7 jours d'essai offerts
Cet ouvrage et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
ou

Publications similaires

 IN SB97: -2-8-6334092 8-70 15,5iirldfrNRñOPR|N==Ç=åÇKáNLOMLQMNRWQN===PP
Anne Guillou
collection Amarante
roman
Dommage de guerre
       Dommage de gue e rr
   
  
  Amarante    Cette collection est consacrée aux textes de création littéraire contemporaine francophone.  Elle accueille les uvres de fiction (romans et recueils de nouvelles) ainsi que des essais littéraires et quelques récits intimistes.      
La liste des parutions, avec une courte présentaétei o n du contenu des ouvrages, peut être consult sur le site www.harmattan.fr       
         
Anne GUILLOU       Dommage de guerre   Roman        
 
  
Du même auteur
 Sociologie Les femmes, la terre, largent, Beltan 1990, Coop Breiz 1996. Histoire délus. Enquête en Finistère, PUR, 1998.  Mémoire sociale Enfin la nuit devint lumière. Larrivée de lélectricité dans le Finistère, Coop Breiz, 1996. Le Monde des Léonards, Le Télégramme, 2001. Ouvriers, gestes et paroles, Le Télégramme, 2004. La Manufacture des Tabacs. Morlaix, quatre siècles dhistoire, Skol Vreiz, 2009.  Essai Pour en finir avec le matriarcat breton. Essai sur la condition féminine, Skol Vreiz, 2007.  Biographie Gisèle ou la vie rebâtie, PUR Rennes, 1993.  Nouvelles Lenclos débène, Le Dossen, 1990. La lanterne bleue, Coop Breiz, 1995. Le désespoir tranquille des hommes, La Grange aux livres, 2007.  Théâtre Le Renégat, Le Liogan, 1995. Conseil de fabrique, La Grange aux Livres, 1999.  Roman Noce maudite, Skol Vreiz, 2010.  Texte poétique Pouléis, un village des Monts dArrée, La Grange aux Livres, 1993.      © LHarmattan, 2013 5-7, rue de lÉcole-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-29047-8 EAN : 9782336290478
     
 
À Isabelle et Luci
e
CHAPITRE 1
L’été s’avance, torride, accablant la nature et les hommes. Le vent vient du sud, un vent étrange, étranger dans ce pays où le vent d’ouest domine. Les champs sont assoiffés, les ruisseaux des prairies asséchés. Les rosiers crucifiés sur le vieux mur de pierres flétrissent. Leur feuillage est jauni et les roses penchent leurs lourdes têtes vers le sol. Les glaïeuls se soutiennent en croisant leur hampe. Les hortensias crient leur soif. La fleur se fane dès la fin de la matinée et ne retrouve sa vigueur qu’à minuit passé. La feuille, si robuste pourtant, semble se tordre de douleur. La pivoine rouge baisse la tête, telle une écolière prise en faute. Dès le matin, les grillons grésillent, se répondent d’un bout à l’autre du pré, puis, exté-nués, disparaissent dans leurs terriers. Lassés de l’obscurité, attirés par la clarté, ils remontent et entament une nouvelle psalmodie. Les chemins creux ont bu toute leur eau. La boue est devenue poussière et celle-ci badigeonne les arbres et les fougères. Sur le sentier, un cadavre de vipère s’est aplati sous les pas des bêtes. La fontaine, si généreuse d’habitude, ne concède qu’un mince filet d’eau. Quand le seau descend trop brutalement au fond du puits, il frappe la boue glaiseuse et ramène une eau trouble. Dans la cour, gavées des grains tombés des charrettes, les poules titubent, avancent le bec ouvert, attendant la première goutte de pluie.