//img.uscri.be/pth/91abed6d09282f84ece1d7c463128db0a546bb75
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Coeur de Gamer

De
87 pages
En ce XXI ème siècle, les jeux vidéos font fureurs, et moi, Samantha, jeune fille de 18 ans passais le plus clair de mon temps, à y jouer. Kurt, le héros de Thunderbolt XIII se matérialise un jour devant moi. Rêve ou réalité ? Ne faisant plus la différence je me plongeais dans un univers que je ne connaissais, jusqu’ici, qu’en partie et virtuellement.
Voir plus Voir moins

Cœur de GamerCarine Piat
Cœur de Gamer
JEUX LITTÉRAIRES© manuscrit.com, 2003
ISBN: 2-7481-2489-8 (pourle fichiernumérique)
ISBN: 2-7481-2488-X (pourlelivreimprimé)Avertissement de l’éditeur
DécouvertparnotreréseaudeGrands Lecteurs(libraires,revues,critiques
littéraires etde chercheurs),ce manuscritestimprimé telunlivre.
D’éventuellesfautesdemeurentpossibles;manuscrit.com,respectueusede
lamiseenformeadoptéeparchacundesesauteurs,conserve,àcestadedu
traitement de l’ouvrage, le texte en l’état.
Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com
5bis, rue de l’Asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone:0148075000
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comCouchée depuis déjà des heures, je cherchais le
sommeilenfixantleplafonddemachambre. C’était
une heure trente du matin, maisje ne me lassais pas
de regarder ce visage angélique, si fier et si triste à
la fois, mais ô combien beau…
Je scrutaischaque recoin de son Être emprisonné
dans ce papier, rêvant d’un jour où il viendrait me
sauverdelamonotonieetdelaroutinedemavie,en
m’emmenantdanssonmonderemplidemonstreset
de magie.
Ma sœur dormait à poings fermés, je m’appro-
chaispourluienleverunemècherebellesurlefront
mais elle s’emballa et prenant ma main pour une
mouche m’assainit un coup. Je me retournais vers
mon œuvre pour continuer à rêver les yeux ouverts
enespérantm’endormir. Auboutd’uneheure,jeme
levaisetallaism‘asseoirsurlesofa,allumerlatélé-
vision et enclencher le jeu que j’avais déjà fini plus
d’une fois.
J’aimais tant ce jeu de rôle.
Voir Kurt en pleine action, terrasser tous les
monstres et toutes les sorcières malveillantes de ce
monde était ma destinée…Pour le moment.
Auboutd’uncertaintemps,jemesentaisfatiguée,
alorsj’enprofitaispourtenterdedormiretretournais
me coucher. J’éteignis la lumière et m’enfonçais
dans les draps en observant obstinément le plafond.
7Cœur de Gamer
Mais pourquoi donc n’arrivais-je pas à dormir ? Je
regardaistoujoursKurtauplafondetc’estalorsque
des idées saugrenues affluèrent à mon esprit, et si
c’étaitlefaitdefixercebelhommequim’empêchait
de dormir ! Et s’il m’arrivait quelque chose ! Ce
soir… Et si... et si... et si… Etpuisquoiencore! Je
faisais juste une crise d’insomnie, puis voilà ; Mon
côté réaliste reprenait le dessus.
Mais… Dans l’obscurité de la chambre, Kurt, là
haut, avait l’air plus voyant que d’habitude. Je di-
rais même plus lumineux… Bien que la lune se re-
flète sur lui c’était de plus en plus fort. Je ne m’af-
folais pas. Peut-être était-ce le temps de s’habituer
à l’obscurité. Mais lorsque trois rayons sortirent du
dessin. Puis cinq, puis. Je ne sais plus, combien
jusqu’à ce que toute la fiche ne soit plus qu’un halo
de lumière à elle seule, alorslà, j’étais pétrifiée ! Je
ne pouvais plus bouger la moindre parcelle de mon
corps, j’étais comme figée. Je restais couchée dans
la même position. Fixer cette lumière aveuglante,
provoquait une douleur oculaire, mais j’étais para-
lysée, je n’osais pas respirer… Peut-être n’était-ce
qu’un cauchemar, j’allais sûrement me réveiller …
Non ! La lumière inondait ma chambre, et ma sœur
dormait plus profondément encore. J’attendais que
cettelumières’enaille,commençantàmedemander
si ce n’était pas des extra terrestres qui cherchaient
des cobayes …ô mon dieu !!! Rien qu’à penser aux
témoignages qui passaient à la télévision, j’en avais
lachairdepoule. Jeprismonélan,etmerecouvrisde
la tête aux pieds, de mon drap et mes couvertures...
Touterecroquevilléepourêtre,lemoinsvisible,pos-
sible ; Je cachais ma sœur aussi. Je sentis alors une
secousse sur le lit, comme une grosse masse tom-
bée de haut. Ce qui me figea à nouveau … Et moi
qui voulais sauver le monde... Là, je devais avoir
l’air « très héroïque » J’avais peur ! Bon d’accord,
c’était vraiment terrifiant. Mais je ne pouvais pas
8