Comme un chien qui traverse l'autoroute

De
Publié par

Inexorablement, les affres du passé surgissent comme un violent ressac. Naviguant dans les bas-fonds d'Antigua, l'hystérie de Casablanca, la touffeur gabonaise, le blizzard du Luxembourg ou les pueblos du Chiapas, les héros de ces huit nouvelles voient leur vie basculer, d'un coup. Vengeance, envie, folie ou amour : à trop se débattre dans ses tourments, on peut chuter du mauvais côté et se faire mal, très mal. Certains s'en remettront, d'autres non.
Publié le : jeudi 2 juin 2016
Lecture(s) : 11
EAN13 : 9782140011030
Nombre de pages : 176
Prix de location à la page : 0,0097€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Grégoire C
Comme un chien qui traverse l’autoroute Nouvelles
Comme un chien qui traverse l’autoroute
collection Amarante
Comme un chien qui traverse l’autoroute
Amarante Cette collection est consacrée aux textes de création littéraire contemporaine francophone. Elle accueille les œuvres de fiction (romans et recueils de nouvelles) ainsi que des essais littéraires et quelques récits intimistes.
La liste des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.harmattan.fr
Grégoire CHASTEComme un chien qui traverse l’autoroute
Nouvelles
Du même auteur Dernière sortie pour l’Afrique, L’Harmattan, 2013. © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09329-1 EAN : 9782343093291
À mes parents
Le sang sèche plus vite au soleil Bob, un chirurgien réputé dans sa branche, exerçait à l’hôpital de Birmingham depuis cinq ans déjà ; l’avenir lui appartenait, mais le ronron du quotidien commençait à lui peser ; chaque matin, il ressentait une envie de plus en plus pressante d’aller voir ailleurs… Fils de diplomate, il avait passé toute sa jeunesse à Ceylan, et nourrissait depuis son retour à Londres une nostalgie pour cette période de sa vie. La chaleur, l’humidité, ce sentiment de liberté qu’insuffle la vie sous des latitudes lointaines lui manquaient. Il se disait, « le corps humain est conçu à l’identique d’un pays à l’autre, alors je peux pratiquer partout où il y a un bloc opératoire décent » ; il fallait juste dégoter la bonne opportunité ! Sa femme Sienna, sculptrice américaine de talent, n'attendait que cela de mettre les voiles, tant son inspiration végétait dans l'Angleterre grise de Sa Majesté. Alors, quand l’offre de l’hôpital public d’Antigua tomba, Bob se mit sur les rangs tout de go. Comme il se révéla le seul candidat, l'aval de Sienna sonna le départ. Partir opérer aux Caraïbes, sous les hourras d’une femme qu’il chérissait, il y avait de quoi se sentir béni des dieux !
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.