Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

C’est la faute à Carey Price T3

De
272 pages
À la fin d’un été mouvementé dans son patelin, Félix Riopel met le cap vers l’Abitibi pour une deuxième saison. Le hockeyeur, qui est maintenant admissible au repêchage de la LNH, devra exceller.
Dès le début du camp, il est clair que les Huskies ne goûteront pas souvent aux joies de la victoire. Les choix de Richard Caisse étonnent les observateurs. Ce dernier sélectionne des joueurs moins aguerris, mais sérieux et déterminés, dont Loïc Penosway, un Algonquin de Lac-Simon.
En dépit de cette pénible reconstruction du club, Riopel reste positif. D’ailleurs, si la chimie s’installe avec ses coéquipiers, il pourrait amasser passablement de points. Selon son nouvel agent, les dépisteurs de la Ligue nationale analysent tout autant le jeu que le comportement des jeunes… L’intense numéro 57 saura-t-il faire bon usage de cette information et réussira-t-il à s’illustrer?
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Luc Gélinas
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Gélinas, Luc, 1965 C’est la faute à Carey Price Suite de : C’est la faute à Mario Lemieux. Pour les jeunes. ISBN 9782897232375 I. Titre. PS8613.E453C43 2013 jC843’.6 PS9613.E453C43 2013
C2013941245X
Les Éditions Hurtubise bénéficient du soutien financier des institutions suivantes pour leurs activités d’édition : – Conseil des Arts du Canada ; – Gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) ; – Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) ; – Gouvernement du Québec par l’entremise du programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres.
Maquette de la couverture : René StAmand Illustration de la couverture : Kinos Maquette intérieure et mise en pages : Martel entête Photographie de la page couverture : Georges Bastien
Copyright © 2013, Éditions Hurtubise
ISBN 9782897232375 (version imprimée) ISBN 9782897232382 (version numérique PDF) ISBN 9782897232399 (version numérique ePub)
e Dépôt légal : 4 trimestre 2013
Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque et Archives Canada
Diffusiondistribution au Canada : Distribution HMH 1815, avenue De Lorimier Montréal (Québec) H2K 3W6 www.distributionhmh.com
Diffusiondistribution en Europe : Librairie du Québec/DNM 30, rue GayLussac 75005 Paris FRANCE www.librairieduquebec.fr
www.editionshurtubise.com
Luc Gélinas
Journaliste sportif bien connu,Luc Gélinas tra vaille pour RDS depuis plus de vingt ans. Il est l’auteur des deux tomes deLa LNH, un rêve pos sible,qui retrace les parcours dans le hockey mineur de quatorze joueurs professionnels.C’est la faute à Carey Priceest la suite des bestsellersC’est la faute à OvechkinetC’est la faute à Mario Lemieux.Une série enlevante qui se déroule dans les coulisses de la LHJMQ.
À ma fille Pénélope que j’aime et qui remplit ma vie d’immenses moments de bonheur depuis 1999.
1 Retour aux sources
Félix court comme un automate sur le vieux tapis roulant du centre de conditionnement phy sique de Louiseville depuis vingt bonnes minutes. Comme le petit hamster de sa sœur Véronique qui croit stupidement avancer dans sa roue, il met un pied devant l’autre, sans se poser de questions, tout en fixant du regard le téléviseur accroché au mur à l’autre bout de la pièce. Le bulletin de nouvelles sportives y défile en silence alors que les haut parleurs crachent une musique techno qui se mélange aux bruits des appareils et des voix des athlètes… ou pseudoathlètes. Car la plupart des gens qui s’entraînent au centre de conditionnement physique Chez Mario ne pourraient probablement pas courir dix kilomètres ! Déjà un mois que ça dure. Félix a l’impression de toujours revoir les mêmes infos, d’entendre
9
c’est la faute à carey price
toujours la même musique, de rencontrer toujours les mêmes personnes. Il sait pertinemment que la saison qui débutera dans quelques semaines sera déterminante pour sa carrière. Pourtant, il n’a pas retrouvé l’entrain de l’été dernier. Il court parce qu’il doit courir et qu’il n’a rien d’autre à faire de toute façon. Il soulève des poids parce que c’est indiqué dans son programme d’entraînement. Il se nourrit bien parce que c’est ce qu’il faut faire. Il se couche tôt parce qu’il faut recommencer le lendemain. Et bien sûr, une fois au gym Chez Mario, il reverra les mêmes infos, enten dra la même musique et rencontrera encore les mêmes personnes. Malgré ce manque de motivation, Félix n’a pas dévié de sa rigoureuse routine. Dès son retour à Louiseville, il a entamé son programme d’entraî nement estival afin de revenir à RouynNoranda plus fort, plus puissant et plus lourd. À la fin de cette longue et éprouvante saison, avant de quitter l’Abitibi, il avait gagné un pouce et demi ; malheu reusement, il pesait deux livres de moins qu’au moment où les Huskies l’avaient repêché, un an plus tôt. À cent quarantecinq livres, il était le poids plume de l’équipe et l’un des joueurs les plus légers de toute la LHJMQ. À Kitchener, les quelques dépisteurs qui l’avaient abordé lors du tournoi de la Coupe Memorial lui avaient d’ailleurs tous parlé de son poids en insistant sur l’impor
10
retour aux sources
tance d’augmenter sa masse musculaire dans la prochaine année. Félix était déjà bien conscient de tout ça. Si ça avait été un handicap pour le repêchage chez les juniors, il savait trop bien que ça effraierait la plupart des équipes de la LNH. Alors, chaque jour, Félix répète invariablement le même programme. L’effort est constant, par contre la fougue de l’été précédent n’est plus au rendezvous. Il y a un an, il se défonçait pour essayer de déjouer les pronostics et se tailler un poste dans la LHJMQ. Aujourd’hui, sa place est assurée et il est assez lucide pour com prendre qu’en juin prochain, il est probable qu’au cune équipe de la Ligue nationale n’ose réclamer un joueur de son gabarit. Ce n’est toutefois pas le seul facteur qui explique ce profond manque d’enthousiasme. Et curieuse ment, personne ne s’est rendu compte qu’il n’a pas le moral au plus haut. Il est parti depuis tellement long temps que les gens s’imaginent peutêtre que c’est normal qu’il ait beaucoup changé depuis l’automne dernier. La plupart des individus qui le connaissent ont sûrement remarqué qu’il semble plus fermé. Ils se disent possiblement que c’est parce qu’il a gagné en maturité avec cette saison de hockey passée loin de la maison. Mais si ce n’était que ça… Chaque fois que Félix se retrouve seul, les mêmes pensées lui reviennent constamment à l’esprit. Il revoit son tir qui frappe la barre horizontale en finale de la
11