Cinquante ans d'amour de l'Afrique

De
Publié par

Philippe Hémery a vécu près de cinquante ans sur ce continent fascinant. Entre 1955 et 2005, il a assisté aux derniers soubresauts de la période coloniale et aux avatars des premières indépendances. Les récits de l'auteur sont toujours d'une brûlante actualité. Qu'elles concernent des Européens ou des Africains, ses brèves et ses nouvelles dépeignent crûment et avec une précision d'orfèvre ce que son oeil impitoyable et faussement candide savait déchiffrer. Avec force et tendresse.
Publié le : jeudi 1 juillet 2010
Lecture(s) : 204
EAN13 : 9782296258280
Nombre de pages : 214
Prix de location à la page : 0,0107€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Cinquante ansd’amourde
l’Afrique

Philippe HEMERY

Cinquante ansd’amour de
l’Afrique

1955-2005

g j4f"k$$0

1069/ ./ +4@-3+/1 3+88/-'2(59/Q +6(7
'884@;;;
+(,6+(6(/'+6,+88+2
-3,
.(0097(32
'+6,+88+2;+2+.33
06
'+6,+88+2
;+2+.33
06
g# @/}11/1
1
@ /}/

NadineBari remercieBernadetteHémery,sœurdel’auteur,
quiaremisbon nombre desécrits utilisés pourcerecueilet
Céline Pauthier quia conseillé etaidé dans le choix des
rubriques.

Merciaussiauxfrère et sœursde Philippe Hémery,qui ont
renoncé àleursdroitsd’auteur surcet ouvrage auprofitde
l’associationGuinée-SolidaritéConakry,dont leur parent
était membre.

« J’aimequele bonheur soit icicomme
uneinflorescencesur lamort.»

André Gide

Avant-propos

Je n’aiconnuPhilippe Hémery que dans sa dernière
ligne droite avant lamort,quelquequatre ansauparavant
pourêtreprécise.Fraîchement retraité,il venaitd’emménager
dans samaisonau toitde chaume,posée auboutdubowal
sur lemontKawadou, aucœurduFouta-Djalon.Unemaison
toute àsaressemblance : dure et spartiate enapparence, d’un
inconfortcertain même,maisaucœur pleindetendresse
(bouquetsderosesdans leschambresetdelisde Pobeguin
sur l’escalier).Unemaison où les soiréesdevant la cheminée,
construite deses mains, avaientungoûtdesalon littéraire
surréaliste,perduaumilieudenullepart…

J’ai toutdesuite aimél’humourcaustique de Philippe.
Et lesconseilsde bon sensde cethommequi n’avait pourtant
guère dûles suivrelui-mêmependant savie, de ce faux
«pèretranquille »quel’existence avait sûrementbousculé de
bellemanièresi l’onencroyait sonvisagenerveuxet les tics
deson langage,parailleurs sichâtié…J’admirais sonesprit
d’entreprise et sapersévérance dansunenvironnement
souventdécourageant, et l’obstination placidequ’il
empruntait peut-être auxânesgris
qu’ilavaitvouluréacclimaterauFouta.Lamortasurprisen plein travail
l’hommequi plantaitdes milliersdepins,quicreusaitdes
tranchées pouréviter lesfeuxde brousse,qui nourrissait tant
deprojets pourdonnerun outildetravailauxjeunesdela
régionet quivenaitde dessinerunalambicpourextraire
l’essence dekaro-karoundé à Dalaba.

Philippen’arien publié durant savie Peut-êtrepar
modestie.Ouétait-ce aucontraire del’orgueil ?La crainte de
voir jugéson talent littéraire?Pourtant,parmi tous les
démons qui letourmentaient, celuidel’écriture était l’undes
9

plus furieusementaccrochésàsesbasques. Chaquejour,il
l’obligeaitànoircirdes pagesde billets pointus, de contes
acides, de correspondance assidue avec desamis proches ou
lointains.Il tenait même cequ’ilappelaitde façondésuète
son«livre deraison».Mais jamais il n’avaitvoulupublier la
moindreligne,prétextant que ce besoind’écriren’était pour
lui qu’unagréablepasse-temps, dépourvud’intérêt pourun
quelconquelecteur.

Samort subite apermisde découvrir que, depuisdes
années, cethomme discret nourrissait lesdétenusde droit
communàDalaba, avait léguépar testament tous sesbiens
guinéensà des jeunesdémunis ouhandicapésetdésiraitêtre
enterrésanscérémonie, dansun simplelinceul,sous l’arbre
choisi«parcequelaterreyestbien meuble et queles
fossoyeursauront latâcheplusfacile ». Samortapermis
ausside dénombrer les milliersdepages où ilavaitfait
galoper sonécriturenerveuse, enGuinée etailleurs.Lorsque
sa famille, après lesfunéraillesenfévrier2005,m’eut remis
lescahiersde Philippe en me disantdeles parcourir,jeme
suis régalée delire cetteprosesidense, cestyleincisif etces
remarques si pertinentes.

J’aidemandé auxsiens lapermissionde choisir,
parmicetteluxuriance, ceuxdesécrits quiconcernent
l’Afriquetantaimée.Pourquoi ?Parcequejeles trouve
particulièrementbienvenus,percutantsetd’une brûlante
actualité.Etaussi parceque Philippen’ajamaisété dans
la «norme européenne » et que,très jeune,ila eula certitude
qu'enAfriqueil neserait pas jugépourcequ'il n'était pas
maisadmis pourcequ'ilétait.Voilàpeutêtreune explication
desonattirancepour l'Afrique etdesa capacité à accepter
toutdesAfricainsalors qu'ilétaitbeaucoup pluscritique
envers lesEuropéenset sapropre famille(et souvent même
assezinjuste).

10

Et sa famille et moiavonsdécidé desoumettre au
lecteur«la force et latendresse » de Philippe Hémery.Bien
sûr,pour la clarté delaprésentation,il nousa fallu trieret
classer par rubriques–subjectivesassurément–laprofusion
de donnéesen notrepossession.Nousespérons que ce
classementarbitrairene dénaturerapas lapensée del’auteur
et nous souhaitonsaulecteurd’éprouver lemêmeplaisir que
celui qui nousapermisderedécouvrirdansces pages la force
vitale del’amiPhilippe.

Sébhory,le9 septembre2008

11

NadineBari

I–LAFORCE ET LA TENDRESSE

Ce sont des Touaregs nondiplômés,
maishabilesàsaisirdans lalangue française,
comme dans laleur,
la force et latendresse des mots.
Ph.H.

L’HOMME

Dalaba,mai2000

Pluscoton quesoie,plusFontainebleau queVersailles,plus
bourgogneque bordeaux, ainsij’aigrandi.Aprésent,j’aime
dans lesvillages lasenteurâcre dubétailet, auxpremières
pluies, cetterenaissance del’humusexalté.

* * * * *

L'âge bêteva devingtà cinquante ans.
Aquarante-deux,je commence à en sortir.
J'ai toujoursétéprécoce.

* * * * *

Janvier2005
Dans sa dernièrelettre àsesamisC etG, Philippe donnait
avec enthousiasmelesdétailsdesa futurepompe
hydraulique,qui luicausaitcependant quelques soucis
techniques.Il leurdemandaitd’interrogerun professeurde
physique dulycée français pour l'aiderà appliquer laloide
1
Torichelli

1
Dunomduscientifiqueitalien quia étudiéles problèmesdepression
dans lesconduitesd’eau(NdR).
15

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.