Crépusculaires

De
Publié par

Saga des origines, l'ouvrage met en scène des prêtres et des prêtresses de la Grande Déesse Mère qui luttent pour défendre son culte et empêcher l'intrusion de nouvelles croyances. Au coeur de la période néolithique, Gharb met tout en oeuvre pour rassembler les énergies de sa communauté afin que soit construit un temple à la gloire de la déesse. Mais bientôt le déferlement de peuplades agressives va modifier cet état d'esprit et partout s'instaure le règne des chefs de guerre et des patriarches...
Publié le : mardi 1 novembre 2005
Lecture(s) : 107
EAN13 : 9782296418783
Nombre de pages : 105
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Crépusculaires

site: www.librairiehannattan.com diffusion.harmattan@wanadoo. fr e.mail: harmattanl@wanadoo.fr ~L'Harrnattan,2005 ISBN: 2-7475-9506-4 EAN : 9782747595063

André Viola

Crépusculaires

L' Harmattan

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris FRANCE
L'Hannattan Hongrie Kônyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest Espace L'Hannattan Kinshasa L'Harmattan Italia L'Harmattan Burkina Faso

Fac..desSc. Sociales, ol.et P
Adm. ; BP243, KIN XI Université de Kinshasa RDC

ViaDegliArtisti,15
10124 Torino ITALlE

1200 logements villa96 12B2260 Ouagadougou 12

-

Illustration reproduite avec l'autorisation du Ministère grec de la culture.

Ouvrages du même auteur: Chez L'Harmattan: JM Coetzee - Romancier sud-africain

Chez d'autres éditeurs:

Latitudes - Solitudes
Nouvelles Editions H.B. New Fiction in Englishfrom Africa (en collaboration avec Jacqueline Bardolph et Denise Coussy) Editions Rodopi : Amsterdam/New York

1) LA MAISON DE PIERRE
lIe de Malte: 3600 avoJ-C

-

Gharb! Gharb!
-

Il entendait son nom. Mais se réveiller était très

difficile.

Gharb! disait encore la voix. Il s'est

assis brusquement. Ce n'était pas la voix du père. Le sommeil tenait le père fort. Sa bouche faisait le bruit du grand vent. Gharb s'est levé. Ne pas faire de bruit. Avec ses doigts, il a cherché les deux branches qui tenaient la porte fermée. Illes a enlevées. Il a poussé la porte. La nuit n'avait pas de lune. Trois lampes brillaient dans le noir. - Gharb, viens vite, a-t-il entendu. Hagart a dit ton nom. Que voulait Hagart ? Il n'était pas comme les autres hommes du clan. Les humains l'appelaient aussi: "Celui qui dit". Il disait les paroles de la Mère. Il donnait un peu peur aux autres humains. Gharb était le seul à être souvent avec lui. Pourtant, arrivé dans la cabane de Hagart, Gharb a eu du mal à le reconnaître. Ses joues étaient deux grands creux. Son corps, caché sous une grande peau, n'était pas calme. Il faisait les mouvements d'un animal attaché

LA MAISON DE PIERRE sur la pierre du sacrifice. Gharb avait un grand étonnement. Ce matin Hagart marchait encore. Tout courbé, mais il avançait aussi vite qu'avant. Gharb avait peur. Il voulait repartir. Mais Hagart a regardé vers lui. Il a dit en parlant lentement:
-

Gharb, celui qui doit dire.

Gharb ne comprenait pas. Mais une chose est arrivée: les hommes venus avec lui quittaient la cabane. Gharb était seul. Il n'osait plus bouger. Le sommeil tenait-il Hagart ? Gharb a attendu un très long morceau de temps. Gharb allait tomber dans le sommeil. Hagart s'est remis à parler. Il voulait dire beaucoup de paroles. Mais il était obligé de s'arrêter pour que la force revienne. Gharb essayait de tout comprendre parce que c'était des paroles très fortes.
-

Hagart a tué la femme.La Mère a voulu.

Les rivières du ciel sans eau. Dure la terre. C'était l'ordre. Plus fort que Hagart. Mon bras a frappé, pas moi. La grande lune était dans le ciel. Hagart a tué la femme. Les hommes ont porté la femme dans la grotte. J'ai fait tous les bons rites. Trois jours après, la pluie est venue. Mais le sommeil n'était plus là. Les nuits étaient très difficiles. Les choses qu'on voit dans la tête faisaient très peur. Je sentais les esprits qui dévoraient mon corps. Je

me disais: -

Maintenant la Mère ne veut plus de
8

CRÉPUSCULAIRES moi. Pourtant, au bout d'une lune, les choses qu'on voit dans la tête sont devenues bonnes. Dans un rêve, j'ai vu la Mère. La nouvelle Mère. La Mère de la pluie. Pas la Mère de la statue. Mais la Mère assise. Ronde partout. Comme les grands vases pour l'eau. J'ai entendu la voix de la Mère dans ma tête. Hagart s'est arrêté de parler pendant un morceau de temps. Gharb sentait une grande force partout dans la cabane. Hagart a fait trois fois le bruit du vent. Il s'est remis à parler:
-

Gharb doit dire après moi les paroles. La Mère a

dit: Montre la Mère dans la pierre.

Il a attendu. Ensuite Gharb a répété les paroles chaque fois que Hagart s'arrêtait.
-

Le bois et la terre pour l'homme, la pierre pour la

Mère. Les enfants du soleil dans le ventre de la Mère. Pierre sur pierre est l'honneur de la Mère. La Mère est dedans, la Mère est dehors. Trois fois ronde est la Mère. Telle est la statue de la Mère. Hagart est resté longtemps sans parler. Ensuite, de dessous la peau qui le recouvrait, il a sorti un bras. La main tenait une chose. Une petite statue. Une femme accroupie. Gharb a pu à peine entendre les paroles de Hagart :
-

Prends et fais ce que la Mère a dit. 9

LA MAISON DE PIERRE Puis Hagart a tourné la tête de l'autre côté. Gharb attendait. La lampe s'est éteinte. Il n'a plus rien entendu. Il est sorti. Le jour était jeune. Tout était blanc. Des anciens s'étaient déjà rassemblés, ainsi que des vieilles femmes. Ils ont dit que le clan accompagnerait Hagart jusqu'à la grotte des morts cet après-midi. Gharb sentait que les yeux des humains sur lui n'étaient pas comme les autres jours. Il avait entendu Hagart dire les paroles de la Mère. Il était comme entre le monde des morts et le monde des vivants. Il est retourné à la cabane du père. Il est resté dehors, assis sur la pierre, tenant toujours la statue dans ses mains. Il ne savait pas ce qu'il devait en faire. Beaucoup de pensées d'avant étaient dans sa tête. *** Hagart était très différent des autres humains. Il portait un vêtement long comme les vieilles femmes qui ont toujours froid. Un jour, Gharb était encore petit, et Gharb avait marché comme une vieille

femme. Il avait dit: -

Hagart. Il avait ri. Le père

n'était pas content. Les cris du père étaient très forts. Gharb avait eu peur. Mais il essayait quand même de voir ce que Hagart faisait. Hagart vivait seul au bout du village, près de la cabane de la Mère. Chaque jour une famille portait de la nourriture devant sa cabane. Mais il ne mangeait presque pas. Il restait pendant de longs morceaux de jour devant sa cabane, les yeux fermés. Parfois il chantait, mais les humains ne 10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.