Chroniques de la Mort Blanche : Avant les ténèbres - Tome 1

De
Publié par

Les magiciens, garants de la paix dans l’Archipel, désertent les Marches de l’Orlandie pour se réfugier dans leurs domaines des Franges féeriques. Pourtant ils n’y trouvent pas la paix. La mort blanche, fléau inexpliqué et implacable, qui ne décime que les êtres doués de magie, les infecte les uns après les autres. Derniers porteurs d’espoir, deux jeunes magiciens, un troll puissant et un limier humain se mettent en route vers la Tour d’Émeraude où ils pensent pouvoir trouver les clefs de ce mystère. Délaissé par les magiciens gardiens de l’ordre, le reste de l’Orlandie est à la merci du féroce seigneur Endrew qui se proclame Haut-Roi et menace de destruction tous les territoires qui refusent son autorité. De dangereux alliés l’assistent dans ses noirs desseins et l’Archipel sombre dans une guerre sanglante…


Ce premier tome des Chroniques de la Mort Blanche vous propose d'entrer dans un univers fantasy d'une richesse exceptionnelle et d'une sombre violence dont vous ne sortirez pas indemne.
Publié le : lundi 25 mai 2015
Lecture(s) : 13
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791094725511
Nombre de pages : 137
Prix de location à la page : 0,0045€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Chroniques de la Mort Blanche Tome 1
Avant les ténèDres
Nicolas Cluzeau
COLLECTION DU FOU
CARTE
PERSONNAGES
Alsame: première officière duChimère Étoilée. Arline von Crommlynk : jeune magicienne de seize ans spécialisée dans l’analyse magique et les para-éléments, apprentie de maître Bonisal. Bonisalmaître magicien d’Arline et Sean, membre du concile des mages et druides : d’Orlandie. Deirdre Radléàrhe: fille du seigneur Donnely, cousine de Padraigh. Donnely Radléàrhe: seigneur de la marche radléàrhe. Endrew Jaurgrynn: fils de Finn, jeune seigneur ambitieux de la marche jaurgrynne. Faer: maître magicien du concile d’Orlandie. Ferhian: troll du Marais glauque, compagnon et protecteur d’Arline et Sean. Ijane Férimiria: magicienne nécromancienne de Yaxchilan. Lochlainn: vieux conseiller de Finn Jaurgrynn, puis de son fils, et enfin chambellan du nouveau royaume. Lorcan O’Keefe: limier de la Marche yorthre. Muirenn Orlagh: reine-sorcière du grand domaine forestier de la marche radléàrhe. Padraigh Radléàrhe: cousin de Deirdre Radléàrhe. Parshah Gülérion: combattante féline des provinces animales. Rilize Atzari: maîtresse-capitaine duChimère Étoilée, battant pavillon yaxchilan. Rüzgar Shor: capitaine lupin des forces de Muirenn Orlagh. Sean MacLeery: apprenti de Bonisal, magicien métamorphe (changeforme). Pélante Xériphée: plénipotentiaire de l’Empire des Amazones de Léristère.
Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. Albert Einstein
C’est la dure loi des hommes Se garder intact malgré Les guerres et la misère Malgré les dangers de mort. Paul Éluard
Si vous devez infliger une blessure à un homme, elle devra être si sévère que sa vengeance ne sera pas à craindre. Machiavel
PROLOGUE
Faer ne veut pas se l’avouer, mais il est terrifié. La sueur mouille son front, son cou. Il sent mauvais et l’odeur de la maladie l’incommode. La pourriture, le magicien l’a en horreur, lui qui a vécu plus d’un siècle sans endurer les avanies de la vieillesse. Seul survivant, avec Bonisal, son vieil ami, de la fondation du grand concile d’Esther Agliath. Il s’appuie à une des nombreuses tables de son laboratoire. Devant lui, sur le sol dallé qu’il a lui-même gravé de runes et d’équations, les cercles concentriques luisent. L’air bruit des arcs de foudre qui se forment entre des trépieds le long des lignes courbes. Un petit automate d’une coudée de haut, un homoncule couleur terre, sans traits, aux yeux noirs et brillant de vie, s’approche et grimpe sur son bras, son épaule. Lui tamponne le front, le cou. — Maître, vous ne devriez pas travailler aujourd’hui. La maladie vous ronge. — Que m’importe, Hector, rétorque Faer avec un geste dédaigneux de la main. Je n’ai pas de temps à perdre en badinage. L’homoncule saute à nouveau sur la table de travail, regarde Faer qui se passe la main sur les yeux. Une main qui déjà se couvre de taches blanchâtres éparses, de lignes couleur lait tourné, irradiant du poignet. Hector, accablé – c’est un de ces homoncules à qui le magicien a conféré une certaine autonomie –, recule et contemple le rituel de recherche que son maître a déclenché. Au milieu de trois cercles concentriques d’écriture runique et de nombres auxquels il ne comprend rien, Hector aperçoit une gemme noire biseautée de la taille d’une prune. Le joyau sombre reflète la lumière des arcs de foudre. — Maître, qu’est-ce donc que cet hétéroclite objet ? — C’est le vieux saphir noir qui faisait partie de ma collection personnelle, Hector. Tu devrais le savoir, tu répertories toutes mes reliques depuis des années. — Ah oui, maître, ceci après que mon prédécesseur, Bêta, ait connu une fin bien tragique, hélas. — Bien tragique, c’est vite dit… Il a voulu prendre un bain dans une cuve d’acide. — N’avait-il pas eu accès à tous les livres de votre bibliothèque juste avant ? Je crois qu’il avait luLa Philosophie Extravertie et ses Relations à la Perversion Automatisante d’Aldirion le Bleu. Faer dévisage un instant Hector. — Détecterais-je un zeste de reproche ou de jalousie dans tes paroles ? Voire une note d’excessif agacement ? — Maître, voyons, quelle idée ! Il n’empêche que c’est après cette mésaventure que vous avez scellé vos bibliothèques à tous les automates et homoncules contractuels non autonomes. — Et pour une bonne raison, encore ! Il suffit. Tu ne vois pas que l’heure est mal choisie pour ce genre de débat futile ? — Certes, maître. Donc, à quoi allez-vous bien utiliser ce cristal d’obscurité ? Faer manque de tomber. L’homoncule fait un pas en arrière. Le vieux magicien s’assoit en tailleur, étire sa longue tunique de soie vert et or. Il rejette sa cape en arrière, défait le fermoir en forme de griffon et laisse le vêtement glisser à terre. — C’est un symbole de mes péchés, Hector. Mais regarde bien sa surface. L’intéressé s’approche des lignes de chiffres et de runes, sent l’énergie qui en émane,
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant