Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Double Je

De
194 pages
Je ou jeu ? Fiction ou réalité ? Sincérité ou duplicité ? Difficile de démêler le vrai du faux. Notre coeur ne bat-il pas bien souvent au rythme de plusieurs vérités parfois contradictoires ? Est-ce une raison pour vivre deux aventures en parallèle ? Pour se perdre dans le présent, allant jusqu'à oublier qui nous sommes ? Ce roman à deux voix nous entraîne dans les méandres de ces personnages qui confondent leurs histoires et nous livrent plusieurs versions de la réalité de leur vécu.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Laurent Lutaud
Double Je roman
DOUBLE JE
LA U R E N TLU T A U DDOUBLE JERoman
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03019-7 EAN : 9782343030197
à Thomas
N’hésitez pas à tourner la page…
Comment cela avait-il commencé? Il était incapable de s’en souvenir. Il passait des heures à fouiller sa mémoire pour retrouver l’élément déclencheur, le mot ou le regard qui avait fait basculer sa vie. C’était devenu une obsession. Dans son lit ou dans la rue, il relisait les pages de cette histoire, essayant de se rappeler chaque détail, chaque lieu, chaque parole, mais ses pensées finissaient par se noyer dans le flux du présent. Le Grand Hôtel, un matin d’hiver. Un congrès de golden boys et de golden girls emmitouflés dans leur veste «The North Face », nouvel uniforme des traders, agents de change et autres promus des écoles de commerce. Il la cherche dans cette foule. Elle lui a donné rendez-vous dans ce hall immense, et il ne l’a jamais vue. À quoi ressemble-t-elle ? Découragé, il hésite à partir. Il se ravise et l’appelle sur son portable. La messagerie l’informe qu’elle est en ligne. Après quelques secondes, il remarque une femme au téléphone, attablée devant un jus de fruit, au fond de la grande salle du bar. Il lui fait un signe, elle répond d’un geste de la main. Il ne remarque pas sa maigreur, mais retient son allure juvénile et se demande un instant pourquoi il a accepté ce rendez-vous. Trois jours plus tôt, elle lui avait téléphoné pour lui proposer un travail. Elle n’avait donné aucune précision. Et lui, il était venu. Il n’a pas beaucoup de temps; il est un peu agacé par tout ce bruit et cette grande verrière qui diffuse une lumière aveuglante. Là, devant elle, il n’est pas à son aise. La discussion est polie, l’affaire qu’elle lui propose semble sérieuse. Il écoute, prend des notes, pose de temps en temps des questions. Elle semble apprécier son intérêt et son implication. La discussion se prolonge dans la matinée. Il n’en gardera aucun souvenir, seulement quelques mots jetés sur un carnet. Ils se quittent devant le Grand Hôtel, puis il fait quelques pas en direction de l’Opéra. Chez lui, il reprend le cours de sa vie, sans savoir qu’un nouveau liquide coule déjà dans ses veines. 8
Soyons clairs ! Ici vous ne trouverez pas la suite du récit. J’avoue que cela doit être un peu perturbant, car l’histoire vient à peine de commencer. Ne vous inquiétez pas, vous saurez tout d’ici peu. D’ailleurs, si vous êtes particulièrement impatient, la suite vous attend sur les pages paires de ce livre. Mais, à mon sens, vous devriez également vous intéresser aux pages impaires, car elles pourront donner un éclairage inédit à cette affaire. Plus concrètement: sur les pages paires, vous pourrez suivre sans difficulté la trame de cette intrigue. Les pages impaires, où je prends la parole, vous apporteront un autre point de vue, celui de l’auteur, qui livrera ses questionnements et ses errances. Mieux encore, vous y découvrirez l’origine de son inspiration, les liens qui existent entre cette histoire et la réalité de son vécu. Car cette histoire m’est arrivée. Elle m’a traversé et transporté. Avec une nuance de taille : elle est assez différente du récit que vous découvrirez à gauche de cette page. Aurais-je pu la vivre ? Pourquoi pas ? Aurais-je voulu la vivre ? C’est probable… Il y aura donc deux vécus dans ce récit: la vie que j’aurais pu vivre, et celle que l’on m’a autorisé à vivre. Le « on » étant assez flou, j’en conviens ; remplacez-le par Dieu, le hasard, le destin ou votre belle-mère. C’est au choix. La première question pourrait être: ai-je vraiment rencontré cette femme? Dans ces circonstances-là? Avouons-le, c’est à peu près ça. Je pense qu’elle se reconnaîtra, comme je me reconnais moi-même dans le personnage masculin de cette intrigue. Oui, je sais, pour moi c’est assez facile, puisque je tire les fils des pages paires, comme des pages impaires. Mais bon, il faut bien que quelqu’un se dévoue pour donner forme à ce récit. Donc elle était là, installée au bar du Grand Hôtel, à deux pas de l’Opéra de Paris. Ai-je remarqué son parfum ? Non ! Ce qui est plutôt étonnant, car je néglige rarement de regarder une jolie femme.
9