Cent Pétales d'amour

De
Publié par

Passion et désespoir en ces pages d'amour fou, d'attente et de doutes... Une femme seule invoque son amant. Elle se consume pour lui, ne sachant si elle veut se fondre en lui ou le perdre. Il lui est impossible, malgré la violente certitude de son attachement, de concilier liberté et joie d'aimer. Chaque poème est une page de cette aventure où dialoguent cris d'appel et souffrance.
Publié le : jeudi 1 janvier 1998
Lecture(s) : 63
Tags :
EAN13 : 9782296376397
Nombre de pages : 114
Prix de location à la page : 0,0051€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Cent Pétales d'amour

Collection Lettres Coréennes dirigée par J. Byon-Ziegelmeyer

@ L'Harmattan, 1998 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France L'Harmattan, Inc. 55, rue Saint-Jacques, Montréal (Qc) Canada H2Y IK9 L'Harmattan, Italia S.L!. Via Bava 37 10124 Torino ISBN; 2-7384-7257-5

KIM Cho-hyé

Cent Pétales d'amour

Traduit du coréen par Byon Jong-won et Georges Ziegelmeyer

Préface de Marc Tardieu

L'Harmattan

KIM Cho-hyé
Née en 1943 à Chong-Joo, Corée du Sud Licence de Littérature Coréenne 1964 Parution des premiers poèmes. 1984 1er Recueil de poèmes « Etoile vagabonde» 1985 2e Recueil de poèmes « Sarang Kut 1»: Cérémonie chamaniste pour la tolérance. 1986 3e Recueil de poèmes « Sarang Kut 2 » 1987 4e Recueil de poèmes « Une île » 1988 Se Recueil de poèmes « La mère» 1989 «Le chant d'une étoile vagabonde» Explication des poèmes 1991 6e Recueil de poèmes « Un oiseau errant» 1992 7e Recueil de poèmes « Sarang Kut 3 » 1993 8e Recueil de poèmes « La Vie en ce monde» 1984 Prix de la Littérature Coréenne pour « Etoile vagabonde» 1986 Prix de l'Association des poètes coréens pour « Sarang Kut 1 » Essais: « A la recherche d'un rayon de lumière dans la Vie» « Partager la souffrance et aimer ensemble» 1996 Publication du recueil de poèmes « La mère» aux Editions L'Harmattan

Préface
Voici une poésie derrière laquelle on croit entendre le son d'une musique toute chargée de quête d'absolu et de pureté, un de ces chants d'amour coréens dont les paroles restent mystérieuses pour la plupart des Occidentaux. Ces poèmes de Kim Cho-hyé auxquels les traducteurs ont su garder leur fraîcheur et leur sensibilité originelle sont autant de pétales d'amour que l'on effeuille un à un en tournant les pages du recueil. Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, c'est ainsi que j'ai personnellement aimé ces poèmes, progressivement, de plus en plus, à mesure que je m'immergeais en eux, surpris par la grande originalité qu'ils font apparaître derrière leur apparente simplicité. Pas le moindre apprêt, nulle sophistication. Seulement une voix, coréenne sans doute, mais dont les accents parfois métaphysiques nous renvoient au fond, tout au bout du voyage, à notre propre coeur. Oui, il semble bien que c'est de nous-mêmes que jaillissent ces mots d'espoir que nous offre la poétesse entre deux plongées dans la douleur de notre destin et dans les affres des amours perdus:
« Au fond de moi Si je lutte contre la tristesse Si je surmonte ma colère Tout pour moi sera lumière. »

Marc Tardieu

7

1
Te garder près de moi
Tu ne viens plus vers moi Ce n'est pas par manque d'amour Je le sais Tu crains la séparation Tu es présent dans mes larmes Tu le sais Et tu fais semblant de l'ignorer Ce secret que tu tiens caché Tu ne peux t'en libérer Mais pour toi seul Tu ne peux le garder Les flammes de la passion te dévorent Te garder près de moi Voila ma souffrance Te laisser partir l'augmente encore Je vis dans l'attente Et j'apprends à t'aimer Nos coeurs s'illuminent De toute chose Voudraient-ils se fondre Ils ne le pourraient pas Aussi dans un carré de soie Je tiens mon coeur enfermé 9

2
Tout pour moi sera lumière
S'il n'est pas d'épreuve Entre toi et moi Comment notre amour Pourra-t-il se fortifier Au fond de moi Si je lutte contre la tristesse Si je surmonte ma colère Tout pour moi sera lumière Cette joie même Que la victoire sur l'épreuve Pourrait m'apporter Combien je la crains

10

3
Tu es pour moi un glaive
Même si je cherchais à t'oublier Comme une infection passée Tu es pour moi une fièvre Qui brûle tout mon être Ton champ Tu ne m'as pas permis de le fouler Pourtant Mon âme abreuvée de larmes Imprégnée de sang S'épanouit pareille à une fleur Tu es pour moi un glaive Plus je te désire Plus mon sang se répand Plus je m'approche de toi Plus tu recules Ce que je ne fais de mon vivant Comment le réaliser après ma mort Sur mon triste sort Je verse des larmes

Il

4
Tu m'ouvres ton coeur
Même réduit en cendres Mon coeur brûlé par les flammes Palpite encore Impatient de se consumer Devenu pour moi ce feu Dans mon coeur Tu attises les flammes Et me brûles Devenu source d'eau fraîche Tu me désaltères Tu me purifies Sans même les mouiller Dans mon coeur Tu plonges tes racines Sans être brûlé Tu m'ouvres ton coeur Et tu te révèles à moi Jusqu'au jour de l'oubli Montre-moi un visage serein Que je te vois dans mes rêves

12

5
Qui es-tu?
Qui es-tu Toi qui es si différent de moi Toi qui deviens un avec moi Toi qui te tiens à distance Et qui pourtant me ressembles Lorsque tu es près de moi Je ne te vois plus Quand tu es loin de moi Je prends prétexte pour ne pas aller à toi Je languis Et t'attends le coeur plein d'angoisse Ne jamais t'oublier Ni me libérer Te cacher en moi Me cacher en toi Ce mot amour Si profondément enfoui Si difficile à prononcer Je te l'envoie tardivement Avec mes larmes

13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.