Et toi, ton pays, il est où ?

De
Publié par

Cet ouvrage rassemble les récits de ceux qui ont quitté leur pays, leur région, leur village guidés par un rêve, chassés par la misère, découragés par la dureté du climat, désireux de voir le monde ou de vivre une autre vie. Mais c'est surtout une histoire de rencontres fécondes entre ceux d'ici et ceux d'ailleurs, entre le passé et le présent, entre l'auteur et ceux qui racontent.
Publié le : dimanche 1 octobre 2006
Lecture(s) : 24
EAN13 : 9782336281407
Nombre de pages : 85
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Et toi, ton pays, il est où ?

Rue des Ecoles
Cette collection accueille des essais, d'un intérêt éditorial certain mais ne pouvant supporter de gros tirages et une diffusion large, celle-ci se faisant principalement par le biais des réseaux de l'auteur. La collection Rue des Ecoles a pour principe l'édition de tous travaux personnels, venus de tous horizons: historique, philosophique, politique, etc.

Déjà parus Ahmed KHIREDDINE, Rocher de sel. Vie de l'écrivain Mohamed Bencherif, 2006. Pierre ESPERBÉ, La presse: à croire ou à laisser, 2006. Roger TINDILIERE, Les années glorieuses, 2006. Jacqueline et Philippe NUCHO-TROPLENT, Le moulin d'espérance,2006. Sylviane VAYAB OURY, Rue Lallouette prolongée, 2006. François CHAPUT, À corps et à cris, 2006. Cédric TUIL, Recueil d'articles sur Madagascar, 2006. Maguy VAUTIER, Vents de sable, 2006. Olivier DOUAL, Impossible n'est pas africain, 2006. Yves-Marie LAULAN, Un économiste sous les cocotiers, 2006. Louis-Marie ORAIN, Le blé noir, 2006. Stéphane MADAULE, Scènes de voyage à Amsterdam, 2006. Anny MALROUX, Ceux du 10 juillet 1940. Le vote des quatre-vingts,2006. Pierre PICQUART/GARNIER-GRIZOT, La terre de Berrouaghia, 2006. Geneviève TOUQUETTE, Chronique hospitalière d'un autisme ordinaire, 2006. Raymonde WEIL, Unepetite mal élevée, 2006. Georgette RICHARD-MARTIN, Le temps revisité, 2005.

Maryse Vuillermet

Et toi, ton pays, il est où ?

L 'HARMATTAN

Du même auteur
Mémoires d'immigrés valdotains, l'Harmattan, 2002.

@ L'HARMATTAN,

2006

5-7, rue de l'École polytechnique; 75005 Paris
L'HARMATTAN,
L'HARMA L'HARMATTAN

ITALIA s.r.l.

Via Degli Artisti 15 ; 10124 Torino
TT AN HONGRIE BURKINA FASO

Kônyvesbolt; Kossuth L. u. 14-16 ; 1053 Budapest 1200 logements villa 96 ; 12B2260 ; Ouagadougou 12
ESPACE L'HARMATTAN KINSHASA

Faculté des Sciences Sociales, Politiques et Administratives BP243, KIN XI ; Université de Kinshasa RDC http://www.librairieharmattan.com harmattanl @wanadoo.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN: 2-296-01581-6 EAN : 9782296015814

De toute façon, les montagnes sont vieilles, pleines de grottes et de doutes.

Jacques Laccarière

Prologue
Il Y a les écrivains de l'exil, du départ, de la sortie d'Egypte et de la recherche de la terre promise, il y a les écrivains du sol, les chantres de l'attachement à la terre, de l'appartenance, des racines, il y a les écrivains du retour, Agamemnon de retour de la guerre, qui ne trouve plus son lit, sa femme, sa place, le chemin de son champ d'oliviers parce qu'il est parti trop longtemps, l'émigré qui rentre pour s'asseoir sur un banc au soleil et mourir, et il y a les écrivains de l'errance, du voyage, du road movie, de la route, de la valise à jamais ouverte sur un lit étranger, moi, c'est encore autre chose. Je veux être l'écrivain de ceux qui sont partis mais aussi de ceux qui les ont vu partir et sont restés quand même, de ceux qui ont vu arriver les hommes d'ailleurs, qui les ont observés puis acceptés parce qu'ils remplaçaient leurs propres enfants partis, parce qu'ils reconstruisaient les maisons écroulées, réouvraient les chemins perdus.

Je veux écrire sur ceux qui sont venus avec un rêve lumineux et fou et qui ont cogné ce rêve aux poutres vennoulues et aux toits crevés, qui ont fracassé leur projet entêté sur une porte de puits vide, qui ont mordu la neige et la terre et qui, de rage, sont restés. Tant de chemins se sont croisés, tant de combes traversées pour partir et revenir, tous ont droit à mon récit parce que je suis l'écrivain des carrefours, pas des places de villages, non, des routes qui en partent et qui y amènent, des 9

routes de montagne qui serpentent avec entêtement mais qui finissent toujours par sottir des combes, des vallées étroites, je suis l'écrivain des croisements de chemins, des confluents de . ., nVleres. Je ne suis pas l'écrivain de ceux d'ici contre ceux d'ailleurs, de ceux de là-bas contre ceux d'ici, je suis l'écrivain des rencontres, des fécondations, du sang mêlé, des
resurgences.
I

La source s'est perdue, non, elle ressott là, mais elle a un
autre gout.
1\

La maison est en ruine, ceux-là la reconstruisent mais ils ont mis sur le toit des grands panneaux noirs qui brillent au soleil comme du mica. Le métier s'est perdu, on va en inventer un autre, non pas l'inventer, le retrouver, faire des tavaillons avec de nouveaux outils et restaurer le clocher, mais jamais à l'identique car le compagnon, Franc-Comtois La Fenneté a appris son métier sur le tour et il a appris de chaque ville, une ville d'été et une ville d'hiver, chaque année, pendant cinq ans. Tant d'histoires m'ont été confiées, tant de voix se bousculent dans ma tête, des voix d'outre-tombe et d'aujourd'hui, des voix très lointaines et des voix d'ici. Les personnages jouent des coudes, ils se bousculent, c'est toujours pareil, il faut se battre pour faire sa place. Dans l'histoire que vous allez lire, chacun veut parler et avoir droit au récit, alors écoutons-les!

10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.