Ecouter la voix du sage

De
Publié par

Ce recueil de contes modernes se déroulant au Congo-Brazzaville s'inspire de la vie quotidienne. Les personnages mis en exergue sont présentés parfois aux prises avec certaines malencontreuses situations en raison de leur naïveté ou de leurs frasques. En d'autres circonstances, ils font face à des faits inattendus qui leur font prendre conscience que des déboires ramènent à de meilleurs sentiments. Ces contes ont pour objectif commun d'interpeller le lecteur, de l'inviter à prendre langue avec ceux-ci pour son éducation et son instruction.
Publié le : lundi 2 mai 2016
Lecture(s) : 2
Tags :
EAN13 : 9782140008450
Nombre de pages : 298
Prix de location à la page : 0,0135€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
Rosy Fulhor N
Écouter la voix du sage Contes du Congo-Brazzaville
Écouter la voix du sage Contes du Congo-Brazzaville
Rosy FulhorNKOUKA
Écouter la voix du sage
Contes du Congo-Brazzaville
-Congo
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : ͻ͹ͺ-ʹ-͵Ͷ͵-0͸ͺͺ͸-ʹ EAN : ͻ͹ͺʹ͵Ͷ͵0͸ͺͺ͸ʹ
RemerciementsCe livre n’est ni une histoire de quelqu’un, ni un vécu personnel. Le respect d’autrui ne m’autorise pas à raconter les histoires des gens. Ceci est plutôt une expression de mes rêves. Les rêves dela voix du sage. Au quotidien, mon nom est Rosy Fulhor Nkouka. Mes remerciements vont à l’endroit de tous ceux qui m’ont aidé à réaliser le travail préliminaire de ce livre : Gex Gilbert Nkouka, Charles Nkouka, ma mère ; sœur Hortense Nkouka Mikamona, Léandrine Nkouka Benazo. Mes pensées profondes vont à feue Ya Jeanne Nkoudissa Diahoua qui aurait contemplé cette œuvre. Grand merci aussi à Lyse Neville Matota pour son grand soutien ainsi que mes frères et sœurs, notamment Saint Claire Auguste Bina. Je n’oublie pas mademoiselle Rischna Synelle Moussahou, ainsi que monsieur Makanga Paka Ignace, le sociologue de l’EPMD. A toi le sage Nkounkou et Laris Louzolo, voguez dans les méandres de ces écrits, tout en étant fiers de vous. A tous ceux qui me connaissent, merveilleuses pensées. Pour l’amour et leur soutien, je remercie aussi madame Kinkala Blanche, major du service de Pédiatrie-Nourrisson et toute son équipe, tous les travailleurs du service de Pédiatrie-Grand Enfant et ceux de la Néonatologie au CHU de Brazzaville. A toi Choumane Papulcha Bossota Miyamou, merci de ton assistance. A Biniakounou Samba Destin, madame Makélé née Ngatali Chimène Parfaite, docteur Mpemba Loufoua du CHU-B, grand merci pour votre aide tant financière que morale ayant concouru à la réalisation de ce livre. Je ne sais comment vous remercier. Enfin, ma gratitude va également à l’endroit de Bavoundika Massamba pour son apport essentiel dans la mise en forme de ce livre.
5
Il y a ceux qui naissent sages, et ceux qui le deviennent ; la différence est que ceux-là trouvent la maturité plus tôt que ceux-ci. La voix du sage « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. » Boileau La lecture est la clé de la réussite, le bonheur du cerveau, l’école de l’expression. Bien lire est égal à bien comprendre et bien s’exprimer qui est la valeur de l’intelligence et même de l’homme. La voix du sage
6
Sommaire Introduction ..................................................................................... 9 I. La folle et la femme du ministre ................................................ 11 II. Être beau, est-ce un bonheur ?.................................................. 17 III. Le chef de famille heureux...................................................... 23 IV. La prostituée et le prêtre ......................................................... 27 V. L’amour et le chômage............................................................. 33 VI. L’héritage perdu...................................................................... 39 VII. Le vrai amour et l’amour de coq ........................................... 45 VIII. Le médecin, madame et le prince ......................................... 49 IX. Les hommes sont devenus fourbes ......................................... 53 X. Femme intellectuelle, travailleuse ou femme au foyer dite ménagère ....................................................................................... 55 XI. Les deux frères : l’intelligent et le moins intelligent .............. 59 XII. L’enseignant et l’agent de santé : qui fait réellement la société ?......................................................................................... 63 XIII. Les rêves d’un bon gouverneur ............................................ 65 XIV. L’héritage, hier et aujourd’hui ............................................. 69 XV. Un enfant entre trois .............................................................. 73 XVI. Le chasseur au totem............................................................ 79 XVII. Un anniversaire gâté ........................................................... 85 XVIII. L’amour entre adolescents................................................. 93 XIX. Les vieux détruisent notre jeunesse...................................... 97 XX. L’amour et le tribalisme ........................................................ 99 XXI. La femme au mari caméléon .............................................. 107 XXII. La marâtre, bouquet mystère ............................................ 111 XXIII. Une soirée entre amis ...................................................... 117 XXIV. Un fou au service de la nation......................................... 129 XXV. L’égoïsme des hommes riches.......................................... 133 XXVI. Un pauvre invité à la table des riches.............................. 139 XXVII. La scolarité d’un pauvre : la réalité de la vie au village.......................................................................................... 145 XXVIII. La souffrance et la femme d’aujourd’hui ..................... 153 XXIX. Le « matanga » dans un village....................................... 159 XXX. Un orphelin devenu riche ................................................. 169
7
XXXI. Le travail de la paysanne d’hier et votre travail qui vous fatigue aujourd’hui ...................................................................... 175 XXXII. Les églises divisent nos familles.................................... 181 XXXIII. Un chasseur puni par son chien .................................... 189 XXXIV. L’héritage d’un mort vivant ......................................... 195 XXXV. Guerre des arbres dans un vieux village ........................ 201 XXXVI. Le vacancier et la ruche, égoïsme ou enthousiasme ? ............................................................................ 207 XXXVII. Même si l’habit ne fait pas le moine, le moine est reconnu par ses habits ................................................................. 217 XXXVIII. L’amoureux, les chats et la Blanche .......................... 221 XXXIX. Avoir la femme et sa sœur sous le même toit, c’est entamer la procédure de son divorce........................................... 229 XL. Où sont vos morts ? ............................................................. 237 XLI. L’instrument le plus adoré par les Africains ...................... 243 XLII. L’Afrique : l’amour et les charlatans ................................ 249 XLIII. Les totems : mythe ou réalité ? ........................................ 257 XLIV. Il croyait avoir un diplôme : le permis de conduire ......... 263 XLV. Le riche et la forêt du Mayombe....................................... 271 XLVI. L’amoureuse et le voleur ................................................. 281
8
Introduction L’auteur ayant compris l’importance de la culture, de l’éducation et de l’instruction pour l’actuelle génération, ainsi que les générations futures, vient à travers cette œuvre faire valoir la culture de son pays par l’éducation et l’instruction au moyen des contes contemporains. Ces contes illustrent la vie de tous les jours, ce qui devrait être fait, ce qu’on ne devrait pas faire, ainsi que les rêves fous dela voix du sage. L’auteur vous invite, vous qui parcourez ce livre, à une meilleure réflexion. Dans le souci de faire valoir sa culture et aussi de vous la faire partager, l’auteur aban-donne ce slogan connu de tous, que d’ailleurs il aime beaucoup : je conte, nous t’écoutons ; il était une fois, il était dans le temps ; pour un slogan propre à lui. Pour cela, chaque conte est précédé de ces mots :Gâ mbongui, zakala wa wua;téla wé na makutu, qui signifie littéralement : Autour du mbongui, prenez place et écoutez ; on parlera à ceux qui ont des oreilles. Cela peut être traduit proprement par : Aux grandes oreilles, bonne écoute. Puis à la fin de chaque conte, d’autres jolis mots :Gâ mbongui, tu zakalé, tu wiri ; tu télélé, bénamakutu; qui signifie : Autour du mbongui, nous étions assis, nous avons écouté, nous avons parlé à ceux qui ont des oreilles. Ceci peut aussi se comprendre par : A bon entendeur, salut. En effet, le mbongui, c’est un milieu sacré des villages afri-cains, où on réglait tous les problèmes, ce lieu où autour du feu se contaient les belles histoires, c’est la où on éduquait et instruisait les hommes. Les femmes avaient leur mbongui et les hommes aussi le leur. Les contes sont pour l’auteur ce meilleur courant littéraire par lequel l’éducation et l’instruction sont restées toujours présentes. Les contes sont lesbomba sékélé(en lingala) oubumba sékélé(en kongo ou kituba) de notre culture depuis nos ancêtres jusqu’à nos jours. Conter, c’est ouvrir unbomba sékéléest un coffre-fort. qui C’est la raison pour laquelle l’auteur a choisi ce courant pour nous ouvrir plusieursbomba sékélé. Mon plus grand souci, c’est l’éducation ; car celle-ci, pour moi, est comme un moule qui donne la forme à un gâteau ; l’éducation, c’est l’homme même.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.