B.U.G.

De
Publié par

En 2012, une équipe de chercheurs de Harvard annonce avoir encodé un livre dans de l’ADN synthétisé.

Dix ans plus tard, le stockage ADN s’est démocratisé, balayant toutes les autres solutions de stockage.

En 2025, quelque chose en émerge.

Par l’auteur best-seller David Forrest !

Découvrez l’univers fascinant et culte de celui qui a défrayé la chronique en étant l’un des premiers succès en auto-publication en France.

Un auteur que vous ne pourrez plus oublier.


Publié le : mercredi 7 mai 2014
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791091605304
Nombre de pages : 42
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
img

 

B.U.G

(nouvelle)

 

David Forrest

 

Copyright 2012 David Forrest

 

Cet eBook est édité pour votre utilisation personnelle. Cet eBook ne peut être revendu ou cédé à d’autres personnes. Si vous souhaitez partager cet ouvrage avec d’autres lecteurs, veuillez s’il vous plaît acheter un exemplaire supplémentaire par destinataire. Si vous n’avez pas acheté ce livre ou s’il n’a pas été acheté pour votre usage personnel, veuillez s’il vous plaît en acquérir une copie. Merci de respecter ainsi le travail de l’auteur.

ISBN : 979-10-91605-30-4

 

1

 

Il ne se passe pas un jour sans que je ne me le répète : tout ça, c’est grâce à moi.

À moins que ça ne soit de ma faute. Et de celle de Georges Church, aussi.

Il dirigeait l’équipe de recherche de l’école médicale de Harvard qui, en 2012, a synthétisé le premier ADN de stockage. Je me souviens encore de ce jour où, adolescent friand de sciences, je suis tombé sur un article détaillant cette prouesse technologique.

Ces chercheurs avaient créé une séquence d’ADN codifiée de façon à y stocker des informations, en l’occurrence un livre, signé Georges Church, évidemment.

Pour y parvenir, ils avaient "rangé" les nucléotides pour que leur séquençage soit traduisible par un ordinateur. Une sorte de langage binaire avec des A, des T, des G et des C en lieu et place des 0 et des 1.

Un livre entier dans un morceau d’ADN d’un milliardième de gramme.

J’avais été soufflé par cette découverte. Je m’étais dit que ça allait remplacer les supports de stockage de l’époque, moins performants, moins stables et bien plus encombrants.

 

Ce fut le cas. Dix ans plus tard, le stockage ADN avait balayé tout le reste. Bandes magnétiques, disques optiques et cartes mémoire à semi-conducteurs ne faisaient plus le poids.

Surtout quand les coûts de fabrication de disques ADN furent assez bas pour permettre leur commercialisation à large échelle. Avec quelques milligrammes de protéines, on pouvait créer des milliards de capsides, dans lesquelles on injectait ces molécules d’acides nucléiques encodées.

La technique s’est rapidement améliorée et a très vite été adoptée partout.

Son seul défaut était qu’il s'avérait impossible d’effacer des données, comme on l'aurait fait sur un disque dur ou un lecteur à mémoire flash.

Mais c’était bien là un moindre mal : il suffisait de remplacer la capside originale par une copie modifiée. L’ADN obsolète était ainsi simplement mis de côté, dans l’équivalent des corbeilles des bons vieux systèmes informatiques. Une sorte de boîte de Petri de garage. Une soupe-décharge.

 

C’est de là qu’il émergea. En 2025, cela faisait deux ans que je travaillais sur ce qui devait être la plus immense base de données ADN de la planète, pour le compte du plus grand des géants de l’information et de l’internet.

Mon boulot était un peu barbant : il se limitait au classement et au transfert de l’ensemble des connaissances de l’humanité sur ADN. Rien de passionnant, je vous l'assure : mon rôle se bornait à copier-coller des masses d’information dans différents dossiers.

Rassembler toute l’activité de l’humanité dans quelques grammes de capsides est loin d'être valorisant. Je manipulais peut-être tout l'art du monde, toute son histoire, mais ce n'en était pas moins rébarbatif.

Un jour, j’ai remarqué que le poids de la corbeille avait augmenté plus qu’elle n’aurait dû. Les trois microgrammes de soupe-décharge de la veille étaient passés à dix. Cela m’a intrigué sur le moment, sans...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Petit ange

de land-editions

Comme neige

de land-editions

suivant