Chroniques lunaires - livre 4, Winter

De
Publié par


L'épique conclusion de la série à succès Chroniques lunaires de Marissa Meyer en numérique !



On dit que Winter est encore plus belle que la reine Levana...
La princesse déteste sa belle-mère, qui désapprouve ses sentiments pour Jacin, le séduisant garde du palais. Mais Winter n'est pas aussi faible que Levana le croit. Avec l'aide de Cinder et de ses alliés, elle aurait même le pouvoir de lancer une révolution et de gagner cette guerre qui dure depuis trop longtemps.
Cinder, Scarlet, Cress et Winter réussiront-elles à battre Levana ? Le conte aura-t-il une fin heureuse ?



Publié le : jeudi 21 avril 2016
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782266220262
Nombre de pages : 708
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
images

Pour Jesse,
qui transforme chaque journée en fin heureuse
de conte de fées.

image

La jeune princesse était belle comme le jour,
plus belle encore que la reine.



image

Les orteils de Winter s’étaient changés en glaçons. Ils étaient froids comme l’espace. Froids comme la face cachée de la Lune. Aussi froids que…

— … caméras de surveillance l’ont surpris en train de pénétrer dans les sous-sols du centre médical d’AR-Central à 23 heures UTC…

Le thaumaturge Aimery Park s’exprimait avec le sourire, d’une voix pure et cadencée, presque chantante. Il était facile de perdre le fil de ce qu’il disait, de laisser les mots se brouiller et se confondre. Winter replia ses orteils dans ses souliers fins, craignant, au cas où ils se refroidiraient encore, de les sentir se briser avant la fin du procès.

— … essayait d’interférer avec l’une des coquilles actuellement détenues…

Se casser net. L’un après l’autre.

— … rapports indiquent qu’il s’agissait du fils de l’accusé, arrêté le 29 juillet de l’an dernier. Il a maintenant quatorze mois.

Winter serrait les mains sur ses genoux, les cachant dans les plis de sa robe. Elles s’étaient remises à trembler. Cela lui arrivait constamment ces derniers temps. Elle crispa les doigts pour qu’ils se tiennent tranquilles. Planta solidement les pieds dans le sol dur. Lutta pour focaliser son regard sur la salle du trône avant que celle-ci ne se dissolve entièrement.

De la tour centrale du palais, le panorama était saisissant. On embrassait le lac d’Artemisia où se reflétaient le palais et la ville jusqu’au ras du dôme gigantesque qui les protégeait des éléments extérieurs – ou plutôt de leur absence. La salle du trône elle-même se prolongeait au-dehors de la tour, de sorte qu’en dépassant la limite du sol recouvert de mosaïque on débouchait sur une corniche de verre. On avait alors la sensation de flotter dans le vide, au-dessus des profondeurs vertigineuses du cratère.

À sa gauche, trônait la reine. Elle tapotait du bout des ongles son siège imposant sculpté dans la pierre blanche. En temps normal, la belle-mère de Winter conservait son sang-froid pendant les audiences, écoutant patiemment les affaires qu’on lui exposait, sans manifester la moindre émotion. Winter avait plutôt l’habitude de la voir caresser négligemment l’accoudoir poli. Mais une vive tension régnait dans le palais depuis que Levana et son entourage étaient revenus de la Terre, et sa belle-mère s’emportait encore plus fréquemment que d’habitude.

Depuis que cette Lunaire fugitive – cette cyborg – s’était échappée de sa prison terrienne.

Depuis que la guerre avait éclaté entre la Terre et la Lune.

Depuis que le fiancé de la reine avait été enlevé, et que les chances de Levana d’être couronnée impératrice s’étaient envolées avec lui.

Winter détacha son regard des doigts de la reine. La planète bleue émergeait à moitié au-dessus de l’horizon. On était au milieu de la longue nuit, et la ville d’Artemisia brillait à la lueur des lampadaires et des fenêtres en cristal ; les lumières se miraient à la surface du lac et se reflétaient sous le dôme.

Une semaine que le soleil ne s’était plus montré. Winter avait l’impression que cela faisait des années.

— Comment a-t-il appris, pour les coquilles ? s’enquit la reine Levana, dont la voix résonna dans la salle. Pourquoi n’a-t-il pas cru que son fils avait été tué à la naissance ?

Tout autour, assis sur quatre rangs, se tenaient la cour royale, les familles nobles de la Lune, honorées par Sa Majesté pour leur loyauté ancestrale, leur maîtrise extraordinaire des pouvoirs lunaires ou la bonne fortune d’être bien nées.

Et puis, seul contre tous, se tenait l’accusé, à genoux, à côté du thaumaturge Park. Lui avait eu moins de chance à la naissance.

L’homme tordait ses mains en signe de supplication. Winter aurait voulu lui dire que cela ne servirait à rien, qu’il implorait en vain. Il y avait quelque chose de réconfortant, pensait-elle, dans le fait de savoir que la mort était inévitable. Ceux qui se présentaient devant la reine en étant déjà résignés à leur sort semblaient l’accepter plus facilement.

Se détournant du pauvre diable, elle baissa les yeux sur ses propres mains, toujours crispées sur sa robe blanche vaporeuse. Ses doigts aussi, constata-t-elle, subissaient la morsure du froid. C’était plutôt joli. De les voir comme cela, brillants, luisants et tellement froids…

— Votre reine vous a posé une question ! tonna Aimery.

Winter tressaillit, comme s’il s’était adressé à elle.

Concentration. Elle devait réussir à se concentrer.

Elle releva la tête et inspira profondément.

Aimery portait une tenue blanche désormais, ayant remplacé Sybil Mira au poste de chef thaumaturge. Les broderies d’or de sa tunique miroitaient tandis qu’il tournait autour du captif.

— Je suis désolé, Votre Majesté, répondit l’homme sur un ton réservé. (Winter n’aurait su dire s’il essayait de masquer sa haine envers sa souveraine, ou simplement de se retenir d’éclater en sanglots.) Ma famille et moi vous servons loyalement depuis des générations. Je suis concierge au centre médical, voyez-vous, et j’avais entendu des rumeurs. Mais ça ne me concernait pas, et je n’y avais jamais prêté attention. Sauf que… quand mon fils est né coquille… (Il se mit à pleurnicher.) C’est mon fils !

— Ne vous est-il pas venu à l’esprit, rétorqua sèchement Levana, que votre reine avait peut-être une bonne raison de garder votre fils et tous les autres Lunaires dépourvus de pouvoir à l’écart du reste de la population ? Que ce confinement obligatoire servait peut-être l’intérêt de tous ?

L’homme déglutit. Winter vit sa pomme d’Adam monter et descendre.

— Je sais, ma reine. Je sais que vous utilisez leur sang pour… des expériences. Dans vos laboratoires. Mais… vous en avez tellement, et ce n’est qu’un bébé, alors…

— Non seulement son sang est précieux pour notre effort de guerre et nos alliances politiques, choses qui vous dépassent, mais les coquilles se sont révélées dangereuses et indignes de confiance. Le double assassinat du roi Marrok et de la reine Jannali l’a prouvé voilà dix-huit ans, vous vous en rappelez certainement. Et pourtant, vous voudriez exposer notre société à cette menace ?

L’homme roula des yeux affolés.

— Cette… menace, ma reine ? Ce n’est qu’un bébé ! (Il marqua une pause. Il ne se montrait pas ouvertement irrespectueux, mais son absence de remords ne tarderait pas à déclencher la colère de Levana.) Et les autres que j’ai vus dans ces cuves… la plupart d’entre eux ne sont que des enfants. Des innocents !

La salle parut se refroidir d’un coup.

De toute évidence, il en savait trop. L’infanticide des coquilles avait été mis en place sous le règne de la sœur de Levana, la reine Channary, après qu’une coquille se fut introduite au palais pour assassiner leurs parents. Beaucoup de citoyens, quoique certainement pas tous, s’étaient laissé convaincre de la nécessité de cette précaution, et personne n’apprécierait de savoir que les bébés n’avaient pas été tués mais enfermés secrètement et utilisés comme usines à plaquettes.

Winter cligna des paupières, tâchant de s’imaginer réduite au rang d’usine à plaquettes.

Elle regarda ses mains : la glace s’étendait presque jusqu’à ses poignets maintenant.

Voilà qui ne risquait pas d’améliorer la qualité de ses plaquettes.

— L’accusé a-t-il une famille ? demanda la reine.

Aimery hocha la tête.

— D’après le rapport, une fille, âgée de neuf ans. Nous n’avons pas réussi à la localiser mais les recherches sont en cours. Il a aussi deux sœurs, deux neveux et une nièce. Ils vivent tous dans le secteur GM-12.

— Pas de femme ?

— Morte il y a cinq mois, d’un empoisonnement au régolithe.

Le prisonnier regarda la reine, les yeux emplis de désespoir.

La cour s’agita dans un bruissement d’étoffes. Ce procès n’avait que trop duré. Ils commençaient tous à s’ennuyer.

Levana se redressa sur son trône.

— Je vous déclare coupable de transgression et de tentative de vol contre la Couronne. Ce crime est punissable de la mort immédiate.

L’homme frissonna, mais il gardait une expression implorante, pas totalement résignée. Il leur fallait toujours quelques secondes pour assimiler une telle sentence.

— Les membres de votre famille recevront une douzaine de coups de fouet en public, afin de rappeler à chacun qu’ils ne sont pas dans le secret de notre gouvernement et que je ne tolère pas qu’on remette en cause mes décisions.

L’homme baissa la tête, l’air battu.

— Votre fille – quand nous l’aurons retrouvée – sera confiée à l’une des familles de la cour. Là, on lui enseignera l’obéissance et l’humilité qu’elle n’a certainement pas apprises de vous.

— Non, je vous en prie. Laissez-la vivre avec ses tantes. Elle n’a fait aucun mal !

— Aimery, vous pouvez procéder.

— Je vous en supplie !

— Votre reine a tranché, dit le thaumaturge Aimery. Sa parole est définitive.

Bien qu’il n’ait pas élevé la voix, ses mots vibrèrent à travers la salle du trône pour résonner aux oreilles des thaumaturges de rang inférieur, des gardes, de la cour, des domestiques, et de la reine – unique juge et jury de cette assemblée. L’atmosphère était suffocante.

Aimery sortit un couteau de sa manche et le tendit au prisonnier, dont les yeux s’agrandissaient sous l’effet de l’hystérie.

La salle était transie. Winter remarqua que son souffle se changeait en cristaux de glace. Elle serra les bras contre ses flancs.

Le prisonnier prit le couteau. Il tremblait de la tête aux pieds. Seule sa main était ferme.

— Pitié. Ma petite fille : elle est tout ce que j’ai. Pitié ! Ma reine. Votre Majesté !

Il posa la lame contre sa gorge.

Winter détourna les yeux – comme à son habitude. Elle regarda ses propres doigts crispés sur sa robe, ses ongles qui grattaient l’étoffe jusqu’à s’enfoncer dans ses cuisses. Elle regarda la glace lui recouvrir les poignets, remonter en direction des coudes. Sa chair s’engourdissait à son contact.

Elle s’imagina en train de frapper la reine avec ses poings de glace, ses mains explosant en mille fragments gelés.

Elle en avait jusqu’aux épaules maintenant. Jusqu’au cou.

Par-dessus les claquements et craquements de la glace, elle entendit le bruit de la chair tranchée. Les gargouillis du sang. Un cri étouffé. Le choc sourd d’un corps qui s’effondrait.

Une remontée de bile lui brûla le gosier. Le froid s’était infiltré dans sa poitrine. Winter ferma les yeux, s’exhortant à se calmer, à respirer. Elle entendait encore la voix ferme de Jacin à ses oreilles, sentait ses mains l’empoigner par les épaules. Ce n’est pas réel, princesse. Ce n’est qu’une illusion.

D’habitude, ce simple souvenir de lui qui la soutenait l’aidait à surmonter la panique. Mais cette fois, cela parut renforcer l’emprise de la glace. Le froid lui comprima la cage thoracique. Lui serra le cœur. La gela de l’intérieur.

Écoutez ma voix.

Jacin n’était pas là.

Restez avec moi.

Jacin était parti.

C’est uniquement dans votre tête.

Elle entendit le bruit des bottes des gardes qui s’approchaient du corps. Le traînaient vers la corniche. Le poussaient dans le vide. Puis un grand plouf en contrebas, quelques instants plus tard.

La cour applaudit poliment.

Winter sentit ses orteils se briser. Un à un.

Elle était presque trop engourdie pour s’en apercevoir.

— Très bien, dit la reine Levana. Thaumaturge Tavaler, vous veillerez à faire appliquer le reste de la sentence.

— Oui, ma reine.

Winter s’obligea à rouvrir les yeux. La glace lui enserrait la gorge maintenant, lui immobilisait la mâchoire. Les larmes gelaient dans ses canaux lacrymaux. La salive se cristallisait sur sa langue.

Au centre de la salle, un serviteur nettoyait le sang sur les dalles. Aimery essuyait son couteau avec un chiffon. Il croisa le regard de Winter et lui adressa un sourire cuisant.

— J’ai peur que la princesse ne soit trop sensible pour ce genre de séances.

Des petits rires nerveux parcoururent l’assemblée : la répugnance de Winter à l’égard de ces procès était une source d’amusement pour la majorité de la cour.

Elle entendit le froissement de ses jupes quand la reine se tourna dans sa direction, mais Winter ne put se résoudre à lever les yeux vers elle. Elle n’était plus qu’une fille de glace et de verre. Aux dents friables, aux poumons sur le point de se briser.

— C’est vrai, reconnut Levana, j’en arrive souvent à oublier sa présence. Tu ne vaux guère plus qu’une poupée de chiffon, hein, Winter ?

L’assistance ricana de nouveau, plus fort cette fois, comme si la reine lui avait donné la permission de se moquer de la jeune princesse.

Mais Winter ne pouvait pas répliquer, ni à la reine ni aux rires. Elle gardait les yeux rivés sur le thaumaturge, s’efforçant de camoufler sa panique.

— Oh non, elle a tout de même plus de valeur que ça, objecta Aimery, souriant toujours. (Sous le regard de Winter, une mince ligne écarlate apparut en travers de sa gorge, dans un bouillonnement de sang.) La plus jolie fille de la Lune ? Elle fera un jour le bonheur d’un des jeunes gens de cette cour, je pense.

— La plus jolie, Aimery ? releva Levana, d’un ton léger qui cachait presque le grincement de dents par-dessous.

Aimery s’inclina aussitôt d’un mouvement fluide.

— Seulement la plus jolie, ma reine. Aucune mortelle ne saurait se comparer à votre perfection.

La cour s’empressa d’approuver, offrant une centaine de compliments à la fois, et Winter sentit de nombreux regards salaces s’attarder sur elle.

Aimery s’avança d’un pas vers le trône et sa tête tranchée bascula, s’écrasa sur le marbre et roula, roula, pour finir par s’arrêter devant les pieds glacés de Winter.

Il souriait toujours.

Winter gémit, mais le son fut étouffé par la neige qui lui obstruait la gorge.

C’est uniquement dans votre tête.

— Silence, ordonna Levana quand elle eut reçu assez de louanges. En avons-nous terminé ?

Enfin, la glace atteignit ses yeux, et Winter n’eut pas d’autre choix que de les refermer pour ne plus voir le corps décapité d’Aimery. Elle se retrouva plongée dans le froid et le noir.

Elle voulait bien mourir là, sans se plaindre. Enfouie sous cette avalanche de négation de la vie. Elle n’aurait plus à assister à d’autres meurtres.

— Il reste encore un prisonnier à juger, ma reine, répondit Aimery, dont la voix résonna sous le crâne glacé de Winter. Sir Jacin Clay, garde royal, pilote et protecteur personnel de la thaumaturge Sybil Mira.

Winter lâcha une exclamation et la glace explosa. Mille fragments giclèrent à travers la salle et retombèrent sur le sol. Personne d’autre qu’elle ne les entendit.

Aimery, la tête bien droite sur les épaules, la dévisageait, comme s’il guettait sa réaction. Puis il se tourna vers la reine avec un petit sourire satisfait.

— Ah ! oui, dit Levana. Faites-le entrer.

Les portes de la salle du trône s’ouvrirent et il apparut, marchant avec raideur entre deux gardes, les mains attachées dans le dos. Ses cheveux blonds étaient emmêlés, poisseux, et quelques mèches lui collaient aux joues. Il n’avait pas dû prendre de douche ni de repas complet depuis longtemps, mais pour le reste, Winter ne releva aucun signe évident de maltraitance.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi