Chants pour hâter la mort du temps des orphées ou Madinima île esclave

De
Publié par

Publié le : vendredi 1 janvier 1993
Lecture(s) : 58
Tags :
EAN13 : 9782296276901
Nombre de pages : 118
Prix de location à la page : 0,0060€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Chan ts pour hâter la mort du temps des Orphée

DU MÊME AUTEUR: Ventres pleins, ventres creux, L'Hannattan, 1971. Les Négriers, L'Hannattan, 1971. Et jusqu'à la dernière pulsation de nos veines, L'Hannattan, 1993 (réédition).

Daniel Boukman

Chants

pour hâter la mort du temps des Orphée
ou

Madinina
POÈMES

île esclave...
DRAMATIQUES

Éditions l'Harmattan 5-7 rue de l'École Polytechnique 75005 Paris

Dans la collection Lettres des Caraibes: Sonia Catalan, Clémentine, L'Harmattan, 1993.

@L'Hannattan, 1993 ISBN: 2-7384-1866-X

A ma mère, A mon pays, A l'archipel des Antilles nation future...

(Le récitant est devant le rideau ou bien se trouve cerné par la tache lumineuse d'un projecteur... Il frappe de son bâton trois coups.)

-

LE RÉCITANTA Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, s'il vous plaît, écoutez 1... Il fait l'heure favorable au récit. L'heure est douce et belle... Je vous convie au bord de mon navire. Et je dis au vent: « Souffle souffle 1 T'appelle la voile du navire 1 » Aux eaux dormeuses de l'océan, je dis: « Abattez vos barrières» II commence un long voyage 1 (Tam-tam, rideau (ou lumière). Musique lugubre... Jeux dil lumières. Le récitant chante ce qui suit.) LE RÉCITANT A Nous sommes au moment la mer bleu rêve d'enfant engloutit le soleil. Violacées ses tentacules de lumière s'accrochent aux nuages... Le ciel se penche pour mieux voir. Lui crache au visage la rouge plainte du soleil fracassé... Un silence lourd éclate. Mouette blessée
9



l'üe frissonne sous l'étreinte des vagues frangées d'écume... Les cocotiers aigrettes sur le sable dressent leurs têtes intriguées... Le flamboyant brandit des torches... Vert vampire de la nuit le bananier bat des ailes... Les filaos levant haut l'offrande de leurs branches gémissent comme des veuves et ronronne l'orgue des' bambous... Alors s'animent les savanes. Les rochers Hommes - Femmes - Souvenirs figés dans l'attente d'un jugement font le décompte des étoiles... Explose l'écorce épineuse des. fromagers... Bondissent dans la nuit des chevaux-trois-pattes qu'éperonnent des zombis... Là-bas dans la colline la lune dénoue ses blancs cheveux... Alors et le clapotis des étoiles et le bégaiement des bêtes à feu
10

dernier

et le battement valsent valsent valsent...

sourd des rats-volants

(Tam-tam au rythme plus lent, plus tragique.)

Et dans la nuit une voix dit: LA VOIX Homme fils de Terre notre mère Homme frère des arbres et des rivières des mornes et des plaines Homme éclaboussure d'étoiles m'entends-tu? Il fait le moment où feuilles fanées tombent les masques... Il fait le moment du voyage à rebours sur les sentiers effacés du Passé... Il fait le moment où il convient d'écarter des montagnes de cendres de ranimer de chants forts et frais des Jours oubliés... Nous sommes au moment où il est salutaire d'extirper des poitrines des cœurs puants et d'y greffer de tendres pousses d'arbre à pain... Ce soir Homme 11

le Passé chevauchant le noir coursier le Passé TON PASSE monte te chercher...

de l'Espérance

LE RÉCITANTB (s'éclairant d'une torche électrique) Tonnerre de Dieu! Qui trouble ainsi le sommeil des braves gens ?... Ah c'est toi! Encore toi et ton cortège de lamentations!... Tu es donc sourd ou imbécile? Que nous importe tes paroles cousues d'insignifiance et de folie! Pourquoi t'obstines-tu à geindre comme une vieille barrière, hein?... Tout est bien, tout est calme, tout est simple 1... Les rouages de la Machine bien huilée obéissent aux décrets intangibles de la Mécanique Universelle... Laisse tomber tes chimères!... Regarde dormir tranquille la mare, calme passion satisfaite. Regarde, regarde bien! C'était le moment où Monsieur l'Inspecteur des Contributions Indirectes, ses crayons, sa règle, son buvard, ses papiers bien rangés, tourne la clé de la porte de son bureau. Il a pris son chapeau, son parapluie et, son devoir rempli, se rend au logis... Il embrasse au front Madame qui lui présente ses pantoufles et son quotidien habituel...
Monsieur l'Inspecteur, la conscience au repos, savoure, dans la douceur bleuâtre du néon, son verre de rhum mérité... Le salon - fauteuils Louis Quinze s'enfle de silences rituels; les vases

de porcelaine de Saxe avalent des fleurs artificielles... C'est le moment des chants persans, des perroquets jaunes et verts que taquine « Jacquot jacquot» la main familière... Dehors la ville flambe... 12 Les enseignes font des

clins d'œil rouges verts jaunes des rues planté de réverbères, d'argent...

bleus. L'asphalte est un plateau

En toute quiétude, on attend la suite du programme qui se déroulera sans surprises, sans soubresauts... Tu vois, tout est simple. Tout est bien... Allons! Tu le sais parfaitement!... Depuis longtemps longtemps, c'était écrit sur le Grand Livre de la Vie... LE RÉCITANT A Je sais. Tout est simple... Mais, tournées les premières pages, que vois-tu? Qu'entends-tu? Une goutte d'eau brise la face sans rides du Miroir... Un éclair déchire la tenture des Apparences belles... A la clairière d'une forêt foudroyée parmi les ruines d'un château d'où montent des voix suppliantes hurIantes sous la morsure du fouet qui claque claque claque... dans les clameurs bleues des vagues de la mer le fracas des tam-tams beuglants un Tribunal est dressé... La Justice va rendre son verdict. La Sentence pâle statue de marbre se tient roide
13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.