Comment j'ai tué ma mère

De
Publié par

Elle a réussi à se défaire de cette emprise, elle s'en est sortie, grâce à sa force de caractère et à son intelligence. La puissance des mots écrits par Ludivine Lanoy est immense. C'est l'histoire d'une enfance tronquée, bafouée et spoliée par une mère tyrannique et violente. Ses gestes, ses paroles, tout est violence. Elle ne sait montrer son amour pour sa fille d'une autre manière. C'est un récit d'une force bouleversante, par sa teneur et grâce à l'écriture toujours juste de Ludivine.


Publié le : dimanche 28 février 2016
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782372222884
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
img

Ludivine LANOY

 

Comment j'ai tué ma mère

© Ludivine LANOY

Bookless-editions

Tous droits réservés

Février 2016

 

Comment j'ai tué ma mère

 

 

C'en était fini pour elle, de toute sa splendeur, de toutes ses belles apparences, de tout ce qui la faisait tenir debout.

Il y avait cette femme, le genre de celles auxquelles on aimerait ressembler, toujours soignée, toujours souriante, qui place le bon mot au bon moment, avec sa maison parfaitement ordonnée, et sa cuisine toujours délicieuse. Et il y avait cette petite fille, le genre d'enfant que tout parent rêve d'avoir, brillante et délicate, un peu tête en l'air, l'esprit souvent dans les nuages.

Il y avait ma mère, il y avait moi, et l'envers du décors.

Bien sûr, il y avait les personnages secondaires, un grand frère, un peu trop protégé, un peu trop gentil, un peu trop renfermé, mais pas bien méchant. Et un père... Un père présent et pourtant si absent à la fois, semblant toujours porter un poids sur ses épaules, Dieu merci bien solides.

Et toujours l'envers du décors.

Ne dit-on pas qu'une fois les portes fermées, personne ne sait ce qui se passe ? Qu'une fois les portes fermées, tout apparat disparaît ? Cette phrase n'est ni plus ni moins qu'une façon d'exprimer ce que nous vivons et que personne ne voit, ou ne veut voir.

Qui peut dire " Je suis un bon parent " ? Vous êtes ce que votre enfant voit, ressent, rien de plus. Mais soyez-en sûr, ce que vous donnez de malheur à un enfant, tôt ou tard, il vous le rendra, en bien plus fort. Pour ma part, j'ai rendu ce qui était à rendre...

Nous voilà donc dans une histoire à quatre personnages. C'était une toute petite famille, ce genre de famille où tout se fait à quatre, les anniversaires, les repas de Noël, les passages au Nouvel An, et même les communions ! Il y avait d'abord eu le noyau dur, l'homme et la...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant