//img.uscri.be/pth/66d5e4c07e2d3d09da4ee6f20ffb293d71bb03d4
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Deux Gorée Une île

De
160 pages
Ce roman que traverse une poésie douloureuse de l'humanité bouleverse et rassure. Car Gorée, terre ancienne de souffrance et d'esclavage, peut devenir, parfois, lieu de liberté et d'amour. Ici les joies sont fugaces, les sentiments et les déceptions vifs, les plaies profondes..
Voir plus Voir moins

Deux Gorée Une île

@ L'Hannattan, 2004 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France L'Hannattan, Italia s.r.1. Via Bava 37 10124 Torino L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest ISBN: 2-7475-6103-8 EAN : 9782747561037

Gideon PRINSLER OMOLU

Deux Gorée Une île

roJrnn

L'Harmattan

Du même auteur Urhobo Nights, roman, sous presse

A mes parents dont le mariage est un hymne à l'amour et à ma femme, Denise. Tendrement.

L'Egoïsme estpassé La Paix estfinie Finie Mais le Bien
Petite île au cœur de l'océan

Triomphe Triomphe
Triomphe de J'assaut des vagues

Lui seul est un aboutissement Tout le reste est tendance
Chaque Chaque Chaque Chaque Chaque Chaque événement chose couleur mystère bonheur misère Tout concourt à cela

Tout

G.Omolu 1er Janvier 2004 à Paris

PREFACE
Ce qu'ont dit les premiers lecteurs
C'est le roman de deux felnmes passionnées. Deux sœurs, ou demi-sœurs. Le lecteur vit avec elles leur passion et se trouve constamment tenu en haleine. Les péripéties, les événements dramatiques ou heureux se succèdent et l'intérêt ne faiblit pas.

Mais il y a plus que cela. Ce roman est celui d'une Afrique
résolument moderne: les deux sœurs ont des diplômes universitaires de haut niveau, elles vivent àfond, ou voudraient vivre une vie autonome, entièrement indépendante. Mais les croyances anciennes y ont aussi leur place, en particulier la confiance dans les sorts et les prédictions du marabout, Ibou Konaté, le troisième personnage princzpal du roman. Celui-ci s'ouvre sur la consultation que lui demande Aicha, l'une des deux sœurs, et

s'achève,ou presque, sur sa mort. Ce sont ses" cauris " qui
donnent fixent des indications de vie, c'e sont ses philtres quz~ semble-t-i~ la destinée des êtres sur lesquels on veut avoir un pouvoir.

D'autres scènes reflètent une réalité traditionnelle. Ainsi l'attente des trois femmes pendant la nuit de noces ou encore la séance de massage avec des onguents et des herbes. Les descriptions sont très évocatrices: descriptions de maisons, d'intérieurs, superbes évocations de l'île de Gorée, qui interviennent à plusieurs reprises et sont pour ainsi dire partie prenante de l'action, comme l'indique le titre-même du roman.

Ainsi

le lecteur a-t-il devant lui un univers en transition,
apparaît comme le problème

totalement africain et totalement moderne. C'est bien celui de notre époque, où le statut de la femme megeur.

B. Gaschignard Professeur de Lettres (France)
Cet ouvrage est très émouvant et beau. Histoire d'une conscience ou deplusieurs consciences, ((le miroir promené le long de la route )) ainsi que le définissait StendhaL La Rialité peut être bien cruelle. Elle l'est dans ce roman. Cela peut être un atout, quant à son appréciation, mais il me semble aussi que l'écrivain, l'auteur, peut se faire magicien et par son imagination interprétative redonner aux Evénements la couleur de l'Espoir ou de la Justice tout Dégboé simplement. Evidemment le dernier mot revient à l'auteur. Huguette Poète

(Bénin)
Ici les Joies sont fugaces, les sentiments et les déceptions vifs, les plaies profondes... l'humain Mais au bout, s'impose le REpentir. Et peutêtre le Pardon. Ce roman que traverse une poésie douloureuse de bouleverse, mais rassure. Car l'auteur a su laisser sur Gorée, terre ancienne de Souffrance, éclater la Beauté Invincible de

I~OUR Cissé Kane Professeur de Lettres (Sénégal)

12

Il est courant en Afrique

de prédire l'avenir, d'interroger ce qui est

caché. Le marabout ou leféticheur incarne souvent le devin. Mais quand lefutur ou le mystère seJoue du maître de céans, que peut

celle ou celui qui le consulte? Ce roman se plonge dans les
méandres d'une vie familiale l'Amour trépidante, où sous le couvert du Erôs, secret gardé au fond des entrailles, mais surtout sous le sceau de dans sa trzptYque connotation grecque: Filla,

Agapê ,. l'innocent côtoie le coupable, le bon le mauvais, le pur
l'impur. Y surviennent des drames Jusqu'à ce que de guerre lasse, la fatalité ou ce qui se tramait à l'ombre fasse place au destin, ou du moins à ce qui aurait pu ou devrait être. L'adage «(Comme l'or au creuset Dieu éprouve ses élus )), ne s'est Jamais autant bien vérifié que dans ce roman et son anglophone d'auteur a su apprz.voiser sa plume -tant
captivante. Si envoûtante.

bien que mal, Je l'avoueconciliante pour

dans une
si

langue de Molière pas totgours

rendre l'histoire

Et tellement actuelle.

Congratulations, Mister G.

Yauli Linankoy Auteur de nouvelles (Congo)

13

Prologue
- Toc, Toc, Toc.. .Assalamou aleykoum ! A peine s'était-il établi sur l'île de Gorée1, qu'une jeune femme vint frapper à sa porte. Il ne s'imaginait pas du tout que cela allait se produire si vite. - Aleykou massala. Entrez et prenez place! répondit Ibou IZonaté, empressé. La jeune femme hésita à franchir la porte. Une angoisse confuse l'accablait déjà, déclenchée par l'incertitude quant à la conséquence de sa démarche. Mais, « courage! courage !! courage !!!» se ditelle, se déterminant à ne pas renoncer.

-

Bismillah. Entrez

et prenez

place.

La voix de l'homme se fit encore entendre et elle s'inclina, ôta ses chaussures, et prit place sur un matelas de raphia posé à même le sol. Ibou IZonaté découvrit alors, avec grand plaisir, le visage de la jeune femme. C'était une belle nubile vêtue et coiffée avec soin. Il avança sa main et rencontra la sienne, tout en remontant un pan de son boubou blanc, fortement amidonné.
1

A l'origine, l'île s'appelait Ber. Puis en 1444, elle fut découverte par les

Portugais et fut baptisée «Ile de Palma ». «Vendue» aux Hollandais en 1617 par un pêcheur nommé Danga Mafal et par Biram, le Darnel du IZayor, contre quelques barres de fer, elle fut rebaptisée « Gorée », nom issu de l'appellation hollandaise « Goede Reede » qui signifie bonne rade.

- Comment t'appelles-tu, jeune femme? L'homme ne vouvoyait jamais les femmes. Agé d'une soixantaine d'années, les cheveux gris comme une couronne de neige, il se reconnaissait une longue expérience des femmes et croyait pouvoir leur faire forte impression. Il les tutoyait comme pour leur enlever l'envie de se situer au même niveau que lui. Et cela marchait à tous les coups, tant il leur en imposait. - Je m'appelle Aicha Niasse, répondit-elle mollement en flXant le sol. Après qu'elle eut dit son nom de famille, elle réalisa qu'elle n'agissait plus sous le couvert de l'anonymat, car son père était un personnage influent de l'île. Mais Ibou ne prêta pas attention ramassa ses cauris et les jeta à terre. à son nom. Il

- Tu es très en colère l s'exclama-t-il, dès que les cauris tombèrent chacun à sa place. L'homme s'avoua par la même occasion que cette île à l'allure occidentale n'avait pas fini de le surprendre. - Oui, fit-elle. L'air accablé. . . Ibou I<.onaté ramassa à nouveau remit cette fois-ci à la jeune femme: ses cauris et les

- Tiens-les bien dans tes mains et confie-leur à voix basse tous tes problèmes. Dès qu'elle eut fini de souffler dans les cauris, il les récupéra et les jeta à terre encore une fois. Puis, il leva les yeux. Sûr de lui. - Tu veux vraiment l'aventure loin du pays? que ta sœur parte à

16