pour tenter de soulever le lin qui collait à sa peau dans la chaleur lourde de l’après-midi. Près de lui, une femme pleurait, appuyée contre son époux. Voilà, il faisait encore la même erreur. Il oubliait encore : ces gens ne croyaient pas au Grand Voyage, ils ne croyaient pas à l’échelle de feu entraînant vers le ciel la vapeur des âmes résolues. Et celui qu’ils pleuraient – qui, comme tous ceux de sa famille, avait porté un nom d’étoile –, celui-là était à jamais perdu, pour eux.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant