Éclats d'Afriques

De
Publié par

Ce recueil, qui se veut le reflet d'une expérience littéraire particulière, rassemble les meilleures nouvelles rédigées entre 2011 et 2015 par les étudiants de l'Institut d'études politiques de Paris qui ont suivi les deux séminaires artistiques proposés par Emmanuel Goujon, journaliste et écrivain spécialiste de l'Afrique subsaharienne. Le premier séminaire : "Écrire le rôle et la place des femmes en Afrique" s'adresse aux étudiants de première année, tandis que "Les conflits en Afrique : écrire l'indicible ?" est destiné aux étudiants de deuxième année.
Publié le : vendredi 5 février 2016
Lecture(s) : 3
EAN13 : 9782140001772
Nombre de pages : 200
Prix de location à la page : 0,0097€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
conLits en Afrique : écrire l’indicible ? » est destiné aux étudiants de
cet ouvrage qui se veut le reLet d’une expérience littéraire particulière.
Akosua AsiriI
Sous la direction d’Emmanuel Goujon, Clotilde Ravelet HÉloïse Voisin
éclats d’Afriques
Nouvelles
Ecrire l’Afrique Ecrire l’Afrique
L’ armattan
Éclats d’Afriques
Écrire l’Afrique Collection dirigée par Denis Pryen Romans, récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette collection reflète les multiples aspects du quotidien des Africains.Dernières parutions Lulla Alain ILUNGA,Quand le maïs devient chaud,2016 Maximin Beugré GNADJRO,La Dérive du Nénuphar,2016. Gilbert GBESSAYA,A deux dans la cabane, 2016. Philippe MPAYIMANA,Rwanda, regard d’Afrique. Only forward looking, 2015. Adélaïde MUKANTABANA,Agahomamun- L’innommable wa, 2015 Nicole FAUCON-PELLET,Je viens du jardin des cafés, Une vie éthiopienne, 2015 El Hadji DIAGOLA,Merci, les femmes !, 2015 Paterne BOGHASIN,La ruine et la malédiction, 2015 Jean-Baptiste BOKOTO APANDA,Une histoire de violences, Je suis Charlie au Congo, 2015 Jean DUBUS,Là-bas, entre terre et ciel, 2015. Fred JULIANI,Contes et mécomptes d’Afrique et d’ailleurs, 2015. Jean-François Sylvestre SOUKA,Madame Gentil, 2015. Thierry VUNOKA,Héros anonymes, 2015. Jérémie MULIKARE,La vie des pygmées Batwa au Rwanda, 2015. Irène ASSIBA d’ALMEIDA et Sonia LEE,Essais et documentaires des Africaines francophones. Un autre regard sur l’Afrique, 2015. Jean-Pierre EYANGA EKUMELOKO,Enfin éclos d’un vase clos, 2015. Jules ERNOUX,La Précarité quotidienne en Afrique de l’Ouest. Culture et développement, 2015. Éric BOUVERESSE,Celui qui voulait être roi. L’Afrique, terre des esprits, 2015. Joseph Marie NOMO,L’envers de l’argent,2015.
Sous la direction d’Emmanuel GOUJON, Clotilde RAVEL et Héloïse VOISIN Éclats d’Afriques Nouvelles
© L'HARMATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08314-8 EAN : 9782343083148
Préface Écrire et rêver les Afriques ?
1 Par Emmanuel GOUJON
Parmi les nombreuses aventures que j’ai vécues et les situations plus ou moins risquées dans lesquelles j’ai pu me trouver, comme journaliste ou consultant, au cours des 25 dernières années, il en est une qui garde une place particulière dans mon cœur. Il s’agit d’une aventure singulière, qui s’est déroulée dans le peu exotique quartier parisien de Saint Germain des Prés. L’expérience n’en était pas moins risquée, même si elle se déroulait dans un espace exigu de moins de trente mètres carrés. Une aventure commence souvent par un départ, un changement de situation, une rencontre inattendue. Ce fut le cas. Une aventure c’est aussi des compagnons, choisis ou non, mais qui partagent un objectif commun et permettent par leur diversité de caractère de faire progresser le groupe et d’atteindre le but fixé. Ce fut le cas. L’étrange alchimie de l’équipe peut dès lors se mettre en place et l’aventure commencer. On ne savait pas où nous mènerait cette mise en mouvement tout intellectuelle.
1  Journaliste et correspondant de guerre, principalement en Afrique, pendant près de 20 ans, Emmanuel Goujon est maintenant consultant international, spécialiste de l’Afrique subsaharienne et Maître de conférence à l’Institut d’Études Politiques de Paris (Sciences-Po). Écrivain, il a publié plusieurs ouvrages de fiction, dont L’Imperméable qui a reçu en 2011 le Grand Prix littéraire des Caraïbes de l’ADELF. Bibliographie en fin d’ouvrage.
7
Nous étions 18 ou 19… L’histoire oublie toujours injustement quelques personnages secondaires. Tous les protagonistes avaient bien conscience des risques encourus puisqu’il s’agissait, ni plus ni moins, de se confronter au vide, de mettre ses tripes sur la table, de chasser au plus profond ses émotions et de les mettre à nu en usant d’un vieux principe : la mise en mots. Comme dans toute aventure, le groupe avait une sorte de guide, pour ne pas dire de chef – de même que dans les histoires de pirates, celui qui détient la carte au trésor, vraie ou fausse -- dont l’ascendant n’était justifié, qu’en partie, par l’âge et donc l’expérience, et quelques atouts dans la manche incluant de modestes livres, une attitude un peu bourrue de taiseux forçant sa nature, et une ou deux histoires édifiantes. Entre les voyageurs immobiles, volontaires majoritairement féminins, pour une aventure littéraire, le contrat était simple. On pouvait douter de l’engagement de certains, alors que d’autres avaient déjà les yeux brillants d’excitation à l’idée des instants uniques, rares et nécessaires, qui allaient suivre. La peur de l’échec pouvait aussi étreindre la poitrine de celles et ceux qui s’engageaient pour la première fois sur ce chemin de l’esprit et du cœur, mais tous semblaient prêts à affronter cet engagement. Vous verrez dans les, souvent magnifiques, pages qui suivent le témoignage chorale de cette expérience, de cette aventure partagée. Avec le peu d’assurance d’un débutant, lorsque je me retrouvais pour la première fois devant ma classe de jeunes gens, je me suis demandé un instant ce que j’étais « venu faire dans cette galère ». Puis, passé le moment flou de la rencontre, je notais les regards attentifs, les chuchotements curieux, l’odeur mêlée de ces presque-encore-mais-déjà-plus des enfants, je touchais le plateau du bureau, m’en emparais comme d’une barre, et décidait
8
de larguer les amarres. «Advienne que pourra ! Haut les cœurs ! Il faut bien avoir la foi puisque l’on part !», me dis-je in petto. Je dois bien avouer aujourd’hui que je n’ai jamais regretté ce saut dans l’inconnu. J’ai sans doute appris plus que je n’ai transmis pendant ces cinq années. Ai-je d’ailleurs enseigné ? Je ne crois pas. J’ai été plutôt dans le partage, et le désir de faire sortir quelques papillons de leur chrysalide, image éculée mais ô combien pertinente dans le cas qui nous intéresse, car nous parlons bien d’une transformation. Puisque c’est un voyage, certes intérieur et surtout intellectuel, et que d’un voyage on ne sait jamais si l’on reviendra, étant sûr en revanche que l’on ne reviendra pas le/la même, mais changé par les sensations vécues. Comme dans toutes pérégrinations, il y a des étapes, on avance pas à pas, comme pour une initiation, qui peut parfois être brutale. La première lecture publique d’un court écrit rédigé par obligation en dix minutes est une épreuve. Le rouge aux joues lorsque l’on est contraint de décrire un corps nu : embarrassé par les jeunes hormones on s’aveugle et ne pense qu’au sexe quand on pourrait penser à un ange ou un chérubin. La peur aussi quand on joue le jeu d’un combat réel et imaginaire à la fois, parce qu’il faut bien le vivre si l’on veut le décrire et extirper les mots justes. Où puiser sinon dans un imaginaire qui ne se connaît pas encore et dont on n’a pas eu l’occasion d’explorer les limites. En dépit de ces épreuves parfois douloureuses, mes compagnons ne se sont jamais mutinés, faisant même preuve pour certains d’un courage hors norme et risquant le tout pour le tout. Ce fut le cas de Clotilde Ravel, qui n’hésita pas à enfiler les habits d’une Amazone, terrifiante guerrière, ou d’Héloïse Voisin qui réussit à sortir de sa peau et à transformer quelques lignes en véritables feu d’artifice littéraire. Les exemples sont légions et vous les trouverez
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi