Discours et écritures dans les sociétés en mutation

De
Publié par

Littératures coloniales, émergentes ou mineures ? Au delà des querelles de mots, on constate l'émergence de nouvelles écritures d'une vitalité et d'une diversité déroutantes dans un contexte de production mouvant, où les limites de production géographiques et nationales sont détournées par des parcours identitaires et littéraires singuliers d'auteurs nomades, citoyens de nouvelles aires culturelles et linguistiques. Dans ce nouvel environnement, les méthodes d'interprétation et de comparaison entre les textes et leurs contextes sont amenées à évoluer.
Publié le : dimanche 1 avril 2007
Lecture(s) : 101
Tags :
EAN13 : 9782336261881
Nombre de pages : 220
Prix de location à la page : 0,0090€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Discours et écritures dans les sociétés en mutation

Itinéraires et Contacts de Cultures
Déjà parus 39 Discours et écritures dans les sociétés en migration. 38 L'effet roman. Arrivée du roman dans les langues d'Afrique. 37 Abdelhak Serhane : une écriture de l'engagement. 36 L 'humour et le rire dans les littératures francophones des Amériques. 35 Aimé Césaire, un poète dans le siècle. 34 Andrée Chedid: racines et liberté. 33 Du livre au jeu: points de vue sur la culture de jeunesse. Mélanges pour Jean Perrot. 32 Kateb Yacine, un intellectuel dans la révolution algérienne. bis Léopold Ségar Senghor. Africanité - Universalité. 31 31 Imaginaire dujeune méditerranéen. 30 Frontières de la francophonie,. francophonie sans frontières. 29 Tristan Tzara, le surréalisme et l'internationale poétique. 28 1918 et Apollinaire. 27 Nouvelles approches des textes littéraires maghrébins ou migrants. 26 Littérature comparée et didactique du texte francophone. 25 Le réalisme merveilleux. 24 Les engagements d'Aragon. 23 Visages et paysages du livre de jeunesse. 21/22 Mohammed Dib. 20 La Littérature belge de langue française. 18/19 Nouveaux horizons littéraires. 17 Actualité de Kateb Yacine. 15/16 Littérature et oralité au Maghreb. Hommage à Mouloud Mammeri. 14 Poétiques croisées du Maghreb. 13 Autobiographies et récits de vie en Afrique.
(Ç)L'Harmattan 2007 5-7 rue de l'École Polytechnique; Paris 5e www.librairieharmattan.com harmattan 1@wanadoo.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISSN : 1157-0342 ISBN: 978-2-296-02938-5 EAN: 9782296029385

ITINÉRAIRES et CONTACTS DE CULTURES
Volume 39 2007

Discours et écritures dans les sociétés en mutation
Sous la direction de Manuel Bengoéchéa, Delphine Chaume, Claire Riffard et Katerina Spiropoulou

UNIVERSITÉ PARIS 13 Centre d'Étude des Nouveaux Espaces Littéraires

Éditions L'Harmattan

Comité de rédaction Véronique Bonnet, Anne Coudreuse, Vincent Ferré, Xavier Garnier, Jean-Louis Joubert, Marc Kober, Anne Larue, Christophe Pradeau, Françoise Simonet, Jacques Tramson, Pierre Zoberman. Secrétariat de rédaction Centre d'Étude des Nouveaux Espaces Littéraires Université Paris-XIII, avenue Jean-Baptiste-Clément 93430 Villetaneuse

Responsable de publication Xavier Gamier Diffusion, vente, abonnements Éditions L'Harmattan, 7, rue de l'École-Polytechnique 75 005 PARIS

~L'Harmattan,2007

Sommaire

Résumés des communications Préambule Claire RIFFARD

9

...

.. 17

STRATÉGIES

ET PARCOURS

D'AUTEURS

Des stratégies de résistance littéraire chez Patrice Nganang Emmanuel OTTO U Patrice N ganang et « la parole des sous-quartiers» : une approche sociolinguistique de l'écriture du français dans le roman francophone Aurélie LEFEBVRE Écriture et déchirement. L'individu postmodeme dans Hermina de Sami Tchak Carmen HUS TI LABOYE L'esthésie comme praxis énonciative: de Gaston-Paul Effa Jean Pierre FEWOU NGOULOURE le cas de Tout ce bleu 61 49 25

35

LITTÉRATURE,

HISTOIRE

ET SOCIÉTÉ

La littérature rwandaise après 1994 : génocide et société
R UD A C 0 GO RA Au gus tin. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 77

Les discours de la nouvelle Afrique du Sud: quelles structures pour la littérature postapartheid ? Françoise RÉMOND La rhétorique du nom de l'esclave dans le roman mauritanien francophone M 'bouh Séta DIAGANA Le créole chagossien, marqueur identitaire d'une quête territoriale Sandrine BENJELLOUN 105 99 85

Discours informatif, écriture du réel: la mise en scène des rites pour dire l'identité Lawrence FONTAINE-XAVIER
Français et imaginaire populaires ou la poétique du social urbain dans la littérature africaine francophone
F rédéri c MAMB EN GA - YLA GO

123

U . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. 135

NOUVELLES

FORMES,

NOUVEAUX

MONDES de Ken Bugul 155 littéraires 163

Réel en crise et crise de la représentation: Rue Félix-Faure et Johnny Chien Méchant d'Emmanuel Dongala Laurence B0 UD REA UL T La (les) lecture( s) des nouvelles formes hypertextuelles Maria DA CONCEIÇÀO MAL TEZ Le texte postcolonial et sa traduction: l'exemple d'Allah n'est pas obligé traduit en slovène Katj a ZAKRAJSEK

181

6

LE VERSANT

IDÉOLOGIQUE

DU LANGAGE

Le discours publicitaire en Algérie: des contraintes d'écriture Kader BELG UERNINE La dimension politique du langage. L'exemple de l'Argentine Julia SMOLA 209 197

Résumés

des communications

I. STRATÉGIES
Des stratégies Emmanuel

ET PARCOURS
de résistance OTTOU littéraire

D'AUTEURS
chez Patrice Nganang

Contrairement aux premiers écrivains africains de la décolonisation comme Mongo Beti ou Ferdinand Oyono, dont le classicisme de l'écriture relève du centre impérial, une tendance littéraire nouvelle a vu le jour et semble s'affirmer davantage par des options esthétiques et thématiques qui déconstruisent la matrice littéraire métropolitaine. Au sein de ce nouveau style qu'une certaine critique qualifie de « bâtard et de voyou », le cas de Patrice Nganang, jeune romancier camerounais, est assez significatif. S'appuyant sur les concepts de centralité et de marginalité issus de la théorie postcoloniale, Emmanuel Ottou met en lumière, dans cette communication, les stratégies de résistance littéraire de cet auteur face aux valeurs de l'européocentrisme. L'élévation des marginaux, souvent réduits au silence par les universaux des Lumières, le réalisme magique, l'expression des particularismes linguistiques propres aux sociétés postcoloniales et le questionnement des « lumières» occidentales sont autant de thèmes qui constituent les fondements de l'écriture de Nganang dans ses quatre récits que sont La Promesse des fleurs (1997), Temps de chien (2001), La Joie de vivre (2003), et L'Invention du beau regard (2005).
Patrice Nganang et « la parole des sous-quartiers» : une approche sociolinguistique de l'écriture du français dans le roman francophone Aurélie LEFEBVRE

L'écriture de Patrice Nganang peut paraître atypique dans la mesure où elle s'inscrit dans une réalité tant sociale que linguistique; c'est-à-dire que ses romans, notamment son « triptyque» romanesque sur le Cameroun, intitulé Histoires de sous-quartiers, sont l'objet d'un ancrage sociolinguistique particulier, marqué par le plurilinguisme et le contact entre le français et le substrat linguistique camerounais. Cette variation du fran-

DISCOURS

ET ÉCRITURES

DANS LES SOCIÉTÉS

EN MUT A TION

çais écrit, qui est le pendant de sa variation orale dans l'espace francophone, est le signe d'une prise en compte de la réalité des pratiques langagières propres à un milieu socioculturel. Dès lors, quels sont les rapports qu'entretiennent cette réalité et le français tel que l'écrit Patrice Nganang? Quelles sont les représentations qu'une telle écriture est susceptible de véhiculer? Enfin, dans quelle mesure cette écriture, qui se veut différentielle, peut-elle être considérée comme une reconnaissance symbolique des pratiques locales, c'est-à-dire comme un acte glottopolitique? Dans cette communication, Aurélie Lefebvre montre ainsi que les outils de la sociolinguistique s'avèrent efficaces et pertinents pour décrire et analyser une telle pratique.
Écriture et déchirement. L'individu postmoderne Sami Tchak Carmen HUSTI LABOYE dans Hermina de

Pendant les deux dernières décennies, la littérature africaine francophone a souffert de nombreuses mutations. On assiste à un processus de « désengagement» de la part de l'écrivain africain francophone. Postcolonialisme et postmodemisme sont désormais les notions clefs qui se partagent le champ de l'interprétation de cette « nouvelle» littérature. Conséquence du changement épistémologique et ontologique de la « réalité », la problématique du roman africain contemporain se modifie. L'individu devient le point central de l'interrogation qui porte sur la structure du monde fictionnel. Carmen Husti Laboye questionne dans cette communication la configuration particulière de l'individu africain, en tant qu'individu postmodeme, tel qu'il se reflète dans le roman de Sami Tchak, Hermina, tout en essayant de proposer les prémisses d'une théorie de la postmodemité africaine.
L'esthésie comme praxis énonciative: Effa Jean Pierre FEWOU NGOULOURE le cas de Tout ce bleu de Gaston-Paul

D'une manière générale, trois constantes esthétiques dominent le roman africain. La première, thématique, s'inspire du contexte colonial et postcolonial; la deuxième, ludique, illustre pour l'essentiel l'échec des indépendances africaines, d'où son ton plutôt parodique et burlesque. La dernière, esthésique, sur laquelle repose l'analyse de Jean Pierre Fewou Ngouloure, donne la part belle à l'émotion et à la passion. En s'appuyant 10

RÉSUMÉS

DES COMMUNICATIONS

sur Tout ce bleu de G.-P. Effa, l'auteur établit donc que les formes esthésiques de l'écriture peuvent permettre de reconstituer métaphoriquement un nouvel espace-temps. Plus significativement, il montre qu'il s'agit là, en réalité, d'une tentative de renouvellement de l'imaginaire africain, en rapport avec les nouveaux défis qu'imposent les temps modernes.
Il. LITTÉRATURE, HISTOIRE ET SOCIÉTÉ

La littérature rwandaise après 1994 : génocide et société RUDACOGORA Augustin

La littérature rwandaise d'après 1994 est à l'image de la société qu'elle décrit. Après le génocide, la société rwandaise est une société en reconstruction dans tous les domaines, surtout du point de vue de la cohabitation sociale et du rétablissement du lien social cassé par le génocide. Peuplé de trois « ethnies» vivant ensemble, partageant culture, croyances, territoires, avec de nombreux mariages mixtes, le Rwanda d'après le génocide perpétré contre l'ethnie tutsie produit une littérature qui insiste sur les différents liens sociaux rompus par cet événement. Le roman et le théâtre (en langue française et kinyarwanda) sont en particulier les genres qui s'emploient à retisser, par la fiction, ces morceaux de la société. Fondant son propos sur un corpus de textes très précis, Rudacogora Augustin décrit ici une situation littéraire réfléchissant les maux présents et passés, et qui reflète et reconfigure le malaise social dont elle s'inspire.

Les discours de la nouvelle Afrique du Sud: quelles structures pour la littérature postapartbeid? Françoise RÉMOND L'Afrique du Sud est depuis une décennie au cœur d'un processus de reconstruction et de redéfinition de ses structures épistémologiques. La littérature sud-africaine n'en est pas seulement un symptôme: elle participe activement, et ce depuis les années soixante-dix, à la production nécessairement entremêlée d'un discours poétique, politique et social. La poésie noire qui a explosé sous le régime d'apartheid comme parole de protestation et de construction d'une histoire a dû faire face, avec la disparition des principales structures d'oppression et de censure, à un questionnement renouvelé de ses conditions de production, d'existence et d'évaluation. La communication de Françoise Rémond s'interroge sur ce champ littéraire bouleversé, composé Il

DISCOURS

ET ÉCRITURES

DANS LES SOCIÉTÉS

EN MUT A nON

de discours émergents qui construisent la transition poétique et politique d'un pays où des acteurs littéraires ont fait le choix d'une critique radicale et dynamique de leur société.

La rhétorique du nom de l'esclave dans le roman mauritanien francophone M'bouh Séta DIAGANA
Pays multiracial et multiethnique, en proie à de nombreux conflits sociétaux, la Mauritanie est surtout connue à l'étranger pour être l'un des derniers bastions de l'esclavagisme. Si aujourd'hui plusieurs critiques s'élèvent contre cette pratique, il n'en demeure pas moins qu'elle est bien ancrée dans les mentalités, si bien que même les noms portés par les esclaves les maintiennent dans la servilité. Les romanciers francophones de ce pays, conscients de ce phénomène, le dénoncent par l'acte d'écriture. Pour ce faire, ils vont user de l'onomastique pour tourner en dérision le système anthroponymique en cours dans leurs communautés. M'Bouh Séta Diagana analyse dans cette communication les procédés d'écriture de la littérature romanesque mauritanienne francophone pour montrer les contradictions et les difficultés d'un pays en pleine crise de mutation.

Le créole chagossien, marqueur identitaire d'une quête territoriale Sandrine BENJELLOUN
En 1967, à la veille de l'indépendance mauricienne, les Britanniques acceptent de louer l'île de Diego Garcia aux États-Unis. Commence alors la déportation des Chagossiens. Dispersés entre les Seychelles, l'île Maurice, la Suisse et l'Angleterre, ils entretiennent l'espoir d'un retour dans leurs «îles là-haut ». Les Chagossiens parlent un créole largement dérivé du mauricien. Cette langue a ainsi servi d'instrument de cohésion à un groupe déporté dont les repères culturels ont été complètement bouleversés. De plus, le créole chagossien, sous toutes ses manifestations, sert véritablement de lien entre cette population déracinée et son espace de vie d'avant l'exil. Il s'agit donc de mettre en exergue la véritable singularité de ce rapport langue/espace. Car pour les Chagossiens, leur langue créole est non seulement une façon d'accéder au monde et de se construire l'image qu'ils ont du monde, mais également une façon de faire vivre un monde à jamais disparu. L'enjeu est donc de déterminer en quoi une dynamique spatiale - dans ce cadre, la déportation d'une population - peut influer sur ses pratiques linguistiques et discursives mais aussi sur son propre rapport à sa langue d'origine et par là même générer un processus d'identification.

12

RÉSUMÉS

DES COMMUNICATIONS

Discours informatif, écriture du réel: la mise en scène des rites pour dire l'identité Lawrence FONT AINE- XAVIER La célébration des origines et la quête de l'identité sont des thèmes récurrents dans certaines œuvres issues des littératures émergentes. Chez les auteurs, rendre compte de l'identité d'une culture, l'écrire, revient ainsi à la rendre visible dans le texte, en l'exposant au moyen d'une mise en scène crédible et réaliste. Le discours ethnographique, à caractère didactique, la présentation détaillée de rites à travers le foisonnement d'éléments ethnoculturels dans la description, contribuent ainsi à parfaire l'effet de réel: montrer l'identité, c'est définir comment elle se réalise effectivement au sein du groupe à travers la présentation de rites; mais c'est également lui conférer une certaine authenticité en l'exposant à l'excès. À travers l'étude de deux romans d'Ernest Moutoussamy, Aurore et Chacha et Sosso, Lawrence Fontaine-Xavier montre que le matériau ethnographique présent dans la description permet de définir une identité culturelle, les liens unissant les membres d'un groupe ainsi que l'appartenance d'une communauté à une histoire et à un espace.

Français et imaginaire populaires ou la poétique du social urbain dans la littérature africaine francophone Frédéric MAMBENGA-YLAGOU Les dynamismes socioculturels touchent les manières de figurer ou d'interroger le social. Cette question est au cœur des écritures africaines où l'espace urbain apparaît comme la matrice d'une esthétique littéraire qui puise ses tournures lexicales et grammaticales dans la diversité des langages de la rue pratiqués par les acteurs sociaux en marge des normes collectives. Cela est particulièrement remarquable chez des romanciers comme Alain Mabanckou, Calixthe Beyala, Sandrine Bessora, Abdourahman A.Waberi, Sami Tchak, Kangni Alem, Hubert Freddy Ndong Mbeng, Ahmadou Kourouma... Comment interpréter cette récurrence de l'oral et de la vulgarité sociale dans les écritures africaines? C'est à cette question que tente de répondre Frédéric Mambenga-Ylagou en situant la création littéraire comme une introspection de la mobilité sociale, ceci par le biais d'une analyse pluridisciplinaire qui fait appel tant à la sociologie, la sociocritique, l'anthropologie, la sociolinguistique que la stylistique.

13

DISCOURS

ET ÉCRITURES

DANS LES SOCIÉTÉS

EN MUT A TION

III. NOUVELLES

FORMES,

NOUVEAUX

MONDES

Réel en crise et crise de la représentation: Rue Félix-Faure de Ken Bugol et Johnny Chien Méchant d'Emmanuel Dongala Laurence BOUDREAULT

Certes autonome, le roman n'est pas pour autant imperméable aux discours et aux bouleversements de la société de laquelle il émerge. Même implicite, son dialogue avec cette dernière demeure constant, et l'histoire de la forme romanesque a montré la capacité du genre à articuler, par la conjonction de l'imaginaire, Histoire et histoire. Mais il semble que la relation unissant roman (énonciation) et société ne soit pas de causalité, mais plutôt de corrélation. Car, dans sa re-prise du fait ou du discours social il n'y a pas répétition, mais composition d'un nouvel ordre, absorption et transformation. Que ce soit sur le ton de l'ironie, de l'humour, du détachement ou de la folie, le discours romanesque, en effet, convoque des savoirs, mais en fait s'effriter les certitudes par un langage souvent subversif, parfois subverti. Dans cette communication, Laurence Boudreault montre que, relevant de la problématique de la représentation, cette convocation-réfutation du réel est une caractéristique modale de certaines écritures francophones « actuelles». Elle examine ainsi, au plan énonciatif, les modalités opératoires par lesquelles le texte dit le monde et le reconfigure en prenant notamment appui sur des œuvres de Tanella Boni, Ken Bugul, Emmanuel Dongala et Ahmadou Kourouma.
La (les) lecture(s) des nouvelles formes hypertextuelles Maria DA CONCEIÇÀO MALTEZ L'informatique et les nouvelles technologies digitales ont fait ressortir de nouvelles formes littéraires hypermédiatiques qui apparaissent identifiées par une panoplie de concepts (hyperfiction, cyberlittérature, e-littérature, etc.). Le propos de cette communication est de déceler la spécificité de ces littératures (hypertextuelle, virtuelle, interactive, générative, cinétique ou animée) ainsi que les mutations des rapports entre auteur/lecteur qu'elles entraînent. Car ces nouveaux paradigmes textuels qui se présentent sur la toile imposent de nouveaux modes de lecture. La démarche de Maria da Conceiçào Maltez croise diverses méthodes en une approche résolument pluridisciplinaire, se fondant tant sur les réflexions théoriques que sur un corpus de textes de créateurs/chercheurs qui questionnent leur propre travail d'écriture sur support électronique. littéraires

14

RÉSUMÉS

DES COMMUNICATIONS

Le texte postcolonial et sa traduction: traduit en slovène Katja ZAKRAJSEK

l'exemple d'Allah n'est pas obligé

Le présent article propose une réflexion sur quelques-unes des questions soulevées par la traduction de textes postcoloniaux de langue européenne. C'est que leur position souvent ambiguë - entre cultures, entre langues, entre lectorats aussi - favorise la remise en cause du concept même de la norme, littéraire ou linguistique, avec des répercussions importantes sur toute analyse. Dans ces conditions, la traduction littéraire se trouve dans un certain flou: comment, en effet, représenter les effets et le fonctionnement du texte dans une autre langue? Cela revient à reconsidérer, en pratique, le concept clé de la traductologie qu'est l'équivalence. Je prends comme exemple Allah n'est pas obligé, roman écrit dans un français qu'on pourrait qualifier de « plurilingue» et que j'ai traduit en slovène; il est intéressant notamment de comparer les approches radicalement différentes qu'exige la traduction d'Allah en slovène (langue jamais exportée vers d'autres cultures) et en anglais, en fonction des possibilités différentes qu'offrent ces langues (registres, variantes géographiques).
IV. LE VERSANT IDÉOLOGIQUE DU LANGAGE

Le discours publicitaire en Algérie: des contraintes d'écriture Kader BELGUERNINE L'Algérie, comme partout ailleurs, subit une homogénéisation forcée et niveleuse, qui vise à uniformiser les codes et les stratégies langagières, afin d'agir sur le « consommateur universel». Il s'agit, selon les termes de Mathieu Guider, de «parler le même langage quels que soient le pays et la culture visés». Cette finalité économique, ostensiblement affichée, trouve son support d'actualisation et de concrétisation par excellence dans le discours publicitaire. Or, dans un pays comme l'Algérie, consommateur/récepteur (du produit et du discours), où la communication obéit à des conventions sémiolinguistiques et à un contexte socioculturel particuliers, les spots et les tracts publicitaires, même traduits dans la langue maternelle du récepteur, sont enclins à des mésinterprétations, voire à des impertinences dans l'emploi des actes de langage, faute d'une adaptation des stratégies du discours. Kader Belguernine relève ainsi les anomalies et les incohérences 15

DISCOURS

ET ÉCRITURES

DANS LES SOCIÉTÉS

EN MUT A nON

qui affectent l'écriture (son corpus étant un échantillon de tracts publicitaires publiés dans des revues), aussi bien que la traduction, dans ce genre de discours naissant. Cette émergence du discours publicitaire dans les pays subméditerranéens, et plus particulièrement l'Algérie étudiée ici, est la conséquence des changements socioéconomiques contemporains et de la mutation culturelle qui les accompagnent. La démarche de l'auteur relève ici d'une analyse sémiolinguistique, qui s'inscrit dans une approche pragmatique, se focalisant sur trois éléments essentiels: le signe linguistique, l'image et l'icône. La dimension politique du langage. L'exemple de l'Argentine Julia SMOLA
Julia Smola apporte, dans cette communication, un éclairage sur la signification politique des changements qui se sont produits dans le langage en AIgentine pendant ces trente dernières années. Elle s'interroge sur le rapport du langage au politique, et entame ainsi sa recherche à partir du retour au régime démocratique. Cette époque est caractérisée par la croissance des inégalités et le surgissement de ce qu'on appelle « l'exclusion sociale ». Un lien est établi entre cet appauvrissement et celui du langage en essayant de comprendre sa signification politique. L'auteur convoque dans sa démarche la littérature (notamment les textes de Camus) afin d'examiner en détailla relation complexe qui existe entre langage et politique. Cette communication pose de cette manière une interrogation philosophique sur la langue et s'appuie en même temps sur une enquête sociologique des usages du langage dans le contexte d'effondrement économique et d'instabilité politique de l'Argentine, notamment dans les années quatre-vingt-dix, ainsi que sur la mise en place de ces phénomènes au sein de la littérature francophone.

Préambule
Claire RIFF ARD Université Paris-XIII, CENEL

Les littératures des mondes contemporains possèdent une vitalité et une diversité qui les rendent bien difficiles à appréhender par les outils de la critique littéraire en usage. On a pu affubler ces nouvelles écritures, en perpétuel mouvement tant théorique que formel, d'étiquettes globalisantes : « littératures mineures» (Deleuze et Guattari), «littératures émergentes» (Grassin), « littératures postcoloniales» (Ashcroft, J.-M. Moura)... Parlera-t-on plutôt d'« espace littéraire»? Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo commente malicieusement ce terme, fort en vogue dans les études littéraires actuelles, ces espèces d'espaces (Perec) que tentent de produire la critique et l'analyse littéraire, au point que Jean-Marie Grassin a pu parler de l'espace comme d'une métaphore obsédante de la critiquel. Les étiquettes et les qualifications, si elles ont le mérite de proposer des classifications rationnelles et donc des outils pour penser des discours et des écritures issus de sociétés en pleine mutation, ne sont jamais tout à fait satisfaisantes, comme a pu le montrer Xavier Garnier dans un article récent sur la question2 : « Le classement des œuvres est une affaire de réception qui entretient des rapports difficiles avec les logiques de création. » Comment alors aborder les nouveaux champs littéraires en cours d'autonomisation? Comment étudier ces écritures plurielles nées dans des contextes sociaux en élaboration permanente? Plutôt que de chercher coûte que coûte à nommer ces discours et ces écritures, peut-être la raison voudrait-elle que l'on commençât par en peser la diversité. En effet, multiples sont aujourd'hui les voies d'accès à l'écriture (récit écrit ou récit construit par logiciel interposé, récit interactif sur Internet, etc.), et toujours différentes les voix des écrivains, dans
1. MAGDELAINE-ANDRIANJAFITRIMO, Valérie, «Champs et espaces littéraires: le cas des romans francophones mauriciens », Qu'est-ce qu'un espace littéraire?, Saint-Denis: Presses Universitaires de Vincennes, coll. « L'imaginaire du texte », 2006, p. 136. 2. GARNIER, Xavier, «Entre définitions et étiquettes: les problèmes de catégorisation des littératures "du Sud"», Notre Librairie, n° 160, décembre 200S-février 2006 (La critique littéraire), p. 22-27, p. 22.

DISCOURS

ET ÉCRITURES

DANS LES SOCIÉTÉS

EN MUT A nON

un contexte de production lui-même mouvant. De quelle manière tous ces discours et ces écritures entrent-ils en relation et interagissent-ils ? Leur présence vivante et active nous invite à forger des outils théoriques adaptés pour en rendre compte. En outre, la présence active de discours sociaux très labiles au cœur de ces littératures nous impose un nouveau mode de lecture. Cette nouveauté exige une approche interdisciplinaire. Peut-on envisager les mutations qui affectent les écritures et les discours actuels sans prendre en compte celles qui touchent les sociétés desquelles ils sont issus? Les apports de la sociologie, de l'histoire, de la géographie, de la linguistique, des sciences humaines doivent compléter l'approche littéraire tant au niveau thématique que formel. Les communications ci-après, prononcées lors des journées Jeunes chercheurs des 13 et 14 janvier 2006 tenues dans les murs de l'université ParisXIII, proposent d'une part de nouvelles méthodes d'interprétation et de comparaison entre les textes et leurs contextes, et de l'autre montrent les relations qui s'exercent entre l'écriture, le social, l' identitaire, l' histoire, l'ethnologie, la politique, et la traduction. Elles soulignent également que les études sur les nouvelles écritures du Sud ne peuvent plus se contenter de travailler sur les littératures purement francophones, mais qu'elles requièrent des éclairages constants sur les langues locales et les pratiques orales de la langue, ainsi qu'une connaissance des réalités sociales, marquées parfois profondément du sceau des violences politiques. Ces écritures contemporaines proposent tout ensemble un discours sur l'histoire et le temps, et une réflexion sur la culture et la (les) langue(s). Nous nous référons à une réflexion de Lise Gauvin écrivant:
Le commun dénominateur des littératures dites émergentes et notamment des littératures francophones est de proposer, au cœur de leur problématique identitaire, une réflexion sur la langue et sur la manière dont s'articulent les rapports langues/littératures dans des contextes différents3.

S'ajoutent à ce panorama déjà vaste « les diasporas », qui nous obligent à dépasser les limites géographiques et nationales et à suivre les parcours identitaires, littéraires et personnels d'auteurs « singuliers », nomades, citoyens de nouvelles aires culturelles et linguistiques. Nous appuyant sur ces constats de départ, nous avons retenu, pour ces deux journées de réflexion intitulées « Discours et écritures dans les so3. GAUVIN, ise, «Une situation d'interlangue : les romans d'Axel Gauvin », dans ISSUR, L Kumari R. et HOOKOOMSING, Vinesh Y. (dir.), L'océan Indien dans les littératures francophones. Pays réels, pays rêvés, pays révélés, Paris: Éditions Karthala et Réduit: Presses de l'Université de Maurice, 2002, p. 153. 18

CLAIRE RIFF ARD

ciétés en mutation », trois grands axes d'approche: «stratégies et parcours d'auteurs », « littérature, histoire et société» et « le versant idéologique du langage ». Stratégies et parcours d'auteurs

L'auteur n'est pas mort, sa parole est bien vivante et même si nous ne pouvons confondre sa parole d'homme et ses discours de papier, ceux-ci ne peuvent plus être désormais détachés du monde dans lequel ou du monde duquel ils émergent. Le premier mouvement des journées d'étude propose des communications présentant de façon innovante les stratégies discursives d'auteurs africains contemporains, Patrice Nganang, Sami Tchak et GastonPaul Effa. Inscrivent-ils leur écriture dans la continuité ou la rupture face aux modèles romanesques hérités? Inscrivent-ils leur écriture dans ou contre l'histoire du roman africain, dans ou contre l'histoire du roman français? Quel usage, normatif ou subversif, font-ils de la langue française? Ces nouvelles écritures sont souvent doublées d'une réflexion sur les pratiques, par un discours des écrivains eux-mêmes. L'inscription dans un champ littéraire ou un autre, par exemple, n'est pas sans faire débat. Dans quel champ littéraire les nouveaux romanciers affirment-ils se placer? Comment situent-ils leur œuvre face aux discours critiques actuels? Pour mieux saisir ces nouvelles tendances du roman africain, les interventions des participants convoquent plusieurs approches théoriques, s'appuyant sur le postmodernisme (Carmen Husti Laboye) ou la théorie postcoloniale (Emmanuel Ottou), l'esthésie (Jean Pierre Fewou Ngouloure) ou la glottopolitique (Aurélie Lefebvre). Ces propositions permettent de poser la question des outils théoriques à l'œuvre ou à inventer pour l'analyse des littératures émergentes. Emmanuel Ottou propose une approche globale des stratégies de résistance littéraire chez Patrice Nganang, en s'appuyant sur plusieurs de ses romans. Il met en évidence la volonté de rupture de Nganang avec le modèle romanesque occidental imposé par l'impérialisme colonial, et sa tentative de disloquer la matrice romanesque pour « décoloniser les genres », et investir les parlers populaires du Cameroun. Aurélie Lefebvre complète cette approche synthétique par une analyse très fine de «la parole des sousquartiers» chez Patrice Nganang, amorçant ainsi « une approche sociolinguistique de l'écriture du français dans le roman francophone ». Elle montre comment le choix de donner voix au plurilinguisme des personnages de Temps de chien permet de subvertir la référence normative au français de France et de donner, par un acte glottopolitique, un « capital symbolique aux variétés endogènes ».

19

DISCOURS

ET ÉCRITURES

DANS LES SOCIÉTÉS

EN MUT A TION

Carmen Husti Laboye et Jean Pierre Fewou Ngouloure questionnent dans leur approche deux des outils actuels d'appréhension des écritures africaines : le postmodernisme ou l' esthésie, qui amènent à reconsidérer 1'histoire du roman africain et à mieux prendre en compte des phénomènes contemporains comme celui de la migration. Étudiant l'individu postmoderne dans Hermina de Sami Tchak, Carmen Husti Laboye défend l'idée d'une nouvelle orientation du roman francophone, qui «se libère du carcan de la revendication et de l'apologétique», en se libérant d'abord du référent géographique. Soulignant la tendance migrante des écrivains contemporains, elle commente Hermina comme un véritable « art poétique de toute une génération littéraire qui est en train de chercher ses repères». Jean Pierre Fewou Ngouloure propose quant à lui de voir dans l'esthésie comme praxis énonciative une autre issue pour le romancier africain, en prenant le cas de Tout ce bleu de Gaston-Paul Effa. Il lit ce roman comme un chemin vers la libération par les sensations. Littérature, histoire et société Le deuxième axe de ces journées aborde les implications tissées entre des contextes sociaux et politiques troublés et la littérature qui en découle. Littérature du trouble, littérature troublée, littérature témoin, représentation de la réalité... Comment représenter un monde en perpétuelle mutation, dont les acteurs sociaux et politiques se meuvent et se combattent? Les intervenants s'attachent à montrer que la littérature contemporaine, celle qui est en train de se créer, est véritablement une littérature en mutation, à l'image du monde qu'elle décrit. Ils cherchent à démontrer les mécanismes littéraires et stylistiques qui sous-tendent la recherche des écrivains contemporains. L'articulation des trois notions - littérature, histoire et société - permet aux intervenants d'approfondir une approche plus pragmatique de la littérature, en même temps qu'elle leur permet d'explorer l'émergence de nouveaux courants littéraires faisant intervenir des innovations stylistiques et narratives. Rudacogora Augustin dessine ainsi la naissance et les contours de la littérature rwandaise surgie après le génocide de 1994 : quels sont les enjeux de cette littérature, quelles sont les voies qu'elle privilégie, à quels acteurs donne-t-elle la parole? Il s'attache à montrer que cette littérature, née simultanément de la reconstruction du pays et de ses stratégies de réconciliation sociales et politiques, s'engage et s'attache à rendre compte du génocide et des traumatismes de la population, loin des critères esthétisants. Lawrence Fontaine-Xavier décrit quant à elle les mécanismes de « l'écriture du réel» dans la littérature réunionnaise, marqueurs d'une identité multiple, 20

CLAIRE RIFF ARD

traversée d'influences spirituelles et littéraires diverses. Littérature kaléidoscopique, donc, tout comme la langue peut le démontrer elle aussi. Sandrine Benjelloun complète l'approche linguistique et historique en montrant de quelle manière l'attachement à une langue peut être le prolongement d'une quête identitaire pour une population déracinée de son espace géographique, et de quelle manière cette nouvelle énonciation induit des bouleversements énonciatifs et narratifs. De même que la communication de Françoise Rémond aborde les problèmes afférents au contexte complexe de l'Afrique du Sud et à la forme littéraire de la poésie et à sa place au sein de la société tout au long de ces dernières années.

Le versant idéologique du langage La réflexion des participants se porte également sur les aspects géopolitiques et culturels du langage, puisqu'ils attachent notamment leur attention aux phénomènes de dérive et de perte de sens dans le phénomène de traduction ainsi qu'aux problèmes affectant la langue quand elle se frotte au monde politique. Ces communications illustrent notre vœu d'une approche véritablement pluridisciplinaire du langage et de ses manifestations. Katja Zakrajsek, traductrice du roman ivoirien Allah n'est pas obligé en slovène, questionne les difficultés spécifiques d'une traduction de ce roman en montrant les écarts temporels, géographiques et culturels qui séparent le texte source de celui du texte cible, écarts qu'elle doit nécessairement prendre en compte pour transférer le texte d'une langue à l'autre. Comment dire l'expérience africaine dans la langue slovène qui n'a jamais eu l'expérience coloniale et n'a pas été transplantée dans une autre culture? En créant un slovène africanisé virtuel. Kader Belguernine nous invite à voyager avec lui en Algérie en proposant une analyse de certaines formes de production publicitaire dans un pays en pleine mutation non seulement au niveau économique mais aussi au niveau politique et social. Quelles sont les conditions de la production publicitaire en Algérie? Quelle est la réception de ce type de discours? Comment s'opère le choix de la langue - entre le français, l'arabe dialectal, l'arabe classique et le berbère - dans ces publications? Qu'il soit écrit en arabe ou en français, le discours publicitaire doit s'appuyer sur les réalités socioculturelles algériennes pour un message réussi. Creusant la relation entre politique et langage dans la littérature, Julia Smola envisage l'étude parallèle de deux œuvres, Les Justes de Camus et Vivir afuera (Vivre dehors) de Rodolfo Fogwill, tandis que Maria da Conceiçào Maltez aborde par le biais des nouvelles technologies une approche novatrice de la littérature. À l'ère du multimédia et d'Internet, elle nous propose une 21

DISCOURS

ET ÉCRITURES

DANS LES SOCIÉTÉS

EN MUT A TION

présentation du maniement des outils informatiques qui puisse transmettre le patrimoine littéraire. Voici donc publiés les actes de ces deux journées de recherche des 13 et 14 janvier 2006 sur les « discours et écritures dans les sociétés en mutation », organisées à l'initiative du collectif Interlignes, regroupant six doctorants du CENEL. Sans avoir la prétention de vouloir faire un inventaire de ces nouvelles littératures, nous espérons qu'ils permettront d'en présenter quelques caractéristiques et de lancer aux jeunes chercheurs des défis stimulants et des pistes de recherche enthousiasmantes. Pour clore ce préambule, qui se veut simple ouverture et mise en appétit, nous reprendrons à notre compte les mots de J.-M. Grassin qui affirmait que ce sont l'hétérogénéité et le décentrement4 qui semblent avoir marqué dans les années quatre-vingt le champ littéraire en Afrique, aux Amériques, aux Antilles, ou encore à Madagascar. Nous affirmons que la littérature d'aujourd'hui, qu'elle soit francophone, émergente, mineure ou postcoloniale, se lit à l'échelle mondiale et gagne à être appréhendée dans un contexte ouvert. Le temps est venu d'enseigner la littérature selon un véritable projet comparatiste, qui rende compte du fonctionnement réel des textes comme des cultures. Ouvrons largement les portes à la richesse, à la polyphonie et à l'inventivité des littératures, non seulement francophones mais du monde entier.

4. GRASSIN, Jean-Marie, "The problematic of emergence in comparative literary history", dans KUSHNER,Eva et PuOEAUX, Daniel, Littératures émergentes, actes du Xf Congrès de l'Association internationale de littérature comparée (20-24 août 1985 à Paris), Berne (etc.) : Peter Lang, 1996, p. 5.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.