//img.uscri.be/pth/e71502bc7f05c2315af974d62f49755040483d3c
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Dévorante attraction

De
240 pages
Alors que Margie rejoint son domicile après une pénible journée, elle découvre un jeune homme dénudé, visiblement troublé, gisant près de sa maison. Décidant de lui venir en aide, Margie l’accompagne aux urgences où les médecins diagnostiqueront une amnésie. Réelle ou simulée, cette étrange perte de mémoire ainsi que la situation précaire dans laquelle se trouve ce bel inconnu, nommé Ewan, amèneront Margie à lui proposer un hébergement. Irrémédiablement attirée par son invité, Margie ne se doute pas des nombreux mystères qui l’enserrent et des incroyables événements auxquels elle sera bientôt confrontée. Œuvre mystérieuse et palpitante, "Dévorante attraction" crée des personnages obscurs, dissimulant de multiples secrets. À cette singulière attirance se mêle l’intrusion du fantastique, caractéristique essentielle de la personnalité ambivalente du jeune homme. Cet ouvrage pluriel, entremêlant idylle et aventure, est dépaysant mais aussi fortement convaincant. Une expérience singulière, au cœur de laquelle il est conseillé de s’aventurer.
Voir plus Voir moins
Dévorante attraction
i
l
b
u
k
o
o
b
P
t
i
a
i
t
t
r
i
M e at
a
l
c
a
r
a
v
o
t
c
o
i
L
a
a
r
n
e
t
é
n
D
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IDDN.FR.010.0115235.000.R.P.2010.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2010
Chapitre 1Margie détestait conduire la nuit et encore moins en plein hiver. Elle travaillait la plupart du temps à son domi-cile, mais son travail lobligeait parfois à se déplacer sur Glasgow. Elle était sur une départementale entre Glasgow et Irvine et discernait à peine la chaussée à cause du brouillard. Les mains agrippées au volant, le nez collé au pare-brise, elle roulait rapidement, pressée de rentrer chez elle après une journée harassante avec son éditeur et un cocktail ennuyeux. Ces derniers jours avaient été particulièrement froids et la neige était tombée en abondance, laissant un manteau blanc sur la plaine. La route était verglacée ce qui lui fai-sait perdre par moments le contrôle de sa voiture. Elle ne pensait quà une chose, se blottir bien au chaud dans son fauteuil près de sa cheminée, à boire un Earl Grey. Quand tout à coup, elle vit plusieurs ombres traverser la route. Appuyant sur le frein sans réfléchir et fit une em-bardée dans la neige. Sa tête heurta le volant, son cur battait la chamade, mais elle navait rien.  Oh ! Mon Dieu ! Souffla-t-elle. Lorsquelle se fut ressaisie, elle descendit de la voiture pour respirer lair frais. La portière se referma derrière elle. La nuit lui semblait noire et hostile, des gouttes de sueur lui coulaient dans le dos. Elle nentendait rien et avait du mal à distinguer quoi que ce soit à moins dun
9
mètre, latmosphère lui semblait tout dun coup chargée délectricité. La route était totalement déserte. Saisie tout dun coup dun vertige, elle se demanda si elle navait pas bu un peu trop de champagne. Avec la fatigue accumulée depuis ces derniers jours, elle navait plus toute sa tête. Elle respira une grande bouffée dair et resta près de quarante-cinq minutes la tête dans les mains. Puis sentant quelle reprenait enfin le contrôle delle-même, elle décida de rentrer chez elle. Lorsquelle arriva près de sa maison, elle aperçut au travers de la lueur des phares une forme étendue sur le sol. Elle descendit de la voiture en courant, pour voir quel animal était étendu dans la neige et un cri deffroi monta dans sa gorge. Un homme gisait, sans connaissance, nu comme un ver. Du sang coulait sur ce manteau blanc immaculé. Elle vit des énormes ecchymoses sur son corps et son épaule était semble-t-il lacérée profondément, pour le reste elle distinguait de nombreuses égratignures apparemment sans trop dimportance. Elle chercha du bout des doigts sa carotide, son cur battait mais il respirait difficilement.  Merci, murmura-t-elle. Elle le couvrit avec son manteau et chercha à appeler les secours. Aucun réseau. Elle se précipita à lintérieur de la maison pour téléphoner, mais aucune tonalité, non plus. La neige avait dû endommager les câbles téléphoniques. Ne pouvant le laisser plus longtemps dehors, elle déci-da de lemmener à lhôpital.  Monsieur, pouvez-vous marcher ? Je vous en sup-plie, essayez de vous lever, je vais vous emmener à lhôpital, vous êtes blessé.
10