//img.uscri.be/pth/20a9971c8df85ca9b9dced2509538dac18454356
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Bleu abrupt

De
88 pages
Ce qu'Ibrahim Samuel propose, c'est la Syrie de l'intérieur. En douze nouvelles, il montre avec exactitude et finesse les failles, les tabous, les frustrations de cette société de l'autre bout de la Méditerranée. Sa couleur : bleu abrupt. Bleu comme la mer infinie et les rêves de puissance, de maîtrise et de volupté. Douze plongées dans les secrets, dans les fantasmes, dans les non-dits d'âmes trop policées. On avait besoin d'un guide comme Ibrahim Samuel, ancien prisonnier politique, virtuose de la langue arabe, pour en donner toute la saveur.
Voir plus Voir moins
BLEU ABRUPT
Reproductions de la couverture :Bleu abrupt(1994) de Yousef Abdalaki La déesse KUBABAde Vladimir Tchernychev Directeur de publication : Michel Mazoyer Directeur scientifique : Jorge Pérez Rey Comité de rédaction Trésorière : Christine Gaulme Colloques : Jesús Martínez Dorronsorro Relations publiques : Annie Tchernychev, Sylvie Garreau Directrice du Comité de lecture : Annick Touchard Comité scientifique, série monde moderne, monde contemporain Jean-Michel Aymes (Université de Paris III), Antonio Barragan (Université de Cordoue), Régis Boyer (Université de Paris IV-Sorbonne), Claude Hélène Perrot, (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), Patrick Guelpa, (Université Charles de Gaulle-Lille 3), Hugues Lebailly, (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), George Martinowsky (UniversitéClermont II-Blaise Pascal), Paul Mirault (Professeur de philosophie), Perez Rey (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), Hélène Pignot (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), Olga Portuondo (Université d’Oriente), Annie Tchernychev (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), Richard Tholoniat (Université du Maine) Ingénieur informatique Patrick Habersack (macpaddy@free.fr) Avec la collaboration artistique de Jean-Michel Lartigaud, et de Vladimir Tchernychev © L’Harmattan, 20125-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55963-9 EAN : 9782296559639
IBRAHIMSAMUEL
BLEU ABRUPT
Douze nouvelles syriennes Traduites de l’arabe (Syrie) par Nouar BARAKAT, Christian BOUDIGNONet Sydney Hervé AUFRERE
Collection KUBABA Série Monde moderne, monde contemporain
Bibliothèque Kubaba (sélection)http://kubaba.univ-paris1.fr/ CahiersKubaba Barbares et civilisés dans l’Antiquité Monstres et Monstruosités Histoires de monstres à l’époque moderne et contemporaine
Série Monde moderne, monde contemporain
IslandeLe Lys : poème marial islandais, Patrick Guelpa Un homme de désirs : Einar Benediktsson, Patrick Guelpa Toi qui écoutes — Poèmes, Jón Óscar, traduction de Régis Boyer Les Elfes des falaises. Regard sur la poésie islandaise, EinarBenediktsson, présentation et traduction de Patrick Guelpa Le village,Jón Úr Vör, présentation et traduction de Régis Boyer La Völuspa, Patrick Guelpa.Grande BretagneL’imaginaire spirituel de C.S. Lewis ;Daniel Warzecha
RussieL’enseignement de l’histoire en Russie, Annie Tchernychev
LE NOYAU DE L’OBSESSION Ibrahim Samuel n’est pas un apparatchik de la littérature. C’est au service militaire qu’il consacre ses tours de garde à dévorer les œuvres complètes de Dostoïevski, dont il gardera le goût de l’introspection. C’est en prison qu’il plonge à l’intérieur de cette humanité qui combat pour sa vie quotidienne. Devenu travailleur social, il décrit dans son œuvre la face cachée de la société syrienne. Auteur d’une première nouvelle en 1968 :La robeneuve, il mûrit pendant vingt ans son premier recueil :L’odeur des pas pesants, paru en 1988, avant de connaître le succès avecBleu abrupt, réédité par deux fois en arabe et enfin traduit et publié en français. Son succès, il le doit à ses lecteurs, bouleversés par ses descriptions. Un jour, on vint frapper à sa porte. Un lecteur était venu à Damas pour lui demander la fin de cette histoire d’adultère et de remords :Le silence, qui l’empêchait de dormir. Un autre lecteur, (confondant auteur et narrateur dans la même nouvelle), était même allé trouver la femme du nouvelliste pour intercéder en sa faveur ! Car Ibrahim Samuel est de la race de ces conteurs orientaux, ces conteurs publics (hakawâtî) que leur auditoire insomniaque venait voir la nuit pour délivrer le héros prisonnier. « C’est l’art de raconter, dit-il,
7
qui fait de l’écrivain un conteur » et non pas les événements qu’il décrit. Héritier de l’Égyptien Youssef Idriss (1927-1991), un des premiers nouvellistes arabes, Ibrahim Samuel est aussi le porte-étendard de « la nouvelle sensibilité », cet art de la nouvelle qui a tourné le dos aux grands idéaux des partisans du « réalisme socialiste », pour se concentrer sur l’intime, l’inconscient, les rêveries, les petites peines individuelles… Cet art « minimaliste » a rendu célèbres les nouvellistes syriens (comme Mamdouh Azzam, Walid Mi‘mari et Jamil Hatmal) dans le monde arabe et au-delà. Ce qui obsède Ibrahim Samuel dans la page blanche, c’est la peur d’en dire trop ou pas assez. L’écriture est une séductrice qui doit, sans trop dire, sans trop taire, envoûter le lecteur le temps d’un rendez-vous et lui laisser son parfum une fois partie. Mais Ibrahim Samuel est aussi un « démocrate » de la littérature. Il tient ses lecteurs sous le charme tant que dure la nouvelle : mais il en laisse toujours la fin ouverte comme pour les associer, à leur convenance, au processus de l’écriture, comme une question sans réponse, comme une obsession à partager, comme on suce un noyau d’abricot syrien dont on tient à extraire jusqu’à la dernière saveur… Christian BOUDIGNON
8