Black Cristal tome 1

De
Publié par

Mark Finn a 17 ans et un royaume à sauver. Aidé de ses fidèles compagnons, un homme-chat, un bûcheron et deux guerriers, il devra affronter des périls sans nombre, traverser une mer capricieuse en compagnie d'un capitaine fou, rallier des armées, maîtriser les pouvoirs d'un mystérieux cristal...
Et, s'il a le temps, Mark rentrera chez lui pour passer son bac.





Publié le : jeudi 7 avril 2011
Lecture(s) : 231
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782266215855
Nombre de pages : 121
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
:
Christophe Lambert
Stéphane Descornes



BLACK CRISTAL
Livre 1




Carte du monde du cristal
:
Prologue
Le château dominait d’un air de défi les maisons de la vieille ville. C’était une superbe forteresse en pierre blanche qui étincelait sous les feux conjugués de deux soleils jumeaux. Ses bâtisseurs avaient donné le meilleur d’eux-mêmes. Finement ouvragés, à la fois délicats et massifs, remparts et tours renvoyaient des reflets d’une intensité presque insupportable pour les yeux.
À l’intérieur, la décoration dégageait une impression de magnificence comparable à celle du dehors. Des colonnes transparentes comme du cristal côtoyaient des tentures dorées. Les gens portaient tous des vêtements somptueux, ornés de brocarts brillants.
Enfin, presque tous…
Capuche rabattue sur le visage, deux silhouettes habillées d’amples robes marron remontaient les couloirs du palais. Avec leurs sandales crottées, leur bure poussiéreuse, elles semblaient totalement incongrues en pareil lieu.
Pourtant, tous les gardes s’écartaient respectueusement devant ce duo de « pouilleux ».
Une barbe poivre et sel dépassait des replis du tissu porté par le plus robuste des deux personnages. L’autre avait des moustaches étranges, fines et droites comme des tiges, en un mot : félines. Deux bosses déformaient le sommet de son crâne, laissant deviner une paire d’oreilles coniques.
Ils entrèrent dans la salle du trône puis s’agenouillèrent devant l’auguste siège, tête baissée.
Après quelques secondes d’attente, un froissement d’étoffes précieuses annonça l’arrivée d’un hôte important.
La reine !
Ses traits semblaient l’œuvre d’un peintre ou d’un sculpteur inspiré par les dieux. L’intensité de son regard trahissait sa détermination sans faille. Elle était vêtue d’une longue robe blanche, en harmonie avec sa peau de lait.
— Merci d’être venus aussi vite, mes fidèles amis, dit-elle en prenant place sur le trône. Vous devinez sans doute pourquoi je vous ai fait mander…
Les deux silhouettes relevèrent humblement la tête. Leurs visages demeuraient cachés dans l’ombre de leur capuche.
— Voici venu l’avènement des jours noirs prédits par les Écritures, reprit la souveraine. Les astres s’alignent. La porte va s’ouvrir. (Elle marqua une pause.) Je veux que vous partiez pour l’Autre Monde. L’Élu vous y attend.
— Comment le trouverons-nous, ô ma reine ? demanda le barbu.
— Le cristal vous guidera. Répondez à son appel, c’est aussi simple que cela.
— Bien, ma reine…
— Soyez prompts, cependant, car la porte ne restera ouverte que très peu de temps.
— Il sera fait comme vous l’ordonnez.
— J’ai grande foi en vous, fidèles parmi les fidèles. La bonne fortune de notre royaume repose sur le succès de cette mission.
— Nous réussirons, assura le costaud.
Les deux personnages se prosternèrent jusqu’à ce que leur front caresse le sol froid et lisse. Celui aux moustaches de chat n’avait pas dit un mot de l’entrevue mais une sorte de vrombissement feutré s’échappait de sa capuche.
— Allez ! fit la reine. Que Psyka vous tienne en sa faveur.
Le duo se releva et prit congé.
1
Mark chez le psy
 E
ntrez, jeune homme.
Mark Finn, dix-neuf ans, s’exécute, sur la défensive. C’est la première fois qu’il met les pieds dans le cabinet d’un psychanalyste. Il ne voulait pas y aller – il n’en voyait pas l’utilité – mais ses parents ont insisté, la conseillère d’orientation a insisté, bref… il a cédé.
— Mettez-vous à votre aise, je vous en prie.
Des rayonnages de livres très sérieux, très épais, occupent les murs, quand ces derniers ne sont pas percés par une fenêtre. Mark hésite entre le fauteuil et le divan, tous les deux recouverts de velours carmin.
— Je dois m’allonger, ou bien… ?
— Comme vous voulez.
Il opte pour le fauteuil. Le psy le regarde avec un petit sourire difficile à interpréter. Malicieux ? Bienveillant ? Moqueur ? Un brin parano, Mark opterait plutôt pour la troisième option.
— Vous ne prenez pas de notes ? demande-t-il en s’étonnant de l’absence de carnet, de stylo, dans les mains de son interlocuteur.
— Pas forcément. Détendez-vous… Vous êtes nerveux ?
— Ben en fait, je ne sais pas très bien ce que je fais ici.
Toujours ce petit sourire énigmatique qui commence à taper sur les nerfs de Mark.
— Alors ? lance le psy.
— Alors quoi ?
— Si vous deviez définir votre état d’esprit du moment, comme ça, en une seconde, sans réfléchir. Que diriez-vous ?
— Gris.
— Gris ?
— Oui.
— Pourquoi ?
— Je ne sais pas. Vous m’avez demandé de répondre sans réfléchir.
L’adulte croise ses doigts, coudes posés sur le bureau.
— Maintenant vous pouvez. Réfléchir…
Mark s’accorde quelques instants.
— Ma vie est grise. Je redouble ma terminale. Je suis bien parti pour foirer mon bac une deuxième fois. Je ne sais pas ce que je vais faire après. Mes parents flippent… (Il hausse les épaules.) C’est banal. Gris, quoi.
Hochement de tête du psy.
— Qu’est-ce qui vous intéresse, dans la vie ?
— Heu…
— Vous n’avez pas des centres d’intérêt, des passions ? Je ne sais pas moi… la musique, les films, le sport ?
— Le sport, c’est pas trop mon truc. Je suis moyen. Comme dans toutes les autres matières. Enfin, celles où je ne suis pas carrément mauvais, je veux dire, comme les maths, le français… Sinon, j’aime bien les films et la zic, comme tout le monde ; mais je sais pas si on peut appeler ça des passions.
— À quoi passez-vous votre temps libre ?
— WoW ! réplique Mark, du tac au tac.
— Comment ça « Woo » ?
— Vous ne connaissez pas Word of Warcraft ?
— Ah oui, le jeu vidéo…
— C’est ça. Je déchire à Warcraft.
Le psy commence à prendre des notes. Levant le nez de sa feuille, il demande :
— Vous aimeriez que votre monde soit comme celui de Warshaft ?
— Warcraft, corrige Mark.
— Pardon. Vous aimeriez que votre monde, le monde réel, soit plus… intense ? Plus coloré ?
Le garçon hésite.
— Oui, je… je crois. Mais je suis pas un no life. Je sais faire la différence entre un steak de loup et une vraie entrecôte, si vous voyez ce que je veux dire…
Mark passe beaucoup de temps sur son ordinateur, c’est vrai, mais il a l’impression de maîtriser cette légère dépendance. Il ne reste pas enfermé des week-ends entiers dans sa chambre comme son copain Thomas, qui pousse le vice jusqu’à afficher sur sa porte le carton « Ne pas déranger » assorti d’une tête de mort. Il paraît que ça rend dingues les parents de Tom, ce petit manège !
— Vous avez des amis ? enchaîne le psy. De vrais amis, j’entends. Pas des connaissances glanées sur les jeux en réseau.
— Oui. Un ou deux. Enfin, mon meilleur pote, je le vois moins cette année. Il est à la fac. Il fait de l’histoire de l’art, de l’archéologie, ce genre de trucs. Et lui, pour le coup, il est vraiment accro aux jeux online.
— Warcraft ?
— Non, Warhammer. Il commande une armée de milliers de Gnoblars. Il assure.
Silence, puis :
— Pas de filles, dans votre cercle d’amis ? demande le psy. Pas de… petite copine ?
Mark reste un instant désarçonné par la question.
Il songe un instant à Carole, sa confidente, qui est dans la même classe que lui… mais il n’y a pas d’ambiguïtés entre eux.
— Euh, calme plat, avoue le jeune homme.
Il rougit, ce qui fait encore davantage ressortir ces fichus boutons d’acné que toutes les crèmes et lotions du monde n’ont pas réussi à traiter.
L’entretien se poursuit sur le même mode – question-réponse – durant une quarantaine de minutes. Non, Mark n’a pas idée de ce qu’il veut faire plus tard. Oui, il en a marre du bahut. Non, il n’a jamais pris de drogue. Oui, il est en train de passer son permis de conduire. Le garçon se tortille sur son fauteuil, mal à l’aise. Il essaie de jeter de discrets coups d’œil sur sa montre, comme lorsqu’il s’ennuie en classe.
— Bon, très bien, conclut le psy. Je propose que l’on prenne un nouveau rendez-vous. Même jour, même heure, la semaine prochaine ?
— Heu, d’accord. (Mark se lève.) Dites-moi, je… (Il hésite.) Je ne suis pas fou, ou quelque chose dans le genre ?
L’adulte glousse :
— Fou ? Non, quelle drôle d’idée… Passez une bonne semaine, monsieur Finn.
Mark sort du bureau, troublé. Ses parents se lèvent. Il n’y a qu’eux dans la salle d’attente, une pièce toute petite avec un sofa et des magazines aux couvertures défraîchies. Le garçon a les mêmes yeux que sa mère, gris-bleu. C’est une femme de quarante-cinq ans, encore assez jolie, bon chic bon genre. Son père a dix ans de plus et une brioche d’Occidental bien nourri.
— Alors ? questionne-t-il avec son accent British.
— Ben… rien, lâche Mark. Il m’a posé des questions et j’ai répondu. On se revoit dans une semaine.
— Il a conseillé quelque chose ? demande Mme Finn.
— Non, pas vraiment. On a juste discuté.
Les parents ont l’air déçus.
— Mais… mais si tu rates encore ton bac, qu’est-ce qu’on va faire de toi ? s’emporte Mme Finn.
— On n’en est pas là, essaie de temporiser son mari. Tu imagines toujours le pire, chérie. Mark va se ressaisir, hein ? Pas vrai, Mark ?
Le jeune homme hausse les épaules. Ils ont déjà eu cette conversation des milliers de fois.
— Et une école privée ? continue Mme Finn, alors qu’ils sortent sur le palier. Un établissement sérieux. Une pension, peut-être.
— On ne va pas le changer d’école en cours d’année scolaire, grommelle le père. C’est trop perturbant.
— Oui, mais il serait cadré, stimulé…
La discussion se poursuit dans l’ascenseur, puis dans la rue, sur un trottoir parisien gris comme la fumée qui sort des pots d’échappement, comme les murs, comme le ciel… Mark n’écoute même plus. La voix de ses parents se mêle au bruit de la circulation – couinements de klaxons exaspérés, moteurs ronflant d’impatience… – et le claquement des semelles sur le bitume. Le jeune homme rêve de coller les écouteurs de son MP3 sur ses tympans mais il sait que cela déclencherait de nouveaux reproches, alors il se retient et passe en mode off. Il se déconnecte de la réalité, c’est aussi simple que ça. Une petite mollette mentale à tourner et, hop, tout glisse sur lui.
Prenant place dans la Laguna familiale, garée un peu plus loin, Mark demande :
— Vous me déposez au RER, à Saint-Mich’ ?
— Hein ?
— Ben oui, quoi, vous vous rappelez pas ? Je dors chez Tom. Je garde son chat pour le week-end.
Tom, c’est Thomas Laffin, son meilleur ami. Celui qui fait des études d’histoire de l’art et de l’archéologie entre deux campagnes de Warhammer.
— Tu ne nous en as pas parlé… grogne Mme Finn.
— Mais si. Il est parti dans le Nord, avec ses parents. Ils ont un enterrement là-bas…
— Et tu ne peux pas amener le chat chez nous ?
— Ouais. Pas de problème. Si un vieux matou qui vomit et pisse partout, ça ne vous effraie pas, ch’uis d’accord.
— Hum, bon, on te dépose, soupire M. Finn en tournant la clé de contact.
La menace a fait mouche. Les Finn viennent de décorer à neuf leur appartement…
Cool, se dit Mark. Week-end peinard, sans les vieux !
Si seulement il savait…
2
Chez Tom
A
rrêt Rungis-la-Fraternelle.
Mark sort de la petite gare et traverse une zone industrielle qui paraît bien vide en cette fin de journée. Les parkings en béton se succèdent sur plusieurs niveaux. Les bâtiments sont fermés.
Rungis, Mark connaît bien. C’est la ville de son enfance, là où il a grandi. Lui et Thomas étaient ensemble en primaire ainsi qu’au collège. Inséparables. Puis les parents de Mark sont partis vivre à Paris…
Le jeune homme arrive dans le « vieux Rungis », un tout petit centre-ville qui a beaucoup changé en quelques années : une médiathèque a remplacé le marché couvert ; les façades ont été ravalées. Il n’empêche. Chaque fois qu’il arpente ces rues, Mark a un pincement au cœur. Il retrouve des sensations, des lumières, des bribes de souvenirs qu’il croyait à jamais enfouis dans les tréfonds de sa mémoire. Parfois, il a l’impression de se voir lui-même, gamin, en train de cavaler sur ces trottoirs, son cartable sur le dos, et cette vision d’un fantôme familier grêle ses avant-bras de chair de poule.
Après quelques minutes de marche, Mark parvient aux lotissements pavillonnaires érigés en bordure du centre-ville. Thomas et ses parents habitent dans l’une de ces maisons si semblables les unes aux autres qu’on les dirait clonées. Il y a dix ans, ici, c’était des champs. Partout. L’idéal pour jouer à cache-cache et faire les quatre cents coups. Souvenirs, souvenirs… Puis les bulldozers sont venus. On a construit des habitations mais aussi une nouvelle crèche et un nouveau centre commercial. Toutes les agglomérations de banlieue ont connu ça, non ?
Ah, voilà, no 19.
Mark sort la clé de son sac. La porte d’entrée s’ouvre sans problème.
À peine a-t-il fait deux pas à l’intérieur du vestibule, qu’une boule de poils compacte lui saute dessus. Chafou n’a plus la souplesse de ses jeunes années – Mark a connu l’animal chaton – mais il fête le nouveau venu comme il se doit.
— Oui, oui, je sais ce que tu veux, marmonne Mark.
Il verse une bonne ration de croquettes pour matou senior dans l’écuelle de la cuisine puis change l’eau du bol posé sur le carrelage. Chafou dévore. Il a encore un bel appétit. Ses poils, en revanche, se sont agglomérés en touffes durcies par le manque de toilette, car le vieux chat n’arrive plus à se contorsionner suffisamment pour lécher son dos et son arrière-train. Il ressemble à une espèce de hérisson, et cela ne donne guère envie de le caresser.
Mark examine les Post-it collés sur le frigidaire, les plaques chauffantes, mais il sait déjà comment tout fonctionne. Ce n’est pas la première fois qu’il dépanne les Laffin.
Après avoir nettoyé la litière, le jeune homme se confectionne un sandwich et monte à l’étage – Tu peux dormir dans mon pieu, lui a dit son ami. Les draps sont propres.
La chambre de Tom est un joyeux bazar aux murs couverts d’affiches et de photos. Sur l’une d’elles, on voit le jeune homme en compagnie de sa petite amie, Lydie, une jolie brune au sourire éclatant. Mark déglutit. Ils étaient tous les deux amoureux d’elle, quand ils étaient mômes. Elle a choisi Tom. Faut dire qu’il est beau gosse, le Thomas. Un vrai mannequin. Mark l’a toujours un peu jalousé – il se considère lui-même comme quelqu’un de très commun au point de vue physique… à tous les points de vue, d’ailleurs. Heureusement que Tom a cette petite tache de vin, sur le front, sinon il serait insupportable de perfection ! En plus, il a réussi son bac du premier coup, lui ! Et maintenant, il fait des études qui l’intéressent, des fouilles, l’été, de la restauration de vieux châteaux… Pour couronner le tout, il est devenu une vraie légende vivante dans le monde de Warhammer : il entraîne ses armées comme personne et vole de victoire en victoire !
Le regard de Mark est attiré par le morceau de cristal que Thomas a trouvé, en août dernier, pendant qu’il participait à l’un de ses chantiers de vacances. L’éclat de roche est posé sur la table de nuit, près du lit. Bien que noir comme de l’ébène, il scintille dès que la lumière rebondit sur l’une de ses multiples facettes. Drôle de caillou. Thomas a pris contact avec quelqu’un du Muséum d’histoire naturelle pour le faire expertiser mais ce spécialiste repousse sans cesse le rendez-vous.
Mark s’installe devant l’ordinateur et l’allume. Une icône guerrière apparaît tout de suite sur l’écran. Le garçon sourit.
Et les devoirs ? lui souffle la voix de sa conscience. Et la dissert de philo ?
Mark soupire un grand coup.
— Ok, d’abord, je fais le boulot, lâche-t-il pour lui-même, au prix d’un effort quasi surhumain. Et ensuite, ma récompense : les jeux vidéo !
Fier de sa résolution, il insère sa clé USB et ouvre le bon fichier. L’énoncé de la dissertation apparaît sur fond blanc :
« Un proverbe dit que le pire danger est la certitude d’avoir raison. Qu’en pensez-vous ? »
J’en pense que ça ne risque pas de m’arriver. Je ne sais jamais ce que je dois faire. J’hésite tout le temps et, quand je prends une décision, j’ai l’impression de me planter chaque fois. Bon, allez : thèse, antithèse, synthèse, et tchao les mecs !



2 h 30 du matin.
Les nuages cachent la lune et les étoiles.
Une brise surgie de nulle part se lève et fait frissonner les haies qui délimitent le jardin des Laffin. Des petits éclairs d’électricité statique labourent le gazon amoureusement tondu par le père de famille – et parfois par Thomas, lorsqu’il a besoin de se faire de l’argent de poche. Une sorte de tourbillon se forme dans l’air brumeux de la nuit. Soudain, un grand flash : ZBAM !
La brume surnaturelle se dissipe, laissant apparaître deux silhouettes – une large et une plus menue – aux allures de prêtre. Robes de bure, capuchons… Nous les avons déjà vus.
Les deux personnages se mettent en mouvement, pareils à des spectres. Un bruit de verre cassé rompt le silence. Après une pause attentive, celui qui paraît le plus svelte passe une main – ou plutôt une patte ! – à travers le carreau brisé.
Les deux ombres pénètrent dans la maison endormie. Tout à coup, Chafou se dresse, réveillé en sursaut. Bien campé sur ses quatre pattes, les poils encore plus hérissés que d’habitude, il crache un avertissement sauvage.
— Chuuut, fait l’un des inconnus.
Et, sans transition, le vieux félin se calme. Il renifle les intrus, l’un après l’autre, puis se met à ronronner, apparemment rassuré.
— Sage…
Le duo s’engage dans l’escalier à pas prudents. Aucune marche ne grince sous leurs pieds. Ils sont comme irrésistiblement attirés par la pièce où se trouve Mark.
Enfin, les voilà dans la chambre baignée de ténèbres.
Endormi sur le clavier, le garçon ronfle paisiblement. L’écran de l’ordinateur est éteint, comme tous les appareils de la maison. Les plombs ont sauté lorsque, cinq minutes plus tôt, l’étrange éclair a frappé le jardin.
L’inconnu bâti comme une armoire à glace secoue l’épaule du jeune homme.
— Élu, murmure-t-il, la voix grave. Il faut venir avec nous…
Il prend le cristal pour l’enfouir dans les pans de son vêtement.
— Élu, recommence-t-il. Il est temps…
Mark sursaute. Les touches du clavier ont imprimé des petits carrés sur sa joue.
— Il a la marque ! s’exclame l’homme à la voix rauque.
— Hein ? Quoi ? bredouille Mark.
La première pensée qui lui vient à l’esprit est : Des cambrioleurs !
Il bondit en arrière. Son dos heurte le mur.
— Hééé ! Qui êtes-vous ?!
Son sang s’est transformé en une rivière hivernale charriant des glaçons.
— Tu dois nous suivre, Élu…
— Élu ???
Mark cherche des yeux quelque chose pour se défendre : un cutter, une paire de ciseaux, un coupe-papier, n’importe quoi…
— C’est la reine qui nous envoie.
Non, pas des cambrioleurs. Des cinglés échappés d’un asile, ouais !
Sauf qu’il n’y a aucun établissement psychiatrique à Rungis ou dans ses environs.
Retour à la case départ : l’hypothèse du cambriolage nocturne.
— Si c’est du fric que vous voulez, j’en ai pas, improvise le garçon. Je suis pas chez moi ici, mais je suis sûr qu’ils n’ont rien de précieux. Vous perdez votre temps…
— Tu ne comprends pas, grogne le costaud.
— Écoutez, si vous partez tout de suite, je ne porterai pas plainte, je vous le jure. Vous foutez le camp et on oublie tout.
— Nous ne partirons pas sans toi, Élu.
Mark se précipite vers la porte. Il espère prendre par surprise les deux inconnus mais celui qui n’a rien dit jusqu’ici l’intercepte d’une brusque détente. Mark hurle, se débat, soulève sans le faire exprès le capuchon et…
— AAAAHHH !
Deux grands yeux en amande, les pupilles dilatées, le fixent intensément. La créature a une tête de chat, la tête d’un bon gros matou qui pèserait dans les soixante-dix ou quatre-vingts kilos !!!
— Maoow ! fait l’homme-chat.
Ok, d’accord, je suis en plein délire. C’est un cauchemar, je vais me réveiller. Je…
— Tu ne nous laisses pas le choix, soupire le grand baraqué.
Un sac en toile épaisse tombe sur Mark. L’obscurité est totale.
— Au secours ! Laissez-moi ! À l’aide !
Mark sent qu’il est soulevé du sol.
— Lâchez-moi !
Les escaliers. Ils sont en train de descendre et ça secoue.
Pourquoi m’enlever, moi ??? Une rançon ? Mes parents ne sont pas si riches ? Des maniaques sexuels ???
Une terreur sans bornes submerge le jeune homme roulé en boule. Il essaie de déplier ses bras, ses jambes… sans succès.
L’air a fraîchi.
On est dehors ? s’interroge Mark.
Soudain, ses cheveux se dressent sur sa tête. Il sent de l’électricité statique dans les fibres du sac, dans son corps, dans…
ZBAM !
Gros éclair ! Comme un flash d’appareil photo géant avec, en prime, cette impression que toutes vos particules volent en éclats, désintégrées !
Et c’est en pensant Je suis mort que le jeune homme perd connaissance.
3
Un monde nouveau
M
ark fut réveillé par un doux cahot accompagné de bruits de sabots. Il ouvrit un œil, puis l’autre, le cœur battant. La peur desséchait sa bouche et lui serrait l’estomac bien davantage que la soif et la faim réunies. Il se trouvait dans un chariot couvert par une bâche blanche tendue sur de solides arceaux. Vu de l’extérieur, l’attelage devait ressembler à ceux utilisés par les pionniers de la Conquête de l’Ouest.
Le cœur du jeune homme sauta un battement quand il remarqua les deux robes de bure posées en tas, à côté de lui. Des images de sa nuit de cauchemar lui revinrent en bloc : les inconnus dans la maison, et cette créature mi-humaine mi-féline…
Peut-être que j’ai été enlevé par des romanichels ? Des montreurs de foire ? Des « freaks » ?
Au moins, cela expliquerait « l’homme-chat »…
S’astreignant au calme, Mark promena un regard plus attentif autour de lui : des tonnelets, une couverture, des ustensiles de cuisine en bois ou en métal – quelque chose comme du fer-blanc. Suspendues la queue en l’air à des crochets, des casseroles s’entrechoquaient en tintant.
Ces secousses… Sûrement pas un chemin goudronné.
On n’entendait aucun bruit de circulation, aucun murmure urbain.
La lumière du jour s’insinuait dans le chariot en passant entre les rabats de la bâche.
Je dois en avoir le cœur net.
Mark écarta un pan de toile et se pencha vers l’avant.
Sa tête apparut entre ses deux ravisseurs. Le duo était assis sur un banc riveté. L’homme-chat tenait les rênes. Le costaud à la barbe bien fournie fumait la pipe. Il portait un gilet de cuir et des pantalons en peau tannée. Sur son crâne : une toque semblable à celle des trappeurs du Grand Nord.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi