//img.uscri.be/pth/e059d6db9487de78ed9254c3b119749bd995ca5a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Cotonou, chien et loup

De
144 pages
Entre roman historique et roman noir, ce récit atmosphérique se bâtit tel un puzzle tragique raconté à travers des voix multiples. Il se situe au Bénin dans les derniers mois de 1989, alors que le régime marxiste de Mathieu Kérékou vacille sur fond de chute du Mur de Berlin et des Blocs. Dix personnages en quête d'eux-mêmes, Européens et Africains, témoins ou acteurs des convulsions de ce petit pays, se croisent, se déchirent, s'aiment parfois et souvent se perdent.
Voir plus Voir moins
PaTRick Breton
COTONOu, chiEN ET lOup rOmaN
ecRiRE l’AfRiquE ecRiRE l’AfRiquE
L’ armattan
Cotonou, chien et loup
Écrire l’Afrique Collection dirigée par Denis Pryen Romans, récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette collection reflète les multiples aspects du quotidien des Africains.Dernières parutions Cikuru BATUMIKE,L’homme qui courait devant sa culpabilité, et autres nouvelles, 2014. Mahmoud Bensaïd BAH,Les défis de la démocratie en Guinée, 2014. Georges ROUARD,Nuit noire à Dôko, 2014. O. TITY FAYE,La chute de la Révolution. Les derniers complots. La tourmente, livre III, 2014.O. TITY FAYE,? De l’emprise duPrêt pour la Révolution parti unique à la marque du fouet rouge: la révolte. La tourmente, livre II, 2014.O. TITY FAYE,la Révolution Selon! La randonnée de l’étudiant guinéen sous la Révolution. La tourmente, livre I, 2014. Karamoko KOUROUMA,Poste 5 ou l’incroyable aventure de Togba, 2014. Bakonko Maramany CISSÉ,Émigrer à tout prix. L’Amérique, l’Europe ou la mort, 2014. Bakonko Maramany CISSÉ,Tombe interdite. Histoire de l’enfant prodige, 2014. Abdoulaye MAMANI, Lepuits sans fond,2014. Pino CRIVELLARO,Burundi mon amour,2014. EL HADJI DIAGOLA,Un président fou, 2014. J.D PENEL,Idriss Alaoma,Le Caïman noir du Tchad, 2014. Koffi Célestin YAO,Le bateau est plein, je débarque, 2013. Kapashika DIKUYI,Une étrange famille congolaise et son odyssée, 2013. Patrick-Serge BOUTSINDI,Jour des funérailles à Poto-Poto, 2013. El hadji DIAGOLA,Ma femme m’a sauvé la vie,2013. Gilbert TSHIBANGU KANKENZA,À la rencontre du destin,2013.
Pat ickBr ton Coton u, chi net oup Roman
Photo de couverture :  AlphonseYémadjé (Cotonou,Bénin) Héviosso, dieu de la foudre Appliquésur coton (1992) Coll.privée de l’auteur© L'HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03824-7 EAN : 9782343038247
IABEL
Décidément, il déteste cette ville. Au Carrefour-des-trois-banques, une brumemaladive enveloppe la foule des taxis-motos qui piaffent au feu rouge. Comme chaque jour, une armée de cloportes se traîne jusqu’aux vitres fumées du 4x4, qu’il verrouille d’une pression. La misère ne prend pas de vacances. Il croise dans le rétroviseur le regard du chauffeur, fermé à double tour. Toutes vitres fermées, il sent la transpiration de l’Afrique, cette odeur de charogne qui remonte jusque dans les jardins de l’Ambassade et lui colle à la peau. A portée de rivage, le regard d’Abel glisse sur des palais saoudiens aux balustres prétentieuses. Il a passé là quelques soirées bien arrosées avec des ministres du Vieux K. Un condensé du mauvais goût: lafin du monde, c’est son mot. Au-delà de l’Ancien Pont, la lagune s’insinue dans le désordre du marché comme un cloaque à ciel ouvert. Cette tournée à Porto-Novo l’a épuisé. Un dispensaire de plus à inaugurer, les discours de notables et de chefs de quartier, la poignée de main au responsable de l’ONG, quel pensum !Une fois de plus, l’Ambassade avait délégué. Et il s’était retrouvé seul avec Simon Carver sous une chaleur de four et les pieds dans la boue. Le petit chouchou de l’Ambassadeur, ce Simon. Pas un mot pour remercier le FMI, c’est gonflé. Depuis quelque temps, il fallait toujours
7
que Lascaris mette dans ses pattes le médecin de l’Ambassade. A croire qu’il n’avait pas confiance. Du premier jour, Abel Andréani déteste le Bénin, ce couloir tropical coincé entre Togo et Nigéria; le premier Conseiller étouffe dans ce cul de basse-fosse où la France, comme pour le punir du Maroc, le maintient jusqu’au cou. La seule consolation, c’est qu’en cette fin septembre 1989, il entame sa dernière ligne droite en Afrique. A 62 ans, il est temps de passer le témoin.Il tamponne un mouchoir de lin sur son crâne lisse, ne peut s’empêcher de toucher la longue balafre qui lui coupe le menton. Pas un jour depuis l’accident où il ne prenne la mesure de son visage dévasté. Après le barrage de la Marina, Andréani se sent en pays sûr. Les militaires le connaissent et saluent solennels la cocarde tricolore au bas du pare-brise. Un mot au chauffeur et ce dernier engage le 4x4 sur une piste qui descend vers le port. Des silhouettes de grues agressent le ciel blanc. Abel a bien besoin d’un petit remontant. L’Hôtel du Port, à deux pas de l’Ambassade de France est encore l’endroit qu’il préfère avec le maquis du Gros Pat. C’est un gros cube soviétique qu’agrémentent quelques paillotes ensablées. Ange Paolini vient à sa rencontre, énorme et jovial dans son costume de lin froissé.Les pastis sont déjà prêts, choc des glaçons dans les verres embués. Ange rallume son éternel cigare. Les affaires sont moroses et sans les à-côtés, cela fait bien longtemps qu’il aurait mis la clef sous la porte. Rassure-toi, Ange, c’est pas mieux chez nous. Des mois déjà qu’Abel Andréani s’escrime sur ce Plan d’Ajustement Structurel que le FMI vient d’imposer au Bénin. Un plan drastique concocté par des technocrates vissés devant leurs graphiques à Washington. Un plan tout juste bon à jeter le peuple étranglé dans la rue. Ce n’est pas qu’il s’en soucie, mais le désordre, il n’aime pas.
8
Et voilà où le Quai d’Orsay lui fait finir sa carrière. Bon, c’est vrai, il a dû quitter Marrakech par la petite porte. Ses frasques en médina ont fini par émouvoir le Ministère. Et pourtant il en faut beaucoup, il le sait. De toute manière, bien avant de déconner, il avait abdiqué de tout espoir d’une fin de carrière à San Francisco ou à Lahore. Vice-Consul d’un improbable ailleurs aux élégances dérisoires. Le romanesque n’est jamais sûr, le ridicule, si. N’importe, Andréani n’a jamais pu se résigner à ce trou à cafards où il expie on ne sait quelle Faute majuscule. Ces culs-pincés du Quai n’y auront rien compris. On n’en faisait pas tant autrefois. Ange tête en silence un havane luisant. - Qu’est-ce qui se passe, Abel, des ennuis ? - Tu ne vois pas que ton vieux Dahomey fout le camp? Cette fois, les caisses sont vides, Ange. Matthieu K. a merdé. Et nous, on pourrait bien gicler dans les turbulences. Le Bénin est devenu incontrôlable. Tu me connais, je serais plutôt partisan de la manière forte. Le FMI a toujours raison trop tard. Le vieux réflexe chirurgical. Tailler dans le vif pour régénérer les cellules et fortifier les tissus. Dans ce pays, personne n’a plus la main, Ange. Et puis, tu as vu les nouvelles du Burkina? Pas fameuses. On vient de recevoir un télex : un quarteron d’officiers passé par les armes. Non, pas une blague. Complot contre Blaise Compaoré par ses lieutenants les plus proches. La trahison des pairs. Avis aux amateurs. Le pétard est mouillé, Ange. La révolution africaine a fait long feu. Le Che est mort une deuxième fois. Les non-alignés se cassent la gueule, le vieux monde est fini. Il va falloir rebattre les cartes. - Pas pour te déplaire, non ? - J’ai passé l’âge de jouer aux dominos. Abel achève en silence son pastis tiède. La nuit s’est abattue d’un coup et seul le bar luit faiblement d’un éclat orange. Au dehors, les tankers clignotent dans la brume
9