//img.uscri.be/pth/0233434440e457cfe5ca4c10d2e2ee30080240af
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Éros et Thanatos

De
186 pages
Renée Guillaume nous livre ici un récit grinçant. Ses personnages peuvent apparaître comme des pantins, manipulés, manipulateurs, odieux ou pathétiques. Marie-Val, Justine, le professeur Wodkaski courent après des ombres. Et le pauvre « Canard » dans cette histoire ? « On me prend pour un demeuré, un idiot parce que je ne parle pas et que les gens mélangent parler et penser. » Le révélateur...
Voir plus Voir moins
Renée Guillaume
Éroset hanatos
Au péril l’amour de
Aux marges de l’écriture
Éros et ThanatosAu péril de l’amour
Collection « Aux marges de l’écriture » dirigée par Agnès Royer voir la liste des titres de la collection en fin d’ouvrage Parce que chacun peut trouver son moyen d’expression par l’écrit et l’édition, Parce que tant d’expériences méritent d’être connues et ne trouvent pas de place dans l’édition, Parce que c’est la marge qui donne à la page sa respiration, Nous proposons cette collection ouverte à un grand nombre.
Renée Guillaume Éros et Thanatos
Au péril de l’amour
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10300-6 EAN : 9782343103006
Avertissement au lecteur
Ne voyez pas dans ce roman une satire de la psychanalyse et des psychanalystes. Ma cible est la parodie involontaire inconsciente qu’on en a trop généralement répandue. Sont visés de même les praticiens malhabiles, renommés ou non, parfois dangereux. La psychanalyse requiert de vastes et subtiles connaissances de l’humain, discipline à exercer avec lucidité, sang-froid, prudence et modestie.
7
I –
À l’heure actuelle le public, plus exactement le lectorat, veut être distrait. Il doit lire des œuvres gaies, pour survivre aux marécages de la fange politique, aux états grippaux des marais nanciers, aux guerres dont la barbarie enterre l’illu-sion du progrès humain. Ou simplement pour oublier qu’on perd son emploi sur un coup de sifet et qu’on bat le pavé pendant des mois avant d’en retrouver un autre. Donc, l’auteur doit réjouir, ou, plus familièrement, faire marrer. Mieux vaut ne pas porter à rééchir ou, plus com-munément, gamberger. Méons-nous des cohortes de fantasmes. Voici alors un roman au titre alléchant, peut-être provo-quant, selon la génération à laquelle il s’adresse, bien qu’Éros appartienne à tous les temps, Thanatos gure une réalité connue depuis toujours. Un petit rien ne vous titille pas déjà ? Il s’agit d’une érotomane, alors que cette étiquette
9