//img.uscri.be/pth/ec433348522c3f292f04d549e020b023f9bdced1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Ego Homo

De
363 pages
Ego Homo est une saga de science fiction allant du début à la fin de l'univers, et au-delà… Dans le premier tome, Les pions d'Universalis, Glen Kordrock est un des deux humains enlevés et pris entre le feu des grandes puissances qui se partagent l'Univers. Fort de leur suprématie, les Ummos protègent les races peu évoluées des races prédatrices telles que les Vogrites. D'autres races vont solliciter ou aider Glen dans son enquête sur une série de meurtres liés à un vaste complot de déstabilisation des mondes libres, perpétrés par l'autre humain.Glen va ainsi présenter sa race, suscitant étonnement et interrogations sur le mode de vie des Humains, et découvrir de nouvelles façons de vivre qui lui permettraient de faire évoluer l'Humanité.
Voir plus Voir moins
2
Titre
Ego Homo
3
Titre Yannick Lomenech
Ego Homo Les pions de l’Universalis (2 ème partie)
Roman fantastique
5 Éditions Le Manuscrit Paris
© Éditions Le Manuscrit 2009 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02738-9(livre imprimé) ISBN 13 : 9782304027389(livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02739-6(livre numérique) ISBN 13 : 9782304027396(livre numérique)
6
8
Chapitre 25 : Tolrine 56
CHAPITRE25 :TOLRINE56
Glen n’eut pas le temps d’apprécier le voyage. Les Lokeltas étaient technologiquement très évolués. Mais ils avaient cessé de progresser de-puis qu’ils vivaient avec les Goulows. Glen y songea un instant. Que seraient-ils devenus s’ils avaient conti-nué à progresser ? Rien. Ils n’auraient pu le faire, car les Vogrites les auraient anéantis. Les armes n’étaient vraiment pas leur spécialité, et ils étaient complètement dépourvus face à la télépathie. Mais c’était une race curieuse, plus encore que ne l’étaient les Humains. D’une âme de voyageur, mais d’un esprit de scientifique, cette race était naturellement prédestinée aux voyages, et les sauts intergalactiques étaient pour eux aussi simples qu’il l’était pour des Humains de prendre un ascenseur. Le voyage ne dura qu’un instant.
9
Ego Homo
Tolrine n’était pas vraiment une planète. Son cœur était certes rocheux, mais il prove-nait de différentes planètes, détruites lors des guerres de territoires, avant le traité des Um-mos. Chargés d’histoires, de souffrance et de mort, cet amas rocheux avait été recouvert par diffé-rents métaux de très mauvaise qualité, ou aux propriétés inutiles : fer, plomb, or, tungstène… Mais certaines villes, très riches, se payaient le luxe d’être pavées de titane. Dans certains jar-dins, il y avait même de la vraie terre et des vé-gétaux naturels, des fontaines gigantesques fai-sant jaillir différents liquides, mélangeant avec insolence de l’eau avec du mercure saturé de pijstila, un cristal quasi microscopique, doté d’une incroyable luminescence. En fonction de sa radioactivité, il pouvait aussi modifier les propriétés esthétiques et mécaniques (tempéra-ture, fluidité…) d’un liquide. Il était très utilisé dans les vaisseaux qui utilisaient encore une technologie de propulsion tombée en désué-tude. Il ne fut ensuite employé qu’à des fins es-thétiques. Mais ces villes étaient des exceptions. Elles se protégeaient du reste de la station par de puissants boucliers. Ces villas n’abritaient pas de nobles personnes, mais des truands qui
10