Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Confrérie blanche

De
266 pages
Alors que s'épanouit le catharisme, le légat du pape est assassiné dans le comté de Toulouse. Les soupçons se portent instantanément sur les Cathares. Qui pourrait soupçonner l'abbé Arnaud Amaury d'avoir organisé l'assassinat? Bénéficiant du soutien d'une occulte Confrérie blanche, l'abbé médite une guerre entre la Chrétienté et les Cathares. Et ce meurtre lui fournit le plus sûr moyen de la provoquer.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Henri Bouillon
La confrérie blanche
Roman
L AC O N F RÉR I EB L A N C H E
H e n r iBO U I L L O N
L AC O N F R É R I EB L A N C H Er o m a n
© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01111-0 EAN : 9782343011110
À mon grand-père, Jacques Delfosse (1928-2009), agrégé de lettres classiques. Pour m’avoir fait partager sa passion de la littérature, et tant d’autres choses… Même si ces quelques lignes n’y suffiront pas, je tiens à remercier chaleureusement M. Bernard Lacombe pour l’aide plus qu’indispensable qu’il a apportée à la publication de cet ouvrage et, plus encore, à celle du précédent. Outre les nombreuses heures qu’il m’a consacrées, il m’a appris à travailler méthodiquement et à élaguer mes manuscrits touffus. Je ne l’en remercierai jamais assez.
I
L’étroit sentier se frayait difficilement un passage entre les arbres de ces denses forêts méridionales. Mais cela n’empêchait nullement le carrosse, escorté de quatre cavaliers, d’y rouler à vive allure, car ses deux occupants avaient donné ordre à leur cocher de fouetter ses chevaux avec vigueur. Ces deux personnages étaient deux moines cisterciens, tous deux petits, blonds, replets. Cette ressemblance s’expliquait aisément : ils étaient frères. Pierre de Castelnau, archidiacre de Maguelonne et légat apostolique, voyageait en compagnie de son cadet, Raoul. Ils n’échangeaient d’ailleurs pas un mot, Pierre paraissant tenaillé par une vive anxiété. — Nete tourmente pas ainsi, finit par articuler Raoul. Il m’est évident que nous ne pouvons endosser la responsabilité de cet échec. Le Saint-Père savait que cette ambassade serait difficile et que nos chances de réussite étaient minces. — Peut-êtreavons-nous manqué de persuasion. Le comte Raymond de Toulouse commençait à entendre nos arguments. Et certains de ses conseillers aussi. Mais Raymond-Roger Trencavel est intervenu et alors… — Il n’est qu’un vassal du comte de Toulouse, mais il a une grande influence sur les autres hobereaux. Dès qu’il s’opposa à nous, tout espoir nous était ôté. Enfin, si l’obstination du vicomte Trencavel a tout perdu, nous n’y sommes pour rien. — Si nous nous étions heurtés à lui, peut-être… — Peut-êtrene serait-on pas ressorti vivant de cette conférence, compléta frère Raoul. Trencavel a une telle emprise sur les barons occitans que, dès qu’il eût émis son
9